Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2016

L'ABANDON ACTUEL TOTAL, COUPABLE, INHUMAIN DU 17 rue COLLIN. PUTEAUX.

L’abandon actuel total, coupable, inhumain, du 17 rue Collin, bâtiment D.

Annie Keszey, au président du conseil syndical. Copie au maire et au service de l’urbanisme.

 Je pensais, en juin, qu’il était difficile de trouver pire que l’état intérieur du 17 rue Collin, bâtiment D.

Après deux mois d’absence, j’y suis retournée hier. L’abandon du « D » est total et les dégradations s’accentuent dangereusement. L’ARS a confirmé ce que j’ai dénoncé depuis 7 ans, en particulier le manque d’entretien illégitime des WC et des parties communes. Vous n’êtes pas intervenu avec efficacité pour changer cette situation que vous n’auriez pas tolérée pour vous-même.

Or, un employé est payé par les copropriétaires « ruinés ou presque», par l’intermédiaire du syndic, pour faire ce travail. Il ne le fait pas. Le syndic OLT GI n’intervient pas pour des raisons que lui seul connaît. Plusieurs WC collectifs, repoussants, sont, de plus, aujourd’hui, inondés et inutilisables. Cet ouvrier est payé pour le ménage, la distribution du courrier et la gestion des poubelles. Or, il distribue le courrier, la gestion des poubelles est minimale : le « D » n’a pas de local poubelle, il s’agit donc simplement de les déplacer à l’extérieur de la grille puis de les rentrer, en 5 minutes quotidiennes puisqu’elles ne sont jamais lavées. Il ne fait pas le ménage. Qu’il ne dise pas qu’il manque de temps pour le faire, vous savez que je l’ai fait pour mesurer le temps nécessaire.

Obligez (enfin) le syndic à cesser de payer cet employé pour les travaux qu’il ne fait pas ou à exercer (enfin) la contrainte légitime contre lui afin qu’il accomplisse ses devoirs en cessant ainsi de « voler » les copropriétaires civiques. Le bâtiment C se dégrade aussi inexorablement.

Le syndic ne fait aucun acte de gestion du « D ». Exigez de lui qu’il diminue ses honoraires, usurpés.

Le syndic continue la gestion financière. Sur ce thème, il est absolument nécessaire d’informer les copropriétaires sur ce que deviennent les sommes qui leur sont dues et non encore remboursées, sauf erreur de ma part par manque d’information. Une avocate a initié en justice la mise en vente de plusieurs lots appartenant à des copropriétaires en situation de lourds impayés de charges. Logiquement, ces lots auraient dû ensuite être acquis par la mairie et les sommes de charges impayées remises au syndic afin qu’il les redistribue aux payeurs : les copropriétaires civiques.

De leur point de vue, ils reçoivent des appels de charges mais n’ont pas reçu de remboursements.

Informez-les : c’est aussi votre « job ».

Et puis, changez de syndic, sauf à vouloir partager ses carences professionnelles en toute symbiose.

Merci pour les résidents du « D ».

Annie Keszey

Les commentaires sont fermés.