Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/04/2016

PUTEAUX. Les résultats 2015 du lycée l'Agora.

12/04/2016.

lycee_agora_large.jpg

Chaque année le département de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance du Ministère de l’Education nationale publie une évaluation des lycées d’enseignement général et technologique. Les médias publient ces résultats et y ajoutent des classements qu’ils expliquent.

L’Agora, en 2015, a présenté 160 élèves aux baccalauréats : 53 en série ES, 49 en S et 58 en STI2D.

Les indicateurs de valeurs ajoutées des lycées évaluent non seulement la réussite des élèves de terminale d’un établissement aux baccalauréats, mais aussi la capacité de cet établissement à accompagner le maximum d’élèves de seconde jusqu’à l’obtention de ce diplôme en prenant en compte les caractéristiques sociodémographiques et scolaires des élèves. Ils offrent en cela une analyse plus fine que le taux de réussite au baccalauréat qui ne permet pas d’apprécier le caractère plus ou moins sélectif des établissements et le parcours scolaire des élèves depuis leur entrée au lycée jusqu’au baccalauréat.

Le taux de réussite de l’Agora aux baccalauréats toutes séries confondues, c’est- à- dire la proportion de bacheliers parmi les élèves ayant passé le baccalauréat, en 2015, est de 88 %. Il est supérieur de plus 4%, ( c’est la valeur ajoutée « performance »), au taux moyen attendu (84%), de la référence nationale, calculé pour les élèves d’âge, d’origine sociale, de sexe et de niveaux scolaires comparables, dans des lycées comparables en termes d’âge, d’origine sociale et de sexe de la population accueillie.

[Le taux de réussite, de l’Agora, aux baccalauréats toutes séries confondues, en 2008, était de 78 %. Il était supérieur de 4 % au taux moyen attendu (74 %) de la référence nationale. En 2012, ce taux de réussite était de 63 %, inférieur de 14 %, au taux moyen attendu (77 %) de l’Académie de Versailles. Pour 2012, selon le journal Le Parisien, l’Agora était 51ème sur 51 dans les Hauts-de-Seine, 446ème sur 463 en région Île de France et 2270ème sur 2297 au classement national. Un échec total, incompréhensible mais inacceptable.]

Le taux de réussite en S, en 2015, est de 90 %, en ES de 89 % et en STI2D de 84 %. Ce taux de performance en ES est égal au taux attendu, en S et STI2D ces taux sont supérieurs aux taux attendus respectivement de plus 5 % et plus 6%.

[Les résultats, en ES, sont identiques à ceux de 2008. Ils progressent en S : ils étaient de 73 %. Ils progressent en STI2D : ils étaient de 78 %.]

Le Parisien, le 30/03/2016, a publié un classement des lycées des Hauts-de-Seine : le lycée Agora passe du 51ème rang sur 51 au 39ème rang sur 52. C’est une amélioration notable. Le proviseur, Madame Patricia Duseillier, en poste depuis la rentrée 2014 et qui a « rebattu les cartes », attribue cette dynamique attendue depuis longtemps aux mesures mises en place pour lutter contre l’absentéisme, mesures adaptées puisque le taux d’absentéisme est passé de 12 % à 1.5 %. Des devoirs surveillés le mercredi après-midi sont aussi imposés.

Une mesure reste encore insuffisante : le taux d’accès de la seconde au baccalauréat dans cet établissement est inférieur de 10 points au taux d’attente de référence nationale. Cette (non) valeur ajoutée « accompagnement » est de - 10. Un élève entré en seconde dans ce lycée a 47 % de chances d’obtenir le baccalauréat dans l’établissement alors que le taux d’accès attendu est de 57 % par rapport aux établissements comparables au plan national. Cette valeur devrait être positive et la plus élevée possible.

Le projet d’établissement doit définir, pour l’année scolaire 2016-2017, les nouvelles mesures pour toujours mieux réussir. Les lycées à haute valeur ajoutée « accompagnement » pratiquent, par exemple, des soutiens systématiques, des aides aux devoirs à l’heure du déjeuner, des samedis au CDI, des contrôles oraux et écrits réguliers, des stages de  bachotage pendant les vacances de printemps, des entretiens entre les élèves et les professeurs afin d’acquérir des méthodes de travail, de la confiance en soi et de l’ambition pour l’avenir. Et puis, bien sûr, le lycée, pour progresser, doit rompre avec des traditions négatives : exclusions d’élèves supprimées et remplacées par des heures supplémentaires, au CDI par exemple, formations continues collectives des professeurs sur l’efficacité pédagogique et les évaluations scientifiques. Dans les lycées qui réussissent les aides professorales régulières sont multipliées mais avec des exigences fortes quant à l’investissement personnel de chaque élève...Un climat paisible et sûr de l’établissement, sa cohésion interne, favorisent aussi l’engagement des élèves...

Des rapports ministériels très nombreux tracent de nouvelles voies afin que le premier indicateur de réussite scolaire ne soit plus seulement la profession des parents !

La réussite d’un lycée relève d’une construction complexe qui ne peut être pensée hors sol. Cependant il n’est pas interdit de s’informer sur le fonctionnement particulier d’établissements qui réussissent à promouvoir des élèves en difficulté jusqu’à l’obtention du baccalauréat.

Il est certes paradoxal dans un système éducatif national égalitaire, notre utopie fondatrice, de publier année après année, des évaluations qui mettent le doigt sur les différences entre lycées*...

Les résultats des lycées généraux et technologiques sont accessibles sur le site http://www.education.gouv.fr

Bon courage aux responsables des résultats de l’Agora!

Image : http://www.puteaux.fr

*Claude Lelièvre, historien.

Annie Keszey.