Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/12/2016

Merci Monsieur François Bayrou.

La presse rapporte vos propos confirmés sur le site du MoDem : les électeurs démocrates ne peuvent donc que  vous remercier.

Vous ne vous ralliez pas à François Fillon. Avec le projet du député de Paris « ceux qui ont moins auront moins, et ceux qui ont plus auront plus » avez-vous dénoncé. « Il y a aujourd’hui une vague idéologique simple qui consiste à choisir l’augmentation permanente des inégalités ».

Or l’accroissement des inégalités, en France et dans le monde, met en péril la démocratie.

Nous l’avons appris à partir de diverses analyses profondes et convaincantes : Au nom du tiers état/François Bayrou, La société des égaux /Pierre Rosanvallon, L’idée de justice/Amartya Sen, Changer l’Europe/  Les économistes atterrés, Quand le capitalisme perd la tête/Joseph Stiglitz, Le capital au XXIème siècle/ Thomas Piketty...

Vous avez mis en parallèle la suppression de l’ISF pour quelques-uns, d’une part, le travail payé moins et la hausse de deux points de TVA pour tous les consommateurs, d’autre part, mesures contenues dans le projet de François Fillon. Ce sont en effet des mesures d’une droite «hors frontières », caricaturale.

La Mutualité française évalue à 20 milliards d'euros* le coût supplémentaire, pour les ménages français, de l'application du programme de François Fillon en matière de déremboursement de certains soins. (*1 200 € de plus par an pour un couple et deux enfants.) 

François Fillon a semblé être un responsable politique engagé mais peut-être n’est-il, lui aussi, qu’un responsable politique intéressé. Le Canard enchaîné se serait informé sur l’entreprise de conseil très lucrative «  2 F Conseil », dont François Fillon est le seul salarié. A son salaire complet de député (député  à temps partiel ?) de 5 357 € net, François Fillon aurait  rajouté près  de 18 000 € par mois provenant de ses activités de conseil. Ces excellentes conditions matérielles  pourraient engager François Fillon à se protéger lui-même, peut-être, dans un avenir proche, contre l’impôt sur la fortune...

Les commentaires médiatiques après « la primaire », requièrent parfois de la part du peuple ordinaire, dont je suis, un petit exercice de réflexion : ainsi, les Centristes (Nouveau Centre et UDI) ne seraient plus centraux ?  

Bon courage Monsieur Bayrou. Continuez à communiquer avec nous!

Annie Keszey.

 

 

 

20/11/2016

Primaire de la droite et du centre: la charte.

20/11/2016, à midi.

Annie Keszey, citoyenne électrice hors partis de Puteaux, à

Madame le Maire , Messieurs les présidents des partis politiques, Monsieur le ministre de la Justice, Monsieur le Premier ministre,

à Médiapart et à Marianne. 

Un avis.

Dans les bureaux de vote de ce dimanche, à Puteaux, une  charte des valeurs, affichée, doit être  approuvée par signature avant chaque vote individuel : comme dans tous les bureaux de vote de France d’ailleurs.

Or, cette signature n’engage en rien l’électeur.

La charte commence ainsi : « Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre... »

NON !

Non, parce que la République est UNE et INDIVISIBLE, depuis sa proclamation par la Convention, le 25/09/1792. L’indivisibilité qui induit l’unicité du peuple français est inscrite dans l’article premier de la Constitution française de 1958. 

Les valeurs républicaines de la droite et du centre n’existent pas isolément, par captation d’un « Tout », par l’une des parties.

Ce sont les valeurs de la République française « une et indivisible » qui existent : liberté, égalité, fraternité, laïcité.

L’unité et l’indivisibilité de la République garantissent une application uniforme du Droit sur l’ensemble du territoire national.

La charte devrait être rectifiée : « Je partage les valeurs de la droite et du centre (et lesquelles) » ou  « Je partage les valeurs politiques de la droite et du centre (et lesquelles) », par exemple. 

[Une étrangeté antérieure suffisait : le centre, en particulier, n’appartient pas aux « Républicains », à partir d’un choix monopolistique discutable de l’UMP pour son nouveau et récent « baptême civil»]

Annie Keszey. www.notreputeaux.com

 

 

 

21/10/2016

Une évaluation d'un président de la République française : Nicolas Sarkozy.

Sources : Henri Guaino, « En finir avec l’économie du sacrifice».-  François Lenglet, « Tant pis ! Nos enfants paieront ». Thomas Piketty*, « Aux urnes citoyens ! ».- Le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (Liepp) de Sciences-Po- Le CNRS** - Biskeo -  Yves Surel, Jacques Maillard, « Les politiques publiques sous Sarkozy », presse de Sciences-Po. - www.perdre-la-raison.com** – Carole Barjon, « Mais qui sont les assassins de l’Ecole ? ».-  Terra Nova et Donald Hébert dans le Nouvel Observateur.- Dominique Paillé sur le site d’Atlantico. L’INSEE. Challenges avec Stéphane Carcillo et Yann Algan de Sciences Po, André Zylbergerg du CNRS et Pierre Cahuc de polytechnique**. Transparence internationale France***.

Aucun auteur n’a de responsabilité dans l’évaluation suivante, mais ils sont tous remerciés. Un organisme expert et indépendant devrait systématiquement informer le peuple des bilans présidentiels et des projets : la raison critique de l’électeur dialoguerait avec son idéologie.

Nicolas Sarkozy. Nicolas Sarközy de Nagy-Bocsa, dit Nicolas Sarkozy, fils d’un immigré hongrois, avocat, est élu président de la République, face à Ségolène Royal, le 6 mai 2007 avec 53,6 % des suffrages. Il exerce son mandat du 16 mai 2007 au 15 mai 2012. Il a appartenu aux mouvement et partis successifs suivants : UJP-UDR-RPR-UMP et LR. En 2007 a lieu la crise des subprimes aux Etats-Unis et, en 2008, la faillite de la banque Lehman Brothers. Cette crise majeure atteint et frappe l’Europe qui entre en récession aiguë. Le bilan de certains mandats précédents, de plus, est lourd.

Mais pour gouverner, il faut aussi savoir prévoir.

L’évaluation suivante est celle des principaux résultats, sans recenser toutes les transformations du mandat. A partir de sources différentes, pourtant sérieuses, il est parfois difficile de trouver la vérité. Les mesures jugées positives par une majorité d’analystes sont inscrites en rouge foncé.

Lire la suite