Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2019

Relations avec le Maire de Puteaux.

Annie Keszey, LaREM de Puteaux, au Président de la commission d'éthique de LaREM.   
Mes relations avec Madame Ceccaldi-Raynaud, Maire de Puteaux.
Le signe * indique l’existence de preuves écrites.
Adhérente de LaREM depuis la campagne pour la présidentielle, je refuse d’appartenir au comité 2, né de l’éclatement du comité 1, à Puteaux, afin de ne pas partager les déviances à la charte des valeurs du parti de certains politiciens traditionnels d’opposition membres actifs de ce comité sur les réseaux sociaux. Je semble les déranger, abstraitement toutefois, en particulièrement Adama Traoré, membre du comité 2 de LaREM et @catpom27, amie de Sylvie Cancelloni de LaREM, aussi essaient-ils de se justifier à partir de certains de leurs tweets de mensonges, de diffamation et de dénigrement me concernant*. Ils sont dans un déni de justice, la vraie Justice républicaine (et non pas celle d’Anticor, par exemple, association privée, qui malgré une autorisation légale est inadaptée à une République qui se voudrait exemplaire).
Donc, depuis 2002, date de mon arrivée à Puteaux, j’ai participé à l’élection municipale de 2008, sur la liste de Christophe Grébert, dite transversale [heureuse innovation] « Puteaux Ensemble »*. La personne du maire n’a pas été critiquée pendant cette campagne. Un projet rédigé par les colistiers a été présenté. Avant le 2d tour, Christophe Grébert a souhaité faire alliance, étrangement, avec la liste de Monsieur Ceccaldi-Raynaud (qu’il a fortement critiqué pourtant), ancien maire, opposé au renouvellement de la candidature de sa fille Madame Ceccaldi-Raynaud*. Christophe Grébert ne pouvait pas gagner. Un mois après la fin de l’élection municipale, quand Christophe Grébert était devenu conseiller municipal de l’opposition, nous avons découvert « sa magouille »* selon le mot- synthèse de son remarquable directeur de campagne. Christophe Grébert a rompu avec la majorité de ses colistiers, est entré au MoDem, y rejoignant Sylvie Cancelloni, la seconde de sa liste et tenté, sans succès cette fois, à partir d’une liste amie très discutable de prendre la direction de la section*. [En 2019, Ch. Grébert, membre du bureau d’Anticor, n’est pas à LaREM (pas encore ???).]
Mon engagement de 2008 fut une erreur personnelle que j’ai reconnue publiquement mais que je n’avais pas pu prévoir.
Depuis 2002, je n’ai aucune relation concrète avec Mme Ceccaldi-Raynaud. Je ne l’ai vue de près qu’une fois, très brièvement, lors de l’inauguration du jardin des vignes près de la gare. Je rédige mes opinions sur des pratiques ou des innovations municipales, (sur Puteaux-Infos ou sur le budget participatif par exemple), sur mes blogs, consultables, www.notreputeaux.com*, www.atelier-idees.org*, www.rupture-et-metamorphose.org* et sur Twitter #Puteaux.
Je communique régulièrement par écrit, en LRAR également, avec Mme Ceccaldi-Raynaud, jamais pour moi mais pour traiter les divers dossiers de « démunis » de Puteaux que j’aide concrètement (dossiers HLM, DALO, surendettement, pensions, signalements de logements privés dangereux, demandes d’interventions urgentes à transmettre au préfet, éducation des autistes pour accéder à l’autonomie,...)*. Ce sont des échanges techniques le plus souvent justifiés par des droits fondés sur des lois. Ces écrits sont conformes au respect mutuel. Ces activités me permettent de connaître parfaitement des dossiers sur lesquels s’expriment publiquement, superficiellement et avec des erreurs inacceptables des conseillers municipaux des oppositions, toujours dans le but d’affaiblir le Maire. Je corrige leurs publications, sur les réseaux sociaux et dans la presse. Par exemple, j’ai aidé 55 familles du taudis du 17 rue Collin, pendant 8 ans, demandé moi-même, par un rapport détaillé, au Préfet, d’intervenir pour des raisons de sécurité, après en avoir averti le Maire, ce qui a été fait puisqu’il a signé un arrêté d’insalubrité irrémédiable et j’ai suivi l’ensemble des actions jusqu’à l’évacuation définitive. Cette histoire a été saisie par Ch. Grébert (B.Sirsalane, son acolyte du MoDem/ LaREM, restant silencieuse) et Sylvie Cancelloni et commentée sans la moindre connaissance de l’historique et du contexte. Mon rétablissement de la vérité stricte semble interprété, stupidement, comme un soutien au maire! Ce n’est pas le seul exemple. Sur la charte des valeurs de LaREM il est écrit : «Nous sommes déterminés à tenir en toutes circonstances un langage de vérité... »
Me désigner, dans un tweet, comme « la communicante » du Maire, n’a évidemment pas été prouvé. C’est futile!
Le climat politique de Puteaux est désastreux, marqué par des propos haineux viscéraux, mais strictement personnels*, par ambition, sans aucun lien avec l’intérêt général, de conseillers d’opposition anciens, envers le Maire. Ces politiciens conditionnés ne savent pas faire de la politique autrement. Ils critiquent en permanence des détails de la politique municipale, sans avoir encore publié depuis des années, une vision intelligente de la ville du futur. Leur adhésion à LaREM est anachronique.
Il existe aussi des conseillers municipaux d’opposition « équilibrés », mais ils gardent les principes « historiques » de la critique politique qui les distinguent négativement, mais abstraitement, de LaREM, sans faillir, eux, à l’éthique cependant.
Professeur d’histoire, je suis opposée à « la monarchie élective » de longue durée de Puteaux, mais c’est une opinion qui n’occulte pas que l’élection très majoritaire du Maire de Puteaux soit parfaitement légale et légitime*. Pour l’opposition, il est déraisonnable de se lamenter en permanence dans une ville « riche » sans reconnaître aussi ses forces : (Maison du Droit, épicerie sociale, sites de vacances, cinéma, théâtre, piscines, conservatoire de Musique, 28% d’HLM, politique du handicap, activités culturelles, jardins, commerces variés, services médicaux...). La liste complète suivra plus tard comparée à Caracas et à Pyongyang.
Les colistiers de la liste LaREM de Puteaux pour la prochaine élection municipale devront être capables de reconnaître la vérité des forces et des faiblesses d’une ville, connaître en profondeur, comme Emmanuel Macron, les dossiers sur lesquels ils s’expriment, respecter autrui quel qu’il soit, respecter la charte des valeurs et avoir acquis les connaissances nécessaires pour penser une ville « globalement », surtout en écologie, pour cesser la succession opportuniste de détails désordonnés.
Je n’appuierai pas une liste électorale locale de LaREM qui combattrait, par idéologie, une personne, des personnes, au lieu de proposer un ensemble d’actions nouvelles pertinentes pour un futur novateur rigoureux, précis et évalué.
Je n’appuierai pas une liste électorale locale de LaREM qui comprendrait des colistiers traîtres à la charte des valeurs (langage insultant ordurier*, ignorance du droit à la présomption d’innocence*, mensonges*, diffamation*, infox*, utilisation des malheurs d’autrui pour faire une carrière personnelle*, complicité, par le silence, de déviances inacceptables*).
Annie Keszey.

