Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/03/2015

MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE, MANUEL VALLS.

 10/03/2015. Lettre ouverte.  

Objet : votre  appel à combattre le Front National. 

 

                        Monsieur le premier ministre,  

            Vous auriez dit : 

« Le danger (le FN, aux portes du pouvoir) est là devant nous, il est immense. Tout le monde le sait, et pourtant, il y a comme une étrange accoutumance, presque une forme d’endormissement généralisé...Où sont les intellectuels ? Où sont les grandes consciences de ce pays, les hommes, les femmes de culture, qui doivent monter, eux aussi, au créneau ? Où est la gauche ? »  

Vous ne vous réveillez que quinze jours avant des élections, vous ne semblez pas avoir lu les nombreuses études publiées sur le FN, par des écrivains, des politiques et des journalistes, vous réduisez le peuple français, (que vous ne connaissez pas et que vous méprisez  dans vos propos, involontairement peut-être)  aux seuls intellectuels.  

Vous cherchez la gauche, vous n’êtes pas le seul. Mais, la gauche, n’est-ce pas d’abord vous-même ? 

Citoyenne banale, ordinaire, je vous informe m’opposer au FN, sans avoir attendu votre leçon de civisme: de nombreux autres citoyens que vous ne voyez, ni n’entendez,  coupé d’eux tous dans votre cocon élitiste, font de même. 

Veuillez trouver ci-joints quelques exemples de publications, contre le FN, faites sur de modestes blogs, la liste n’est pas exhaustive : 

  • 30/06/2014 : Enquête au cœur du nouveau Front National. Sylvain Crépon*. Nouveau monde 2012. Extraits.

  • 8/06/2014 : Le National-populisme, voilà l’ennemi. Jacques Julliard. Extraits.

  • 24/02/2015 : Marine Le Pen prise aux mots. Décryptage du nouveau discours frontiste. Cécile Alduy et Stéphane Wahnich. Seuil. Extraits.

  • 26/02/2015 : Puteaux. Incitation muette au rejet racial et religieux.

  • 2/03/2015 : Puteaux. Le zoo frontiste de Gérard Brazon.

Michel Wieviorka qui a publié « Le Front National, entre extrémisme, populisme et démocratie, Maison des Sciences de l’homme, 2013. »  est autorisé à dire que le problème ne vient pas du silence des intellectuels mais de l’indifférence des politiques. Il s’est mis à votre disposition par courrier et attend toujours une réponse de votre part. Gaël Bustier, chercheur spécialiste de l’extrême droite et proche du PS partage cette opinion : Les appareils politiques ne peuvent pas anesthésier le débat public et en même temps reprocher aux autres d’être responsables de l’endormissement qu’ils dénoncent. (Le Monde du 7/03/2015.) 

En tapant sur google « Livres publiés sur le Front National », vous aurez une idée de l’implication des intellectuels et pourrez  commencer à vous informer.  

Vous êtes en première ligne : au-delà de vos mots déferlants, le peuple attend des actes urgents de votre part pour combattre le Front National. Il espère toujours une vision d’avenir crédible, novatrice, intelligente*, une République exemplaire et donc transparente, une République légale et morale.  

Avez-vous lu « Le capital au XXIème  siècle de Thomas Piketty, aux éditions du Seuil » ? Qu’en avez-vous fait ? Au lieu d’aider les très pauvres en ponctionnant les « un peu moins pauvres » comme vous venez de le faire, pourquoi ne ponctionnez-vous pas les rentes ou les actions ? 

Avez-vous lu « La France périphérique. Comment on sacrifie les classes populaires ? »  de Christophe Guilluy, auteur également des Fractures françaises ? Le PS a perdu les électeurs ouvriers et précaires Que faites- vous ? Ce sont ces mêmes populations  qui souffrent de l’Etat hors-la-loi quand il n’applique pas, souvent impunément, sa loi DALO. Retirez l’attribution des logements sociaux aux responsables politiques locaux tentés par le clientélisme. Ils ne peuvent être objectivement justes.  

