Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2015

REMARQUES SUR UN COMMUNIQUE DU FN.

 

SECOND TOUR DES ELECTIONS DEPARTEMENTALES. Remarques sur le communiqué de Gérard Brazon et de Brigitte Boumeddane, candidats du FN évincés  du second tour, (communiqué consultable sur le blog de Gérard Brazon « Puteaux bleu marine »). 

 

Dans ce communiqué entre les deux tours Gérard Brazon et sa partenaire conseillent à leurs électeurs de ne voter ni pour l’UMP/UDI, ni pour le PS. Ces partis ne représenteraient

pas un choix judicieux. Par mépris pour une monarchie élective, incomplétude de la révolution de 1789, la maire de Puteaux, Madame Ceccaldi-Raynaud, est appelée « la Reine-Maire » et son fils, Vincent Franchi, « son petit Prince héritier ».

Mais Gérard  bleu marine ne sait- il pas  que le fondateur de son parti, Jean-Marie Le Pen, est un « Roi-Père en politique »,  sa fille Marine une «Princesse » et Marion Maréchal-Le Pen une « autre jeune Princesse » déjà active ?

 

Les représentants du PS seraient, selon ce frontiste, les auteurs d’une décadence morale de la France... un abîme sans fond de nos valeurs patriotes... Marine Le Pen a déjà été condamnée 3 fois par la Justice. Gérard est automatiquement assujetti au président « d’honneur »  de son parti  condamné 19 fois par la Justice lui aussi, cas rare, certes pour des « détails », dont l’apologie de crimes de guerre et la banalisation de crimes contre l’humanité ! Qui peut faire pire?

Tartuferie du FN que de déclamer qu’il lave plus blanc !

 

L’UMP/UDI, le PS seraient les auteurs de cette volonté de faire mourir la Nation française au profit d’un projet de dictature européenne basé sur la finance et le commerce...Mais comment, avec une telle critique, Marine Le Pen, députée européenne, accepte-t-elle de recevoir des fonds publics européens pour un investissement personnel si discret et d’en répartir une partie substantielle entre des membres de sa Cour?  La situation incertaine, quant à sa probité, du trésorier  du micro-parti « Jeanne » de Marine Le Pen, ne devrait-elle pas engager le FN à un évitement prudent des thèmes de la finance et du commerce ?

 

En fin de communiqué, Gérard Brazon propose aux électeurs, par exemple, de rester chez eux au lieu d’aller voter au second tour. Or, le Droit de vote n’a été acquis qu’après des luttes très longues. C’est une conquête démocratique insérée dans la République.

Et si ce frontiste respectait le libre arbitre des citoyens de Puteaux plus aptes aux pensées civiques que lui-même ?

 

Les électeurs attendent des «décideurs capables de tracer des perspectives » : ce n’est pas dans les compétences du FN «  au programme liquidateur passéiste ». 

 

L’acte urgent, prioritaire, de nos actuels responsables politiques national et local est, enfin, de combattre la précarité croissante des travailleurs pauvres : ouvriers, employés, familles monoparentales, chômeurs en fin de droits, petits commerçants et artisans... Ces « Inaudibles »*, fractions fragilisées des milieux populaires, condamnés par la République, sont légitimement tentés par un vote FN de ressentiment désespéré. 

 

*Les Inaudibles- Sociologie politique des précaires (Presses de Sciences Po, 292 pages, 24 €). Céline Braconnier et Nonna Mayer. 

 

Annie Keszey.

 

 

 

23/03/2015

LE MEILLEUR MAIRE DU MONDE EN 2014.

 

NAHEED NENSHI, CANADIEN MUSULMAN, MEILLEUR MAIRE  DU MONDE EN 2014.

 

 

Lorsque sa mère enceinte quitta ses terres natales tanzaniennes pour le Canada, 42 ans plus tôt, elle ne se doutait pas qu’elle portait en son sein celui qui allait présider à la destinée de la ville de Calgary.

