Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2016

François HOLLANDE déshonore la France.

Le vendredi 4 mars 2016, François HOLLANDE a décoré de la Légion d’honneur, à L’Elysée, Mohammed ben Nayef, prince héritier d’Arabie saoudite et ministre de l’Intérieur du Royaume.

Journal Le Monde du mardi 8 mars 2016.

P1010208.JPG

Le président de la République, Grand maître de l’Ordre national de la Légion d’honneur, discrètement, a déshonoré la France et particulièrement tous les décorés dans l’Ordre dont Charles de Gaulle et Simone Veil...  

Il a déshonoré la mémoire de mon père nommé Chevalier de la Légion d’honneur par Décret du 19 juin 1951, paru au journal officiel du 24 juin 1951, en qualité d’ « Ingénieur ». 

70 exécutions ont eu lieu depuis le début de l’année en Arabie saoudite. Mohammed al Nimr, jeune opposant politique appartenant à la minorité chiite opprimée est condamné à la décapitation, suivie d’une crucifixion et son corps restera exposé jusqu’au pourrissement de ses chairs. Il a été jugé par un juge unique aux ordres d’un pouvoir appliquant la charia. Son oncle, le Cheikh Nimr al Nimr, avait été condamné avant lui.

La dynastie des Al Saoud, en guerre contre les minorités non sunnites du Moyen-Orient avec les armes vendues par François Hollande, tient aussi les femmes sous un joug tyrannique...

La Grande chancellerie rappelle que la Légion d’honneur réunit des personnalités célèbres et des citoyens inconnus du grand public autour du mérite personnel au service de la nation... Chaque nouvelle promotion de décorés raconte la noblesse des actions individuelles ou des parcours professionnels et sociaux qui dessinent les contours de la grandeur collective...La Légion d’honneur illustre l’esprit civique français, le sens de l’intérêt commun...

François Hollande a failli et nous a tous trahis.

Les inconditionnels du gouvernement nous expliquent que cette décoration d’un étranger est un acte de réalisme politique ou de diplomatie courante.

Ingrid Betencourt qui a eu beaucoup de temps pour réfléchir dit : «  Ce n’est pas bien. On ne peut être comme les autres dans cette foire pour décrocher des contrats. Les autres exemples identiques (Ceausescu, Vladimir Poutine...) sont toujours scandaleux. »

Quelle affligeante et amorale médiocrité politique !

Annie Keszey, pour l’honneur de son père. (Cent envois par courriers aux acteurs politiques.)

08/03/2016

PUTEAUX INFOS MARS 2016.

PUTEAUX - « DEMAIN ».

Comme dans le précédent PUTEAUX INFOS de février 2016, peut-on, dans le numéro suivant de mars, déceler les initiatives pour PUTEAUX- « DEMAIN » ?

Page 5. Sans doute le bicentenaire et le tricentenaire ...de Verdun trouveront encore une place dans un lointain journal, de même que le très beau moulin de Chantecoq, restauré : Puteaux d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Page 8. La prochaine fusion des Hauts-de-Seine et des Yvelines, même si la diminution des découpages administratifs est nécessaire, ne relève actuellement d’aucun jugement, faute d’évaluation possible de sa pertinence gestionnaire et de sa meilleure maîtrise des finances. Attendons un an !

Pages 12 et 13. Les jumelages et pactes d’amitié s’inscrivent dans de nécessaires relations européennes et internationales. Les raisons des choix cependant ne sont pas apparentes, ni le principe de rationalisation qui justifierait les lieux choisis. Les dons importants, faits sur fonds publics, devraient répondre aussi à une logique économique au sens large et pas seulement affective. La prise en compte sérieuse de l’indice de développement humain, l’IDH, par exemple, pourrait justifier les choix, sauf pour les échanges culturels toutefois. Cet indice appliqué depuis 1990 par le Programme des Nations unies pour le Développement et dont le calcul a été revu en 2011 est parmi les meilleurs indicateurs de développement connu : il prend en compte le Produit national brut (PNB)/habitant, l’espérance de vie à la naissance et le niveau d’éducation. On peut s’interroger par exemple sur la pertinence de faire des dons aussi importants à Israël (bibliothèque scolaire, piscine...) alors que l’IDH de ce pays classé internationalement 19ème en 2014 est supérieur à l’IDH de la France classée 20ème. Il est supérieur aussi aux IDH de la République tchèque, du Portugal et du Maroc, moins choyés. Des considérations historiques peuvent être sous-jacentes. La construction d’un dispensaire et l’acheminement d’appareils médicaux au Mali sont pertinents : l’IDH du Mali est particulièrement faible et ce pays occupait le 180ème rang des IDH mondiaux en 2013! En 2015, l’espérance de vie au Mali classé 186ème/193 était de 51ans pour les hommes et de 53 ans pour les femmes ! L’espérance de vie, la même année en France, 14ème/193, était de 79,4 ans pour les hommes et 85,2 ans pour les femmes.

Page 17. Le projet Oxygen intègre des espaces nouveaux pour l’avenir tels que ceux du coworking et de l’enseigne de restauration label ferme fondé sur un circuit court, par exemple.

