Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2015

UN INOUBLIABLE JANVIER 2015

Puteaux.

Grandeur, République, Union nationale, Liberté d’expression.

 

Les lendemains déchanteraient-ils ?

 

Alors que le syndic du « taudis » du 17 rue Collin était fermement incité, une fois de plus, à sortir les résidents de leur marasme, il a disjoncté pour  déclamer " Je ne veux plus voir les Arabes dans mon cabinet !", " Je ne veux plus voir les Arabes dans mon cabinet !" Deux fois donc au cas où le sens, si subtil, aurait échappé aux interlocuteurs.

Mais ces résidents paient ce syndic, de plus pour une non-gestion fréquente! 

 

Deux militaires en armes protègent  la synagogue de la rue Roque de Fillol. Le samedi 24, ils semblaient frigorifiés. Peut-être était-ce une bonne idée que de leur apporter un café chaud ? Je rentre donc dans le bar à l’angle de la rue Jean Jaurès et de la rue Roque de Fillol et demande à la jeune serveuse : Puis-je avoir deux cafés, Madame, avec du sucre, mais dans des gobelets en carton parce que c’est pour les militaires sur le trottoir?

 

  • Ah, oui, pour les deux blacks ?

 

Je suis sortie.

J’achèterai des gobelets jetables pour faire des cafés à la maison ! 

 

Ce matin, une jeune amie, élève en 6ème au  collège public Maréchal Leclerc de Puteaux, semblait préoccupée .Vendredi 23, pendant le cours de musique, un élève s’est introduit dans sa classe, agressif envers le professeur. Le professeur est sorti pour le raccompagner. Pendant l’absence du professeur, un petit chahut a concerné  cette jeune amie et deux garçons. Elle a lancé sa trousse  vers l’un d’entre eux, elle a eu tort, sans le toucher cependant. Le professeur est revenu à ce moment- là et l’un des garçons s’est plaint d’avoir été agressé. La jeune amie a expliqué le contexte et précisé ses intentions nullement belliqueuses. Le professeur, à voix haute, a fait l’observation suivante à cette jeune amie : "Pendant que tu y es donne- lui une claque ou tape-le avec ta kalachnikov !"

Najat Vallaud-Belkacem, le 11 janvier, avait conseillé d’éviter l’amalgame

Annie Keszey

 

 

 

Les commentaires sont fermés.