 

Naheed Nenshi, devient en 2010 le premier musulman élu maire d’une ville canadienne de plus d’1 million d’habitants. Il a été promu meilleur maire du monde 2014, le 2 février 2015 dernier. Ce prix honorifique est décerné tous les deux ans depuis 2003 par La fondation internationale City Mayor  basée à Londres, en Grande-Bretagne. Il récompense les femmes et les hommes qui servent leur collectivité avec une gouvernance ouverte, transparente et honnête. Cette distinction permet de les mettre en lumière sur la scène internationale et de faire connaitre leur vision constructive de la politique de la ville. Les dix premiers lauréats sont nommés sur le site www.worldmayor.com

Le très populaire Maire de Calgary est un  fin  communicant et un adepte confirmé des réseaux sociaux. Il est connu pour être l’un des hommes politiques canadiens les plus « connectés » de sa génération. Les membres de la fondation City Mayor, des professionnels reconnus des questions de gouvernance locale commentent : « Il est le maire le plus admiré de toutes les grandes villes canadiennes. C’est un visionnaire urbain qui ne rechigne pas non plus à faire le travail bureaucratique le plus ingrat ».Sa popularité se mesure aux nombres de commentaires élogieux publiés sur le site de la fondation. Naheed Nenshi remporte l’unanimité : « C’est un exemple d’honnêteté, d’intégrité et de générosité. Il accepte tout le monde peu importe la religion, le sexe, la couleur ou le niveau socio-économique » (un internaute de Toronto). Sa capacité à fédérer les énergies positives est remarquable;  les membres de la fondation ont salué tout particulièrement  le travail du maire durant les inondations de juin 2013 et la tempête de neige de septembre qui avait coupé l’électricité de dizaines de milliers de Calgariens. Il avait marqué les esprits par son dévouement sans faille et sa disponibilité  auprès de ses administrés.

 

Un musulman au pays des Cowboys

 

Ainsi, nous rappellerons que Naheed est musulman et que l’histoire de ce fils d’immigré qui a gravi l’échelle sociale à force de travail et de persévérance impressionne et marque le respect. C’est un exemple de réussite pour tous. Diplômé de l’université de Calgary, il intègre les bancs de la prestigieuse faculté américaine d’Harvard. Après plusieurs expériences professionnelles, il a travaillé notamment pour les Nations Unies, en 2010, peu misaient sur lui; crédité de 8% seulement  des votes, il crée un véritable séisme dans la sphère politique locale lors de son élection. Naheed, c’est une bouffée d’air frais, une autre vision de la politique locale. Direct, ouvert, efficace et accessible, le jeune maire est largement réélu avec 73% des suffrages en 2013. D’après le classement du magazine « Maclean’s », il est considéré comme la deuxième personne la plus influente du Canada après le 1er Ministre Harper.

 

Lors de la remise de ce prix, Naheed  a tenu à remercier, via twitter, toutes les personnes qui ont contribué à encourager sa nomination. Il a déclaré : « Tout ce que j’essaie de faire c’est d’être authentique, être vrai avec les gens et de travailler dur pour faire de cette ville un meilleur endroit, comme chacun de nous le souhaite. »

 

Nenshi a été choisi parmi plus de 25 finalistes pour le titre de meilleur maire du monde. Il a confié être impatient d’utiliser cette renommée et la reconnaissance du travail accompli pour le bénéfice de tous.

D’après HBD AJIB. Images lapresse.ça et znptox.com

Annie Keszey.

 

 

 

 

19/03/2015

LA RIGUEUR DE BERNARD CAZENEUVE,MINISTRE DE L'INTERIEUR.

                                                                                                                                      

L’image partagée du  « Grand politique » est celle d’une individualité charismatique, oratrice de talent, à laquelle le peuple reconnaît des compétences rares.

Les « Grands politiques », actuellement, sont introuvables. La perte de confiance majoritaire qui accroit les abstentions lors des votes souligne le vide. 

Bernard Cazeneuve pourtant, sobre, maîtrisé, attentif,  ne correspond pas aux attentes habituelles des électeurs, mais il a suscité un parfait respect collectif, en janvier 2015, qu’il ne perd pas.

Sa présence, sur les lieux qui l’imposent, est immuable : calme, sérieuse, professionnelle. Ses interventions orales  très précises, brèves et démocratiques le démarquent des joutes usantes concurrentielles entre élus des divers partis. 

Il paraît modeste, totalement engagé au service inconditionnel du seul intérêt collectif. 

Son expérience est vaste : juge puis avocat, il a été élu conseiller municipal, maire, président de communauté urbaine, député, puis nommé ministre délégué aux Affaires européennes, ministre du Budget  et  ministre de l’Intérieur depuis le 2/04/2014.

Il a publié « Karachi, l’Enquête impossible » chez Calmann-Levy. 

Sa réussite remarquable d’aujourd’hui  par sa dignité est de protéger et d’apaiser les Français, avec efficacité, sans mentir ni tricher.

Puisse-t-il continuer ainsi sa très délicate mission !

Annie Keszey.