Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/02/2015

PUTEAUX. INCITATION MUETTE AU REJET RACIAL ET RELIGIEUX.

 

Le « Gaulois » Gérard Brazon, conseiller municipal d’opposition du FN, à la fonction incertaine puisque la régularité de son élection est étudiée par la Justice,  a posté  cette photographie sur Facebook.

 

Or, l’homme est noir et la femme porte un foulard. Le choix de Gérard  ne relève pas du hasard. Le panneau électoral, les lampadaires et les grilles symbolisent la terre sacrée, l’âme de la France, terre des ancêtres,  Puteaux, victime du « grand remplacement ».

 

Le « grand remplacement » de Renaud Camus, cloîtré, terrorisé, dans un château médiéval de province, ignore bien sûr l’ensemble des statistiques sur l’immigration. Gérard oublie, quant à lui, la loi du 6/01/1978, interdisant clairement les statistiques ethniques.

 

Le titre d’apparence banal, «  Les nouveaux Putéoliens » renvoie, par l’ambiguïté du sous-entendu implicite, au livre récent « Marine Le Pen prise aux mots ». C’est un exemple parfait des procédés formels du double-langage frontiste. Par le « silence », la « mise en sourdine » des scories xénophobes, Gérard se masque (se « voile » !) en imputant aux seuls lecteurs toute interprétation raciste de l’image.  

 

Lors de son discours du 1er mai 2013, Marine Le Pen assurait « Nous croyons à l’égalité des citoyens français, quelles que soient leurs origines ou leurs croyances ».

 

En 2012, elle avait préféré une définition exclusive de l’appartenance à la nation. « La maison du peuple français, c’est la France, et il (le peuple) a le droit, chez lui, de décider qui vient et qui reste... » ?

 

Gérard manque d’une bouée  linguistique lui permettant de surnager dans le langage « diaboliquement dédiabolisé » de son héroïne Marine, à moins qu’il ne s’en délecte (Oh non, surtout pas !) : double langage et double jeu.

 

Mais, attention, nous, citoyens démocrates, avons-lu « Le FN pour les Nuls ! ».

 

Quelqu’un a dit (?) « Aime ton prochain comme toi-même ! » Gérard le mariniste est donc invité à partager un délicieux couscous chez Aïcha, puis à écouter François Gemenne, spécialiste belge passionnant des flux migratoires. (Florian Philippot, énarque du FN, a déjà subi « cette dernière salutaire épreuve au nom de l’objectivité » : ce fut difficile, mais apaisant, pour lui.)

 

Le FN serait un parti républicain. Cette image viole pourtant l’article 1er de la constitution française.

 

Annie Keszey.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.