Que faites-vous pour la jeunesse en désespérance ? Trois ministres socialistes successifs  (et leurs prédécesseurs bien sûr) n’ont pas encore soulevé la question dramatique des dizaines de milliers d’élèves qui quittent l’Education Nationale sans diplôme. Ces ministres ont joué et « jouent » avec des  sujets mineurs fortement médiatisés : les mots, pour eux aussi, se substituant aux actes. Pourtant la solution ne serait nullement complexe : elle heurterait certains principaux et proviseurs statiques. Il faudrait donc ce courage politique concret, inexistant.  

La morale ? Aucun parti politique n’est indemne. Le doute citoyen est permanent. 

Les Français n’oublient pas, moins encore quand ils sont mal informés et parce que la justice est lente. Tous les partis politiques ont des condamnés par la Justice, votre gouvernement aussi.  Le président d’honneur du Front National, Jean- Marie Le Pen, est le plus déshonoré, condamné un nombre extrême de fois, mais il survit dans un parti reconnu « républicain ». C’est une offense, ce sont des offenses, faites aux citoyens attachés aux valeurs fondatrices. Marquez votre temps Monsieur Valls, proposez une loi « évacuant » de la politique tous les représentants imparfaits dont les casiers judiciaires ne sont pas vierges! 

Vous serez observé par les peuples européens et certainement suivi, par «Podemos », par exemple. 

Ces quelques  actes anti- FN ne seraient que le début d’une belle politique de gauche. 

www.atelier-idees.org 

www.rupture-et-metamorphose.org 

www.notreputeaux.com 

Annie Keszey.

 

02/03/2015

PUTEAUX: LE ZOO FRONTISTE DE GERARD BRAZON.

 

Gérard Brazon est un conseiller municipal d’opposition, blogueur, du Front national.

 

Ce compte-rendu de lectures, faites à travers une passoire, porte sur cinq textes de Gérard publiés sur son site et/ou sur celui de Riposte laïque.

Dans ses publications, Gérard mitraille de mots fleuris  le peuple de France, un pauvre peuple intellectuellement démuni, ignorant de toute réalité ou mal informé «... manquant le plus souvent d’historique politique... », »... appelé à ouvrir les yeux... », « ...la plupart des Français ne savent même pas  ce que sont les élections territoriales, comme ils ne savaient pas ce qu’étaient les élections cantonales... », « ... que les Français comprennent bien qu’ils sont manipulés et désinformés... » . « ...Les bobos  bien- pensants sont terrorisés à l’idée  d’admettre qu’ils se sont trompés... »  Etc... Le PS, l’UMP, les communistes, la majorité municipale, les bobos, SOS racisme,  le passé national, les enseignants, les diplômés de l’ENA et le journal Le Monde sont honnis.

Gérard, par contre, a une très haute opinion de lui-même : érudit, grand connaisseur de l’Histoire, éclairé, visionnaire, Il ne pourrait s’émouvoir si d’aucuns le jugeaient orgueilleux ou narcissique puisque lui seul a l’infaillible pensée frontiste.

Son Histoire de France, répétitive à l’excès, interpelle et mériterait quelques sérieuses corrections : le premier ennemi de Gérard est le Parti socialiste. Il fait ainsi remonter «  le socialisme » à la Terreur révolutionnaire de 1793 pour lui attribuer un massacre  géant. Or, chacun sait, à part notre savant putéolien, que la Révolution française ne fut pas socialiste. Le mot socialisme n’est apparu qu’un bon demi-siècle plus tard. Gérard se piège dans sa critique : « ... en Histoire, contrairement à ce que font les socialistes, il ne faut pas faire de raccourcis entre deux époques... ».

