Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2012

LA VIE QUOTIDIENNE A HOMS.

L’écrivain Jonathan Littell a passé deux semaines et demie à Homs, au cœur des quartiers opposés au régime syrien. Son livre « Carnets de Homs » - édition Gallimard, témoigne de la vie quotidienne du peuple révolté, de la résistance des déserteurs de l’armée syrienne libre, l’ASL, et des atrocités commises par les forces gouvernementales.

HOMS, BACHAR AL-ASSAD, rebelles, massacres, tortures, ASL, Russie, Iran. Chine
Extraits.
Jeudi  26/01/2012
… A l’entrée de Bab-Drib, un check-point ASL. Pas loin il y a une école, où est posté le sniper (de l’armée de Bachar Al-Assad) qui a tué le petit.

HOMS, BACHAR AL-ASSAD, rebelles, massacres, tortures, ASL, Russie, Iran. Chine

On trouve la rue, mais l'enfant est déjà à la mosquée.. On y va à pied. Il y a des soldats ASL partout. Le corps est dans la salle des prières, au sous-sol, dans un catafalque en bois, enveloppé dans un linceul, avec des fleurs de plastique autour de la tête, entouré d’enfants et de gens plus âgés. Trois enfants pleurent discrètement contre un pilier. On découvre le corps pour nous montrer la blessure au niveau du ventre. La peau est déjà jaune, les yeux légèrement entrouverts, on lui a bourré les narines d’ouate. Il a un début de moustache, un léger duvet. Filmé par Abu Bilal, Omar prononce un bref discours rageur devant le corps. L’enfant s’appelait Mohamed N et avait treize ans. C’est le père qui nous parle. Il cassait le bois pour la sobia devant la maison, hier soir à 23 H. Il avait une petite lumière et le sniper l’a abattu. Je demande si on peut publier le nom : « on a perdu ce que l’on avait de plus cher, peu nous importe. » L’enfant n’est pas mort sur le coup, ils ont essayé de l’amener à la clinique, il est mort d’hémorragie.
Le père entouré d’amis, digne, garde tout pour lui. Juste les yeux humides et gonflés.
Leur maison se fait tirer dessus tout le temps. Criblée de trous. Le sniper a aussi tué un handicapé mental, un autre enfant de quinze ans, il y a dix jours.
Sur le téléphone d’une des personnes qui nous entourent, video du lavage du cadavre d’un homme mûr tué d’une balle à la tête par un autre sniper. C’est le frère de celui qui me montre le film. Son fils de onze ans, sur un vélo, a pris une balle à l’épaule, il s’est rué  pour le sauver et le sniper l’a abattu. Sans doute un shabihha,
( un supplétif civil recruté pour renforcer l’armée régulière) le tir venait du quartier alaouite de Nezha, depuis un barrage.
Attroupement autour de nous. Les histoires fusent. Un jeune gars nous montre une grosse cicatrice sur le dos. Il avait crié Allah  akbar en traversant la rue et s’est pris   une balle…
Dimanche 29 /01/2012.
Un médecin témoigne : j’ai soigné un patient un jour aux urgences. Le lendemain on me l’a amené en radiologie avec un traumatisme crânien qu’il n’avait pas la veille. C’est comme ça que j’ai découvert qu’on lui avait fait quelque chose la nuit. J’ai demandé à un ami, un médecin en radiologie, le détail du cas, et il m’a dit : « Il a une fracture du crâne, et un traumatisme, il est maintenant aux soins intensifs.» Deux jours plus tard ce patient est mort de ce traumatisme crânien. Il ne serait pas mort des blessures que j’avais soignées le premier jour. Il est mort de la torture…
…Après Abu Hamzeh, nous montre les vidéos qu’il a filmées en secret grâce à un stylo-caméra mis dans la poche extérieure de sa veste. On voit très clairement les blessés, cinq en tout, enchaînés par les pieds, au lit, nus sous les draps, les yeux bandés. La caméra filme les instruments de torture, posés sur un meuble : deux bandes de caoutchouc découpées dans des pneus et renforcées avec de la bande adhésive, pour frapper, et un câble électrique avec à un bout une prise à brancher directement au mur, et à l’autre, un clip pour fixer sur le doigt, le pied ou le pénis. Plusieurs blessés portent des marques fraîches de torture à la poitrine ; l’un a le torse marbré de coups, rouge vif, comme de la viande crue. Je prends copie des videos. On y entend Abu Hamzed s’indigner tandis qu’il tente de les soigner avec l’infirmière…
Cette vie quotidienne tragique de blocus, de raids de blindés, de bombardements, d’incendies, de rafles, de pillages et de tortures s‘est encore aggravée depuis le départ de Jonathan Littell. Six mois plus tard, Homs reste une ville martyre, victime aussi de l’impuissance des Nations Unies.
Malgré tout, Thomas Pierret, maître de conférences en islam contemporain à l’Université d’Edimbourg a évoqué, pour la première fois, dans le Monde du 3/07/2012, un possible succès des rebelles maintenant mieux armés. L’armée de Bachar Al- Assad n’a pas assez d’effectifs face à la multiplication des fronts ouverts, elle est dépourvue de véhicules de patrouille résistant aux mines et ses blindés sont vulnérables…
L’ASL doit encore gagner du terrain afin de convaincre la Russie, l’Iran et la Chine de cesser de soutenir Bachar Al-Assad, assassin de son peuple.

