Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/01/2014

PUTEAUX en 2014. LA RICHESSE ET LE BUDGET, LES IMPÔTS.

La richesse et le budget.

Le budget de Puteaux 2013, voté le 3/04/2013, publié sur www.Puteaux.fr (Ma ville- budget 2013) est de 277 millions d’euros avec une capacité d’autofinancement de 23.7 millions d’euros.

La mairie, fin 2004, sous le mandat de M Charles Ceccaldi-Raynaud avait 228 millions d’euros placés, fin 2012, il en restait  44.5 millions.

La Cour des comptes critique périodiquement des décisions municipales. Un rapport, communiqué le 9/07/2012, est accessible sur le site :

www.ccomptes.fr/fr/Publications/Publications/commune-de-Puteaux-Hauts-de-Seine

Le contrôle porte sur les emplois de la ville et les structures de la petite enfance. La collectivité putéolienne souffre d’un certain déficit de culture administrative et de rigueur dans sa gestion. Elle ne pratique pas une véritable gestion des ressources humaines. L’absence d’anticipation des besoins en effectifs et en compétences, explique, en partie, le recours à des personnels non titulaires. Une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences demandée par la cour en 2005, n’avait toujours pas été mise en place en 2011.Dans le secteur de la petite enfance la commune n’a procédé à aucun diagnostic préalable sur l’offre existante et n’a procédé à aucune évaluation de ce secteur d’activités .La chambre observe que le bilan des deux opérations d’investissement, le marché de la médiathèque et celui du Palais,  fait apparaître un coût et des délais de réalisation très supérieurs aux prévisions. Les documents fournis par la commune ne sont pas toujours conformes aux directives et des contradictions au sein de divers documents ne permettent pas d’accéder aux données avec clarté. Par exemple, la transparence attendue entre les places proposées dans les structures de la petite enfance et les demandes non honorées n’existe pas. Le nombre de places croit cependant, avec un partenariat avec le privé qui semble maitrisé. Au produit fiscal très important de la commune correspond un niveau particulièrement élevé des dépenses de fonctionnement : 3811 €/ habitant, alors que la moyenne de la strate est de 1521€/habitant…

Le constat de la chambre des comptes, pour globaliser, est celui d’un manque de rigueur et de professionnalisme gestionnaire qui nuit à l’efficacité attendue de tels moyens financiers positivement atypiques.

Evelyne Hardy, conseillère municipale d’opposition, indépendante, spécialiste en finances, analyse chaque année les budgets et les comptes de Puteaux. Ses études sont publiées sur son blog www.evelynehardy.com

Régulièrement, elle regrette les écarts entre les budgets présentés et les comptes à approuver. Elle s’est inquiétée depuis 2008, des augmentations déraisonnables des coûts de fonctionnement qui devraient enfin un peu baisser en 2013.

Les budgets d’investissements prévus sont colossaux et la plupart du temps irréalisés. Des postes de dépenses sont non maîtrisés et « explosent », tel le budget des fêtes et cérémonies. De même, on retrouve dans la gestion financière des absences d’évaluations pour juger de la pertinence des dépenses. Que font les 122 associations subventionnées par l’argent public de la mairie, par exemple ?

 

Les directeurs des services doivent être choisis désormais parce qu’ils sont des experts reconnus, compétents en gestion. Il est temps que cette ville mette en place un budget participatif faisant appel donc aux idées et actions des administrés. Les compétences du conseil municipal ne sont pas suffisantes. Porto Alegre, au Brésil, fut un pionnier de cette pratique, en 1989, pour éviter les erreurs d’investissement et établir l’égalité sociale. En France, en 2005, Ségolène Royal, instaura un budget participatif pour les lycées de sa région Poitou-Charentes, étendu depuis peu aux maisons familiales et rurales. Dans la région parisienne, Issy-les-Moulineaux délègue, par an, à chaque Conseil de quartier, 152 500 € pour des investissements de proximité, le 12ème arrondissement de Paris délègue, lui, 10% de son budget.  Cette délégation concrète de moyens est la principale évolution des budgets participatifs. Les grands travaux ne sont évidemment pas prévus dans ces sommes déléguées. Naheed Nenshi, maire de Calgary, au Canada, élu en 2010, à partir d’un équipement informatique performant, pratique la transparence budgétaire. Il interroge ses administrés sur twitter et reçoit des milliers de réponses citoyennes. Sa dernière consultation demandait aux citoyens de choisir, à partir de plusieurs propositions, l’affectation de 52 millions de dollars canadiens de surplus inespérés…Par malchance, ils ont dû être affectés pour remédier aux dégâts après une catastrophe naturelle.