Ses textes révèlent un zoo qui mérite un temps d’arrêt. «  Nos bobos, dans la mosquée de Bordeaux font les autruches. Ou plutôt font comme les trois petits singes... » -« Le socialisme est cette idéologie qui a toujours pris les Français pour des imbéciles, de la volaille, des moutons à tondre... » - « ...la mise au pas du troupeau dont ils (les contribuables) font partie, de ces vaches à traire des euros, de ces moutons à tondre et de ces volailles à décapiter ...» - « ...Les électeurs sont les dindons de la farce électorale ... » - « ...les dindons politiciens s’arrachent la plume et s’affolent... »- « Certes nous allons voter pour des conseillers dont on ignore à quoi ils vont servir, pour des couples. Des couples de moineaux comme si le pouvoir socialiste envisageait de faire de l’élevage... » - « Cela fait tellement d’années qu’ils  (de la droite) bouffent aux mêmes râteliers (de la gauche) que l’on peut reprendre cette même citation Asinus asinum fricat (?), l’âne frotte, l’âne, c’est-à-dire les imbéciles qui se congratulent... »

Récapitulons ! Autruches, singes, (des immigrés) volaille, moutons, troupeau, vaches, dindons, moineaux (autres bêtes de souche)...tondre, décapiter, arracher les plumes, bouffer ! 

 

Gérard est le premier mouton au centre de l’image. Pour la première fois il bêle publiquement  qu’il nous manipule et nous met en garde. Enfin !

 

La fraternité culturelle, tolérante et lucide, prévaut sur le choc des civilisations.

 

Les cinq textes : Elections territoriales 2015 : un homme, une femme, la parité pour tous. Le socialisme est historiquement la matrice de toutes les dictatures. Les profs « bien- pensants » se mobilisent contre Marine Le Pen. Je suis Charlie n’a pas effacé l’ardoise. Les bobos, ces nouveaux pacifistes qui nient la réalité de la guerre islamique.

 

Image : Riposte laïque.

 

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

 

 

25/02/2015

PUTEAUX. INCITATION MUETTE AU REJET RACIAL ET RELIGIEUX.

 

Le « Gaulois » Gérard Brazon, conseiller municipal d’opposition du FN, à la fonction incertaine puisque la régularité de son élection est étudiée par la Justice,  a posté  cette photographie sur Facebook.

 

Or, l’homme est noir et la femme porte un foulard. Le choix de Gérard  ne relève pas du hasard. Le panneau électoral, les lampadaires et les grilles symbolisent la terre sacrée, l’âme de la France, terre des ancêtres,  Puteaux, victime du « grand remplacement ».

 

Le « grand remplacement » de Renaud Camus, cloîtré, terrorisé, dans un château médiéval de province, ignore bien sûr l’ensemble des statistiques sur l’immigration. Gérard oublie, quant à lui, la loi du 6/01/1978, interdisant clairement les statistiques ethniques.

 

Le titre d’apparence banal, «  Les nouveaux Putéoliens » renvoie, par l’ambiguïté du sous-entendu implicite, au livre récent « Marine Le Pen prise aux mots ». C’est un exemple parfait des procédés formels du double-langage frontiste. Par le « silence », la « mise en sourdine » des scories xénophobes, Gérard se masque (se « voile » !) en imputant aux seuls lecteurs toute interprétation raciste de l’image.  

 

Lors de son discours du 1er mai 2013, Marine Le Pen assurait « Nous croyons à l’égalité des citoyens français, quelles que soient leurs origines ou leurs croyances ».

 

En 2012, elle avait préféré une définition exclusive de l’appartenance à la nation. « La maison du peuple français, c’est la France, et il (le peuple) a le droit, chez lui, de décider qui vient et qui reste... » ?

 

Gérard manque d’une bouée  linguistique lui permettant de surnager dans le langage « diaboliquement dédiabolisé » de son héroïne Marine, à moins qu’il ne s’en délecte (Oh non, surtout pas !) : double langage et double jeu.

 

Mais, attention, nous, citoyens démocrates, avons-lu « Le FN pour les Nuls ! ».

 

Quelqu’un a dit (?) « Aime ton prochain comme toi-même ! » Gérard le mariniste est donc invité à partager un délicieux couscous chez Aïcha, puis à écouter François Gemenne, spécialiste belge passionnant des flux migratoires. (Florian Philippot, énarque du FN, a déjà subi « cette dernière salutaire épreuve au nom de l’objectivité » : ce fut difficile, mais apaisant, pour lui.)

 

Le FN serait un parti républicain. Cette image viole pourtant l’article 1er de la constitution française.

 

Annie Keszey.