Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/09/2014

PUTEAUX: DEUX ADORABLES.

 « Bonjour chers parents d’élèves. Oh là là, il y a du monde. Allez-vous bien ? » 

Ainsi parle Nao, le petit robot humanoïde, à la conférence du 25/09/2014, au Palais de la Culture.  

Nao, à la tête et aux yeux ronds, aux épaules sportives et à la taille fine peut regarder devant lui et le bout de ses pieds- il s’agenouille, s’assied, s’allonge et fait des pirouettes- marche, joue au foot et danse-parle, écoute, répond, questionne, enseigne, corrige et évalue… 

Un petit garçon présent a pris doucement la main de Nao et tous deux ont marché ensemble : belle image insolite! 

Nao 1er et Nao 2 ravissent, concentrent et interpellent. 

Ils sont destinés aux écoles et aux lieux d’activités périscolaires, appelés à lutter contre l’échec. Il n’est pas possible, en ce début d’année, d’en savoir plus. Les maîtres-utilisateurs  sérieusement formés à cette pédagogie nouvelle, non décrite, nous raconteront plus tard.  

C’est une initiative remarquable de la mairie, en adéquation avec ses moyens financiers élevés utilisés pour un projet  avant-gardiste, au service de l’instruction prioritaire des jeunes. 

http://ts1.mm.bing.net/th?&id=HN.608044103844366355&w=300&h=300&c=0&pid=1.9&rs=0&p=0Le conférencier, Sylvain Joseph, professeur, coordonnateur du Centre de Liaison de l’Enseignement et des Médias, a exposé l’équipement en matériels numériques des établissements de Puteaux, tableaux, tables tactiles, tablettes… très supérieur  à ceux des autres communes. Il a dressé un panorama quantitatif et qualitatif des réseaux sociaux. La France compte 78 millions de téléphones mobiles, donc plus que d’habitants, 1.32 milliards d’humains utilisent Facebook…Les jeunes préfèrent Twitter, YouTube ou Instagram…Les Français passent en moyenne 1h30 par jour sur les réseaux sociaux et autres sites audio-visuels. 

Tout « jeune » utilise les réseaux sociaux, liens avec son clan, pour communiquer avec ce clan, concrétiser un capital social, évaluer ses relations sociales, construire son identité, incorporer les codes et les valeurs des cultures jeunes, marquer son identité de jeune, identité mouvante et plurielle. 

Utiliser les réseaux sociaux suppose des connaissances en droit : limites à la liberté d’expression, respect de la propriété intellectuelle et de la vie privée. Les erreurs, les plagiats, les manques à la « Nétiquette »*  constatés sur les réseaux peuvent être corrigés par le droit de réponse ou le  droit de suppression. * Sait-on que les majuscules, dans un mail , sont un cri ?! 

Pour protéger leurs enfants, les parents veilleront à les informer des nombreuses sources de profit des réseaux sociaux « gratuits » et des captures définitives des textes et des images que tous ces réseaux sont en droit de faire. 

Ceux qui publient sur les réseaux sociaux sont, de fait, assujettis à la déontologie du journaliste : esprit critique, fiabilité de l’information, contexte précis. 

Les parents sont invités à suivre la règle des 4 A de Laurence Juin : aucune recette d’intervention, accompagnement obligatoire du jeune, acceptation de l’erreur, exercice permanent du rôle d’adulte. 

Sylvain Joseph cite ensuite quelques pratiques  d’établissements scolaires dont les buts sont de communiquer, de publier, de s’exprimer sur l’espace public, d’apprendre à valider l’information : le journal télévisé interne de Coignières, la radio du lycée Le Corbusier de Poissy, le blog « Le héron déplumé » du lycée Rosa Parks de Montgeron*, les 380 twittclasses francophones…* Le long article écrit par des élèves du 4/02/2014, par exemple, sur des coutumes japonaises est de qualité : seules 3 incorrections orthographiques et une ligne d’informations déplacée seraient à corriger (l’ « adulte » superviseur a été distrait) 

Une inspectrice de l’Education Nationale, des professeurs, des directeurs d’école étaient présents à cette conférence sur l’accompagnement des jeunes dans leurs usages du numérique à l’école et à la maison. Ils ont précisé leur coordination positive avec le service de la mairie chargé des écoles que Monsieur Vincent Franchi, Adjoint au maire, présent, représentait directement. 

Sylvain Joseph, pour toute question, reste joignable : clemi@ac-versailles.fr 

Un participant a demandé si le langage informatique était enseigné aux enfants : question futuriste pour l’Education Nationale, très en retard dans ce domaine. 

La pédagogie spécifique à l’enseignement utilisateur de ces supports n’a pas été traitée. Elle reste d’ailleurs pratiquement inconnue. Comment un professeur d’histoire  de lycée fait-il pour éviter le copier-coller, s’il le souhaite toutefois, quand il demande à ses élèves une recherche personnelle sur un sujet ? La réponse est dans le libellé de la question professorale, difficile à rédiger et qui doit être très spécifique. .. C’est un nouveau métier, complexe, pour une autre conférence de décryptage! 

La mairie de Puteaux, par cette modernisation des supports pour apprendre et sa décision d’informer et de lier entre eux tous les acteurs concernés, est à remercier. 

Cette conférence putéolienne perdrait de sa modernité, de sa haute pertinence, si les conseils municipaux, par exemple, ne pouvaient être enregistrés. 

Ce que l’on souhaite pour l’autre  doit être bon pour soi ! 

Image : leparisien.fr 

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.