Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/05/2017

Texte soumis au pofessionnalisme de l'avocat de Sylvie Cancelloni.

En rouge, les observations d’Annie Keszey. Sylvie Cancelloni ne connaît pas Laurent Zameczkowski, candidat de « La République En Marche » locale, aux élections législatives. Elle porte une atteinte aveugle à l’honneur de ce candidat.

Texte sur un blog de Puteaux.

Sylvie Cancelloni commente sur sa page Facebook la campagne législative sur notre circonscription de Puteaux, Neuilly et Courbevoie sud. Aujourd'hui, elle compare les candidatures "société civile" de Laurent ZAMECSKOWKI pour la République en Marche et de Nathalie ETZENBACH pour le mouvement des 577 Indépendants :

Un candidat porté par l’élan de la Présidentielle d’un côté, une candidate soutenue par notre encore-Député, Jean Christophe Fromantin

La raison imposerait de choisir le candidat du Président. Oui, mais… la raison n’est pas au rendez-vous !

Tout au long de son mandat, Jean Christophe FROMANTIN n’a cessé de nous surprendre : par son indépendance politique, son habileté à porter des projets audacieux (Exposition universelle de 2024 (Non 2025 : confusion avec les Jeux olympiques) et requalification de l’avenue du Général de Gaulle valorisant La Défense et Puteaux), sa clairvoyance sur de nombreux projets de lois, et sa capacité à défricher des sujets complexes. Il fut l’élu du « même pas peur ! ». Un élu qui « bosse »...

A de nombreuses reprises, il n’a pas hésité à transgresser les lignes en votant des lois intelligentes, de quelque bord qu’elles soient. C’est un homme pragmatique, de compromis, qui a en outre la particularité d’avoir frappé du poing sur la table face à l’hostilité, parfois même puérile, du Maire de Puteaux.

Nathalie ETZENBACH est appelée à lui succéder,. Elle le fait dans un esprit de continuité. Dotée d’une solide expérience des finances publiques comme adjointe de sa ville, bonne connaisseuse des dossiers de POLD (l’intercommunalité qui nous lie désormais à Neuilly et aux villes de La Défense), elle aura elle aussi la même capacité à collaborer pragmatiquement à tout ce qui réformera la France, et défendra l’avenir de notre territoire.

Or, ce dernier, ce n’est pas rien avec l’annonce de la dévolution de La Défense à Puteaux et à Courbevoie par l’Etat en janvier prochain ! Sacrée aventure de rénovation d’une grande vitrine française à coups d'investissements, où il faudra « la jouer fine » , face à un maire de Puteaux qui a tout d’une « bleuette » (Non : bluette, de  plus qualificatif inapproprié puisque la légitimité du maire relève d’une élection) en matière de compétence et de légitimité

............................................................................................................................................................

...Voici pour Nathalie ETZENBACH... D’où nous arrive donc Laurent ZAMECSKOWSI ? (Non : ZAMECZKOWSKI) (Non,  Il a eu le courage avant d’autres, reconnaissons-lui, de s’engager dans le mouvement En Marche. S’il est sympathique et souriant, sa « carrure » pose quand même question… Peut-on faire de l’inexpérience totale un label ? (Inexpérience ? Vous ne le connaissez pas !) Doit-on se contenter de choisir un « fidèle serviteur » qui ne maitrise pas le b-a-ba (Non : b.a.-ba) de la chose publique ?  (Vous n’en savez rien !) Son côté « Jean de la lune » (il a tout à découvrir) peut-il être un atout ? (Vous plaisantez ? C’est un chef d’entreprise, diplômé de l’ESSEC, de l’université Paris 1 et de l’université Paris 6.)  Que pèsera-t-il dans les mois qui viennent devant les enjeux territoriaux de notre circonscription ? (Et vous, que pesez-vous depuis des décennies ?)

L’improvisation de sa candidature (faux) et la minceur de son profil professionnel (diffamation ou dénigrement?), aussi touchantes qu’elles soient, sont, disons les choses telles qu’elles sont (les choses ne sont pas ainsi !), un peu préoccupantes.

J’ai voté Macron, j’en assume les conséquences. (Justement, vous ne les assumez pas, mais  cela relève de votre liberté !)  Mais accompagnons cette rénovation de la vie politique d’un choix de compétence, plutôt que de nécessité ! Un Parlement capable de légiférer, ce n’est pas un Parlement qui bêle un « oui » inconditionnel à tout. Pas non plus qu’il ne doit devenir un bunker qui résiste au nom de sa fidélité à ce qui fut et qui n’est plus.

Il lui faut, il nous faut des élus un tant soit peu formatés à la dimension de la mission, Pas de pâles clones ânonnant le catéchisme macroniste, (insulte, diffamation ou dénigrement ?) mais des hommes et des femmes de valeur incarnés dans les sujets de leur temps

C’est la raison pour laquelle, ce mois de juin, je voterai Nathalie ETZENBACH

Sylvie Cancelloni

dans Legislative 2017 .

Les commentaires sont fermés.