Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2016

PUTEAUX. Voisins vigilants en orthographe.

La municipalité publie chaque mois « Puteaux Infos » pour l’information des citadins. La correction formelle des textes fait l’objet d’une vigilance normale, parfois même subtile.

L’opposant à la majorité, du MoDem, en alerte permanente maximale pour déceler les imperfections de la maire, souligne, sur son blog, une incorrection orthographique dans cette publication de mars 2016. Au lieu du titre « Amours éternels », il aurait fallu écrire « Amours éternelles ».

L’Académie française nous informe :

Amour (au sens de « sentiment passionné ; passion charnelle ») est souvent féminin au pluriel. On le rencontre, soit dans un usage populaire qui se reflète dans divers textes (chansons...), soit dans une langue littéraire assez recherchée, au féminin singulier (« L’amour, la vraie, la grande... » chez Anouilh ; « la grande amour » chez Queneau ; « cette amour curieuse » chez Valéry ; Une amour violente, enregistré par l’Académie), tandis que le masculin pluriel appartient à tous les niveaux de langue. En dehors de ces sens, amour est presque toujours masculin, au singulier comme au pluriel ; il l’est toujours quand il désigne des représentations du dieu Amour.

Puteaux Infos n’est pas rédigé en registre soutenu, pas davantage en registre familier, mais en registre courant de langue adapté à son auditoire. Il n’y a donc pas d’incorrection orthographique.

En retour, et en bonne voisine vigilante, elle aussi, Mme Ceccaldi-Raynaud fait remarquer au conseiller municipal du MoDem qu’il écrit, sur son blog, « piétonnisation » au lieu de « piétonisation ».

« Piétonisation-piétonnisation » est un néologisme. Son orthographe n’est pas fixée par les usagers. Le dictionnaire " Larousse " qui écrit le mot avec 2 n est contredit par d’autres sources, en sachant que les dictionnaires ne sont pas les responsables fondateurs des évolutions linguistiques. La plupart des sites des villes présentant leurs travaux publics d’urbanisation utilisent piétonisation. Les deux orthographes seraient utilisées à égalité, celle avec 2 n étant la plus récente. Hélène Carrère d’Encausse, académicienne, spécialiste de la Russie, ne s’oppose pas au dictionnaire franco-russe dans lequel on ne trouve que la définition de piétonisation, avec un seul n !

M Patrick Vannier de l’Académie française contacté par courriel répond, le 21mars 2016, que piétonisation ne s’écrit qu’avec un seul n : c’est la source sûre.

Les deux voisins vigilants se retrouvent donc à inégalité fraternelle dans ce combat portant sur des questions orthographiques certes fines mais utiles cependant pour que, nous, citadins, progressions toujours vers un Puteaux -« Demain » de grande qualité linguistique. L’opposant du MoDem ne manquera pas de modifier son texte sur son blog : il est également journaliste et ne saurait persister dans son inexactitude.

De plus !

Peut-on s’intéresser à des cas linguistiques aussi fins sans respecter soi-même la langue courante, bien stabilisée ?

Cet opposant du MoDem, ce 20/03/2016, envoie une alerte (!) sur son blog :

Insolite : une tentative de correction orthographique au conseil municipal de Puteaux. [Et donc, une tentative pertinente.]

Piétonnisation. [Non, incorrection orthographique, donc, de l’opposant.]

Transformation de la circulation dans une rue, réserver majoritairement aux piétons.

Réserver avec er pour terminaison ? Non !

Il fallait écrire : transformation de la circulation dans une rue, réservée majoritairement aux piétons ou copier consciencieusement le dictionnaire qui écrit transformation de la circulation dans une rue pour la réserver majoritairement aux piétons...

Mais, rien de grave, Anticor n’a pas encore prévu de casserole quand on confond les participes passés et les infinitifs. Cette incorrection devrait peut-être conduire cet opposant à des alertes (?) plus modestes et plus « académiques ».                                             Annie Keszey.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.