Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/02/2014

VINCENT BRACK PLAIDE COUPABLE : INCONSCIEMMENT!

Enfin!

Par un texte  gentillet, sur le blog de Christophe Grébert, Vincent Brack fait savoir qu’il est directeur de  campagne de ce journaliste-blogueur, candidat du MoDem à l’élection municipale de 2014, à Puteaux. Sa grande photo de « quadra » porte les prémices du destin hivernal commun, tempes grises et petites rides sous les yeux, sagesse contrainte peut-être envisageable!

 

Il écrit en particulier : « j’y ai vécu (à Puteaux) jusqu’en 2007 avant de déménager dans une ville limitrophe… »

 

Six ans plus tard, il avoue donc avoir fraudé lors de l’élection de la direction  de la section locale du MoDem de Puteaux, en 2008. Il s’est présenté en tête d’une liste soutenue par Sylvie Cancelloni, Christophe Grébert, Jean-Bernard Paulet…avec l’appui d’apparatchiks douteux du parti. Selon les textes de fonctionnement approuvés du Mouvement Démocrate, il n’avait absolument pas le droit de se présenter à ces élections puisqu’il résidait à Nanterre. Les responsables du MoDem 92, avaient été  antérieurement prévenus, par plusieurs émetteurs, de réserves sérieuses quant à la recevabilité de cette candidature : ces doutes étaient bien sûr appuyés sur trois preuves différentes. Vincent Brack s’était déclaré « offusqué »  et engagé à fournir un acte de propriété !

Sylvie Cancelloni avait fourni une fausse adresse à Vincent Brack, dans sa résidence de Puteaux.

La liste, illégale, de Vincent Brack, a été battue par l’autre liste d’Evelyne Sanka, de Pierre-Jacques Castanet et d’Eric Deflandre… qui  ont formé, tous trois, la direction collégiale de la section…Les autorités compétentes et responsables ont validé ce résultat.

Christophe Grébert, avec la complicité de ses acolytes, dans un déni partagé de démocratie, n’a jamais admis le résultat de ces élections, truquées par son clan et a oppressé honteusement les citoyens de la section légitime.

 

Vincent Brack, « descendant direct de la Maison de Hauteville » (écrit-il), par son imposture, a bien sa place sur ce blog de Christophe Grébert, virtuellement « éthique » et réellement « traître aux valeurs morales élémentaires de la République. »  Son texte, gris, rejoint la collection des nombreux textes porteurs de mensonges, censures, désinformations, victimisations, diffamation, atteinte à la vie privée publiés depuis 2008…

Annie Keszey.  

 

Les commentaires sont fermés.