Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2018

Monsieur le Président de la République.

1/02/2018. Annie Keszey, citoyenne ordinaire, adhérente du comité  « historique » de LaREM de Puteaux,

à

Monsieur le Président de la République, avec copies à Madame Brigitte Macron et à Monsieur Christophe Castaner.

Objet : votre politique.

Monsieur le Président de la République,

J’ai adhéré à LaREM avant votre élection pour une raison essentielle : vous mettiez fin à la frontière agitée et stérile entre la droite et la gauche traditionnelles. Je n’avais aucune illusion cependant quant au futur, conditionnée, comme d’autres, par des décennies de promesses stratégiques bafouées.

Ce matin, par temps gris, j’ai constaté la diminution  de 66,28 € de ma retraite de janvier 2018.C’est une rupture unilatérale d’un contrat et cette mesure, annoncée antérieurement, reste injuste et inégalitaire. Mon mari et moi avons rempli notre devoir de parents en permettant à nos deux filles de réussir des études longues et d’avoir une qualification professionnelle rémunératrice. L’argument  commode du justificatif de la diminution des retraites afin d’aider les générations futures ne nous concerne pas.

Autant que les jours précédents, aujourd’hui nous apprenons d’autres pratiques inégalitaires de votre part. Vos très remarquables discours restent encore théoriques, tel que celui que vous avez prononcé au Forum de Davos sur les inégalités mondiales croissantes, reprenant ainsi les conclusions de Joseph Stiglitz (1 %/99 %), de Thomas Piketty et d’Oxfam (...Huit hommes détiennent autant de richesses que la moitié la plus pauvre de la population mondiale...) Pourtant, semble-t-il, dans votre environnement immédiat, un certain Secrétaire général gagne  17 000 €/mois et bénéficie d’un logement gratuit, au cœur de Paris, de 182 m2. D’autres cadres très proches disposent aussi de logements gratuits, l’un de 167 m2, l’autre de 149 m2. L’obscurantisme de ces 1 700 m2 de logements de fonction gratuits contrarie l’idéal de transparence! Selon la Fondation Abbé Pierre, quatre millions de personnes souffrent du mal-logement, en France.

Vous êtes l’auteur de la première loi sur la moralisation de la vie publique. Vous vous engagiez à fiscaliser toutes les indemnités des parlementaires. Le site www.macronometre.fr de la Fondation IFRAP  et du Figaro  vous attribuerait la note de 2/10 pour cette initiative parce que vous n’avez pas tenu votre promesse.

Un référé récent de la Cour des comptes  interpellait votre gouvernement pour les nombreuses indemnités illégales et les surrémunérations des ministères de l’Economie et des Finances...

La liste serait longue.

Oui, Monsieur le Président de la République, la rumeur  s’est concrétisée depuis un an : vous seriez le Président des riches.

Mais afin de ne pas sombrer dans la mélancolie pleureuse des décennies passées, nous,  électeurs,  devons  préférer croire encore au lever du soleil « macroniste », dans un futur proche.

Avec regret pour le présent. Avec espoir pour l’avenir.

Annie Keszey.

http://www.notreputeaux.com             

http://rupture-et-metamorphose.org

http://atelier-idees.org

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

Bonsoir,
Votre propos me choque, vos filles ont réussi car elles ont bac+5? Tant mieux, tellement de métier manuel manque de compétences! Donc, vous ne vouliez pas que vos filles fassent un métier manuel, problème de riches donc! Donc, Votre retraite amputée, vous l'avais voulu en étant En Marche, c'était écrit. Vous êtes compétentes mais difficile à comprendre (enseignante?), vous idéalisez mais ne comprenez pas le monde du travail! Que vous connaissez pas!
Merci tout de même de vos actions souven maîtrisées.
Bourdieu.

Écrit par : Bourdieu | 04/02/2018

Merci Monsieur Bourdieu pour votre commentaire. Mes deux filles ont choisi librement leurs voies d'avenir. J'ai épousé "un travailleur manuel", tailleur de cristal. Je ne me reconnais pas dans votre jugement. Mon père, pupille de la Nation a commencé sa carrière comme laveur de pont dans la Marine nationale. Votre nom me "touche": mon sociologue préféré est Pierre Bourdieu. Si je méprisais les travailleurs manuels, je serais stupide en effet. J'ai critiqué la diminution de ma retraite, des retraites, parce que l'argent est ailleurs, chez des intouchables comme Google, Facebook et au cœur de la minorité mondiale des plus fortunés, épargnés. Avec mon amitié. Annie Keszey

Écrit par : Annie Keszey | 16/02/2018

Pas faux pour les gafa!
Pour les retraites, M.Macron avait annoncé la couleur, non?
Pour les travailleurs manuels, nous en manquons, faute aux politiques et aux politiques d'enseignement en particulier.
Merci pour votre blog.

Écrit par : Bourdieu | 19/02/2018

Les commentaires sont fermés.