 

 

Commentaires

Bonsoir Madame,
Je ne comprends plus rien à Lrem.
Pourquoi avons nous reçu il y a peu un email avec C Hautbourg, Adama pour annoncer que le mouvement sur Puteaux se structurait bien?
Du bluff?
De l'arnaque?
Merci de vos explications toujours pertinentes mais pas comprises politiquement.
Je comprends la montée du populisme avec le président Macron surtout gâchant l'écologie, la classe moyenne et les forces de l'ordre!
Désolé, je ne comprends pas le comité de Puteaux.
Cordialement.

Écrit par : Bourdieu | 07/08/2019

Merci Monsieur "Bourdieu". Des adhérents du comité 2 de LaREM, parmi ceux qui se manifestent le plus publiquement, anciens politiciens qui cherchent une voie nouvelle, ne devraient pas appartenir à LaREM dont ils ne respectent pas la charte des valeurs. Les autres, ceux de la société civile se taisent. J'ai tenté de joindre récemment "Alexandre", un adhérent remarquable de cette société civile pour échanger avec lui: malheureusement, il m'a informée qu'il avait quitté ce comité et quitté LaREM. Ce sont de mauvaises nouvelles. Personnellement je continuerai à m'opposer à toute dérive éthique des candidats à l'élection municipale. L'exemplarité ne saurait être un mot creux. Bon courage à vous. Annie

Écrit par : KESZEY Annie | 12/08/2019

Bonsoir Madame et bravo de votre exemplarité!
Malheureusement Lrem n'applique pas les règles qu'elles s'étaient imposées. Et les investitures semblent trop obscurs. Quel gâchis...

Écrit par : Bourdieu | 12/08/2019

Les commentaires sont fermés.