Pages 38 à 44. Internet et les nouvelles technologies de l’information et de la communication (les TIC) occupent effectivement une place croissante dans la politique de la ville qui en publie le catalogue. (Certaines informations annexes peuvent surprendre : il n’est pas aisé de retrouver Puteaux sur le site www.yeswegreen.org..). En page 40, le titre « Puteaux : une Smart city à votre service » anticipe cependant la réalité future de «  Puteaux, ville intelligente* ». Cette notion anglo-saxonne*, très complexe, comprend de nombreuses dimensions, autres que les connexions informatiques, qu’il s’agit en effet d’introduire dans la ville mais aussi de relier entre elles pour aboutir à un nouveau système urbain. Dans le seul domaine des TIC manquent les références aux réseaux sans fil ouverts, à l’Open data (exemple de Nantes)...Yochai Benkler, dans son livre La richesse des réseaux précise que si l’on veut que les générations futures jouissent des immenses bienfaits d’une économie de l’information en réseau il faudra nécessairement édifier une infrastructure de ressources de base soumise au principe de non-discrimination, puis une infrastructure communaliste dont les conseils en réalisation donnés par l’auteur occupent des centaines de pages ! Pour simplifier, une Smart city, forte en TIC, comprend six dimensions principales, toutes « intelligentes » : l’économie, la mobilité (Barcelone est un des meilleurs exemples), l’environnement (l’énergie verte), les habitants, le mode de vie (living), l’administration (government- transparency). Les schémas pages 40 et 41 sont d’intéressantes prémices.

Puteaux, politique publique, Smart city, IDH, évaluations

Bon courage Puteaux ! Puteaux-Infos publie peu (ou pas) d’évaluations sur les réalisations. Il serait utile ultérieurement de connaître les simplifications, les améliorations, les gains de temps et d’argent induits par l’informatisation croissante.

En tapant Smart city, puis images, sur Google, des schémas permettent d’appréhender la complexité du « label »

Pages 46 à 49. La protection des arbres, l’information sur les océans, le renforcement de la diversité sont, en effet, des préoccupations indispensables et désormais pour toujours.

Pages 51 à 55. Ces pages portent sur l’emploi, sujet prioritaire avec l’instruction. Les initiatives de la commune sont nombreuses. Le site www.puteaux-emploi.fr est une initiative très importante. En ce jour du 6/03/2016, 953 emplois sont proposés à Puteaux, 47 606 hors de Puteaux et 15 870 formations. L’absence de statistiques peut-être encore impossibles à calculer, revient, pour les citadins, à une absence d’information primordiale. L’efficacité du site devrait se lire ultérieurement sur les statistiques de l’Open data de l’INSEE : en 2012, le taux de chômage des hommes de 15 à 24 ans, à Puteaux, était de 25 % (!), celui des femmes de 19 %. Le taux de chômage global des 15 à 64 ans la même année était de 10,4 %... Il sera possible aussi d’apprécier la pertinence des emplois proposés par rapport aux niveaux d’études et aux expériences professionnelles des chômeurs putéoliens. Quand une rare tentative de chiffrage est faite, plus publicitaire que technique, elle est incomplète. Ainsi la journée, positive, organisée pour aider les jeunes à trouver un job d’été «  a connu l’an dernier un véritable succès : près de 500 jeunes se sont déplacés en vue de trouver un job pour les aider à financer leurs études ou leurs loisirs ». 500 jeunes, en effet, c’est une réussite ! Un jeune exprime sa satisfaction, c’est normal, la parole n’est pas donnée à un jeune moins chanceux. Mais enfin combien de jeunes ont trouvé ce jour- là un job concret ? Combien sont venus pour aucun résultat ? Si on ne connait pas les réponses comment peut-on faire évoluer cette journée vers des lendemains qui chanteront?

Déjà, le rapport Deleau, en 1985, sur l’évaluation des politiques publiques, proposait des questions pour mesurer des objectifs. Un exemple : « Dans quels cas l’intervention X a- t- elle le mieux permis à des chômeurs de retrouver un emploi durable et pourquoi ? »   

En page 3, la maire dit engager la commune sur tous les fronts, dont celui de la démocratie. Donc Puteaux peut progresser en transparence, critère de l’idéal démocratique le plus récent et promis à un bel avenir puisqu’il respecte les capacités de jugement et de critique des administrés ordinaires.

Puteaux Infos devrait désormais publier régulièrement des évaluations de la politique publique communale, parce que les évaluations servent à alimenter la prise de décision, à l’orienter, à la fiabiliser. Mesurer la pertinence, l’utilité, la cohérence, l’efficacité, l’efficience, la durabilité des objectifs définis pourrait être le travail d’une mission d’experts d’évaluations et de contrôles.

Cette pratique de publication de résultats, nouvelle semble-t-il (sauf pour les finances), supposerait peut-être un effort bref de pédagogie afin que la transparence quant aux échecs des politiques publiques, que l’on pressent rares, involontaires et rectifiés, ne soit pas retournée « contre ceux qui bossent » par certains dilettantes de la commune.

Image : wien.gv.at

Annie Keszey.

28/02/2016

Jacques Lang s'oppose à Martine Aubry.

Février 2016.

Après la violente critique de Martine Aubry contre François Hollande dans le journal Le Monde, Jack Lang, directeur de l’Institut du monde arabe répond aux questions du journal Le Parisien.

Un extrait.

Aubry a-t-elle eu tort ?

Oui. Affirmer avec force des convictions, d'accord. Mais s'attaquer avec cette hargne aux personnes, non. Quand on publie un texte aussi brutal, on a le devoir de l'accompagner d'un projet. Les citoyens ne peuvent être que désemparés : d'un côté, une dénonciation sans réserve avec des mots durs et, de l'autre, une absence totale de vision, de projet, de propositions. Qu'une personnalité de talent, qui exerce des responsabilités, se livre à un tel jeu de massacre réduit la politique à une foire d'empoigne...

Jacques Lang a raison.

Annie Keszey