 

La ville est trop riche. Le montant de l’obligation de reverser des fonds de solidarité pour les communes moins favorisées, mais bien gérées toutefois, devrait être plus élevé, à moins que la gestion ne devienne un modèle national de rigueur et de « créativité » plaçant Puteaux en avance sur son temps.

 

Lire la suite

24/11/2013

LE MEILLEUR MAIRE AU MONDE.

La « City Mayors Foundation », un groupe de réflexion, think tank  international, indépendant et non-commercial, basé à Londres, organise, tous les 2 ans, depuis 2004, le concours du meilleur maire au monde et dit rechercher des maires honnêtes dotés de leadership et de vision,  capables de gérer les villes avec intégrité, d’assurer la sécurité des citoyens, de protéger l’environnement et de maintenir l’harmonie entre les communautés.
Pour participer au prix  les nominés  doivent souscrire au « Code of ethics » où il est question d’honnêteté, de droits humains et de coopération.
www.citymayors.com

www.eitb.com

world mayor,bilbao,meilleur maire,guggenheim,azkuna,élections municipales

Le maire de Bilbao, en Espagne, Iñaki Azkuna, a été élu meilleur maire au monde. Il a gagné le prix World Mayor 2012, en janvier 2013.
Spécialiste en radiologie et cardiologie, il avait reçu précédemment la «  Gran Cruz de la orden civil de sanidad » et la Légion d’Honneur de France.
Elu maire en 1999, membre du parti nationaliste basque, parti de droite, il a transformé la ville en passant d’une cité industrielle en déchéance à un centre international, en particulier, pour le tourisme et les arts. C’est un gestionnaire rigoureux du budget de la ville, faiblement endettée et son administration est transparente.
La ville de Bilbao de 351 529 habitants en 2012, est située au fond de l’estuaire du fleuve Nervion. Elle est le centre financier de la communauté autonome basque dont le niveau d’industrialisation et le niveau de richesse sont un des plus élevés d’Europe.
 C’est en 1989 que la ville a lancé un premier plan de revitalisation urbaine. Une société anonyme regroupant le gouvernement basque, la province de Biscaye et les municipalités concernées, « Bilbao Ria 2000 » a investi 735 millions d’euros. Le projet phare de ce plan de revitalisation a été la construction du musée Guggenheim.

Le musée Guggenheim est un édifice politique grandiose de 24 000 m2. C’est une œuvre d’art sculpturale et spectaculaire parfaitement intégrée dans la trame urbaine de Bilbao, œuvre du grand architecte Frank Gehry.

world mayor,bilbao,meilleur maire,guggenheim,azkuna,élections municipales
Ce bâtiment ambitieux s’écarte cependant des nombreux projets hasardeux, coûteux, de responsables politiques frappés par la folie des grandeurs ou le désir d’immortalité. Sa construction a été précédée d’études spécialisées approfondies, dans des domaines multiples où le montant de l’investissement était rapporté aux principes futurs du fonctionnement choisis pour produire de la richesse. Le musée Guggenheim fait de Bilbao, une ville phare en art et tourisme. Le musée, très visité, enrichit la ville.
La recherche de la qualité architecturale  également dans la construction de l’aéroport, d’un pont, du Palacio Euskalduna, du tramway, de la tour Iberdrola, confiée à des architectes prestigieux, a dynamisé la ville, devenue prospère.
Dès 1999, la métamorphose de la ville est évidente.
C’est cette dynamique que le  meilleur maire au monde a su préserver et amplifier.
Déjà, en 2003, la fondation Pfizer a décerné à Bilbao le prix de la ville espagnole la plus saine.
En 2004, la ville a reçu le prix du meilleur projet urbain du monde, à Venise, ainsi que le prix européen de Planification urbaine et régionale.

Lisa Scaffidi, maire de Perth, en Australie a obtenu le 2d prix du World Mayor, suivie de Joko Widodo, maire de Surakarta en Indonésie, de Régis Lebeaume, maire de Québec city au Canada et de John F Cook maire d’El Paso aux USA.

Images: architravel.com et routard.com
Annie Keszey.

06/11/2013

ELECTIONS MUNICIPALES. UN MAIRE IDEAL.


