Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/07/2012

LES CHAOS D'UNE PRESIDENCE ORDINAIRE.

chaos.jpg

Image:meteobell.com

JUIN 2012. Tout le monde le sait, la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler,  journaliste, première dame de France et seconde femme du Président, au double second rôle  public et privé, s’est prononcée sur Twitter en faveur de l’adversaire de Ségolène Royal, dissident socialiste, au second tour des législatives de La Rochelle. Valérie Trierweiler  a préféré le mérite masculin à la parité.
Le tweet a réveillé, dans le désordre, le vieux débat, très compliqué,  sur le rapport entre la sphère publique et la sphère privée au sommet de l’état. L’évolution des mentalités et la reconnaissance de l’égalité entre l’homme et la femme tendent à supprimer la frontière étanche qui réduisait les épouses des présidents au « sois belle  (enfin, de préférence) et tais-toi » et à rompre avec une normalité conjugale*, mais un nouvel équilibre reste à inventer.  Valérie Trierweiler  souhaite conserver son métier de journaliste, ce qui ne saurait la contraindre à renoncer à son statut public de première dame, titre occasionnel et chimérique, concept machiste comique qui suppose de pratiquer la vertu classique  de faire-valoir du grand homme quitte à friser l’imposture et le quiproquo**. La demande des femmes d’avoir le droit de passer et repasser les frontières publiques et privées, personnelles et conjugales et donc de les bousculer exprime une exigence générale, moderne. Aujourd’hui, l’identité personnelle féminine refuse les enfermements et veut se rendre visible, sans être  obligatoirement  discrète.
Les jugements médiatiques, plutôt critiques, portés sur ce tweet ne reposaient pas sur une analyse sérieuse de la situation : François Hollande ne devait apporter aucun soutien aux candidats à la députation mais il l’a fait pour son ex-femme, le couple Royal-Hollande qui incarne une « parfaite » égalité des sexes, restait un couple public dans la plus haute rivalité politique, les armes charmantes privées de Valérie Trierweiler  ne peuvent lutter sans risque  contre les armes guerrières virulentes, politiques, de sa rivale terriblement enviable en fantasmatique et qu’il lui faut en désespoir de cause ruiner**et la situation d’un ex- mari président de la République et de son ex-femme au perchoir de l’Assemblée Nationale n’ aurait-elle pas évoqué le népotisme ?...
Valérie Trierweiler a montré qu’elle pouvait jouer excellemment le rôle traditionnel de « potiche »* auprès de Michelle Obama, avec toutes ces dames parlant jardinage et recettes de haricots. Elle se doit de créer  une nouvelle normalité sociale et conjugale, parce que le changement, c’est maintenant !
*François de Singly. ** Anne-Marie Garat.
L’avocat Maître Eolas publie sur son blog www.maitre-eolas.fr un article titré

« Malfaçon législative : le changement c’est pas maintenant. »
Le délit de harcèlement sexuel a été déclaré contraire à la constitution avant les législatives. François Hollande s’était engagé à produire une nouvelle loi. La chancellerie a rendu son projet public. Maître Eolas écrit : Et n’en déplaise à ses parents, le bébé n’est pas beau à voir. Le terme qui s’imposerait, n’étions-nous ici sur le délicat sujet du harcèlement sexuel est : imbitable.
Il corrige les nombreuses imperfections, erreurs, répétitions du texte et prévoit les impossibilités d’application. Soucieux de reconstruire, il propose une rédaction concise et sans ambiguïté du délit de harcèlement sexuel : c’est l’article 222-33 déjà inscrit dans le code pénal ! Mauvais point Madame Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la justice !
La talentueuse Nicole Bricq, ministre éphémère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie vient d’être mutée au ministère du commerce extérieur, une dépendance de Bercy. Soucieuse de préserver l’environnement, elle avait osé retarder l’exploration du bassin pétrolier de Zaedyus, au large de la Guyane. Shell a eu la peau de Nicole Bricq au moment du sommet Rio+ 20. Mauvais présage! Ce Rio+20,  4ème Sommet de la Terre est un accord sans engagement précis ni calendrier de réalisation.
Une augmentation du SMIC, de 0.60% (compte tenu de l’inflation) est une humiliation publique des smicards.
A suivre. www.atelier-idees.org  Annie Keszey.

Les commentaires sont fermés.