Le 3/11/2013 ont eu lieu les élections municipales dans 1100 villes et villages de la province canadienne du Québec, dont à Montréal  au scrutin uninominal à un tour. Denis Coderre, un libéral, a été élu maire de Montréal avec 36.1 % des suffrages. Le taux de participation a légèrement augmenté par rapport aux précédentes élections, il y a 4 ans, pour atteindre 40% ! Plusieurs politiques et associations citoyennes avaient pourtant appelé les électeurs à voter. Ces électeurs, sont scandalisés par l’imposante corruption noire de leur classe politique : depuis le 5/11/2012 date de la démission du maire Gérald Tremblay miné par des allégations de corruption, 2 autres maires ont administré la ville, Michael Applebaum, désigné maire par intérim,  accusé de 14 chefs d’accusation de fraudes envers le gouvernement et remplacé par Laurent Blanchard élu le 25/06/2013, par le seul conseil municipal. Trois maires, donc, en un an!
Avant ces élections, François Cardinal, journaliste, conférencier, analyste et écrivain avait rassemblé 80 collaborateurs de haut niveau et de domaines variés, pour participer à l’élaboration d’un programme ambitieux d’une centaine de propositions, proposé sous le titre « Rêver Montréal ». Il décrit lui-même le « maire idéal ». On ne saurait mieux dire !
« Aujourd’hui, nous voulons notre maire décisif, sans être autoritaire, nous le voulons populiste (sens positif en français canadien) mais capable de grandeur, nous le souhaitons consensuel mais capable de trancher, nous exigeons qu’il écoute les électeurs mais certainement pas les sondages, nous le voulons ambitieux mais pas carriériste, nous cherchons un être de conviction capable de s’adapter au contexte, nous lui demandons d’être pragmatique mais aussi audacieux…
Un déplacement du maire une fois par semaine dans les transports en commun est réaliste et hautement souhaitable.
Bref, nous avons de grandes attentes. Et, immanquablement, de grandes déceptions…
La toute première chose, la plus importante d’entre toutes, c’est l’amour passionnel que le maire ressent pour sa ville. S’il y a une chose que les grands maires, les Boris Johnson (Londres), Bertrand Delanoë (Paris), Michael Bloomberg (New York) et voire Jean Drapeau, à l’exception de son absolutisme anachronique (Montréal) et son prédécesseur Camillien Houde, c’est cet attachement intense pour leur métropole qui motive chacun de leurs gestes, chacune de leurs pensées…
La deuxième qualité la plus importante d’un maire fort : aimer être sur le terrain, rencontrer ses concitoyens, s’occuper des petites choses comme s’il s’agissait des plus importantes…
Il faut aimer sortir de son bureau, aimer les gens, aimer communiquer avec le monde, aimer faire du travail de terrain…
Il faut être capable de fixer des priorités claires, Il faut savoir avec précision ce que l’on veut réaliser pendant son mandat. Il faut avoir une liste courte de projets à accomplir coûte que coûte…
Il faut être capable d’affronter les réactions parfois virulentes des citoyens…
Il faut être en mesure d’asseoir les gens aux intérêts divergents ensemble, de les faire travailler de concert. Il faut travailler fort pour bien faire comprendre que l’on vise le bien commun…
Montréal, depuis très longtemps, n’a pas eu de leader fort. La situation de la ville est critique… »

Marie France Bazzo, animatrice à la première chaîne de radio- Canada écrit :
« On en a marre de l’administration kafkaïenne, du festival perpétuel du cône orange, de l’ex- maire jovialité qui a succédé au maire ahuri et de l’absence congénitale de vision pour la ville la plus importante du Québec…
Les révélations quasi-quotidiennes de la Commission Charbonneau à propos de la collusion et de la corruption qui minent la métropole ont eu raison des plus optimistes d’entre nous… »

Yves Desgagnés, metteur en scène, souhaite, à la tête de Montréal, «  quelqu’un qui a autant de talent que sa ville, c’est-à-dire un être sensible à la beauté, qui a du goût, de la culture, de l’envergure. C’est impératif, l’élu devra avoir des idées folles, des projets à première vue irréalistes (Drapeau a fait construire une île au beau milieu du fleuve pour son expo) et surtout, surtout, l’élu devra avoir du raffinement, Beaucoup de raffinement, avec un sens aigu du détail. Car c’est dans les détails qu’on reconnait la grandeur d’une ville : l’élu devra nous tirer vers le haut, non vers le bas. Incontournable: l’élu se devra d’être francophile et s’en vanter. Il devra brandir à chaque souffle la seule réelle particularité de cette ville nord- américaine : le fait français…
Il nous faut un être de talent, sans modèle de gestion préétabli, capable d’imaginer Montréal dans toute sa fulgurance… »

Source : Rêver Montréal, 101 idées pour relancer la métropole, collectif sous la direction de François Cardinal. Les éditions La Presse. 3ème trimestre 2013.

Annie Keszey