Images: l'Express et Libération

Annie Keszey

31/07/2012

EVOLUTION DU RACISME AUX ETATS-UNIS.

affaire-trayvon-martin.jpg

L’américain Randall Kennedy, professeur de droit à Harvard a examiné, dans le Monde du 16/06/2012, le poids de la question raciale dans les Etats-Unis de Barack Obama.
Un lycéen noir de 17 ans, Trayvon Martin, a été assassiné par un vigile blanc auto-proclamé Georges Zimmerman, à Sanford, en Floride, le 26 février 2012.
Le meurtrier, laissé libre et impuni, n’aurait  pas été inculpé le 12 avril, sans la très forte pression populaire exercée par des manifestations sur tout le territoire.

Lire la suite

17/07/2012

LES CHAOS D'UNE PRESIDENCE ORDINAIRE.

chaos.jpg

Image:meteobell.com

JUIN 2012. Tout le monde le sait, la compagne de François Hollande, Valérie Trierweiler,  journaliste, première dame de France et seconde femme du Président, au double second rôle  public et privé, s’est prononcée sur Twitter en faveur de l’adversaire de Ségolène Royal, dissident socialiste, au second tour des législatives de La Rochelle. Valérie Trierweiler  a préféré le mérite masculin à la parité.
Le tweet a réveillé, dans le désordre, le vieux débat, très compliqué,  sur le rapport entre la sphère publique et la sphère privée au sommet de l’état. L’évolution des mentalités et la reconnaissance de l’égalité entre l’homme et la femme tendent à supprimer la frontière étanche qui réduisait les épouses des présidents au « sois belle  (enfin, de préférence) et tais-toi » et à rompre avec une normalité conjugale*, mais un nouvel équilibre reste à inventer.  Valérie Trierweiler  souhaite conserver son métier de journaliste, ce qui ne saurait la contraindre à renoncer à son statut public de première dame, titre occasionnel et chimérique, concept machiste comique qui suppose de pratiquer la vertu classique  de faire-valoir du grand homme quitte à friser l’imposture et le quiproquo**. La demande des femmes d’avoir le droit de passer et repasser les frontières publiques et privées, personnelles et conjugales et donc de les bousculer exprime une exigence générale, moderne. Aujourd’hui, l’identité personnelle féminine refuse les enfermements et veut se rendre visible, sans être  obligatoirement  discrète.
Les jugements médiatiques, plutôt critiques, portés sur ce tweet ne reposaient pas sur une analyse sérieuse de la situation : François Hollande ne devait apporter aucun soutien aux candidats à la députation mais il l’a fait pour son ex-femme, le couple Royal-Hollande qui incarne une « parfaite » égalité des sexes, restait un couple public dans la plus haute rivalité politique, les armes charmantes privées de Valérie Trierweiler  ne peuvent lutter sans risque  contre les armes guerrières virulentes, politiques, de sa rivale terriblement enviable en fantasmatique et qu’il lui faut en désespoir de cause ruiner**et la situation d’un ex- mari président de la République et de son ex-femme au perchoir de l’Assemblée Nationale n’ aurait-elle pas évoqué le népotisme ?...
Valérie Trierweiler a montré qu’elle pouvait jouer excellemment le rôle traditionnel de « potiche »* auprès de Michelle Obama, avec toutes ces dames parlant jardinage et recettes de haricots. Elle se doit de créer  une nouvelle normalité sociale et conjugale, parce que le changement, c’est maintenant !
*François de Singly. ** Anne-Marie Garat.
L’avocat Maître Eolas publie sur son blog www.maitre-eolas.fr un article titré

« Malfaçon législative : le changement c’est pas maintenant. »
Le délit de harcèlement sexuel a été déclaré contraire à la constitution avant les législatives. François Hollande s’était engagé à produire une nouvelle loi. La chancellerie a rendu son projet public. Maître Eolas écrit : Et n’en déplaise à ses parents, le bébé n’est pas beau à voir. Le terme qui s’imposerait, n’étions-nous ici sur le délicat sujet du harcèlement sexuel est : imbitable.
Il corrige les nombreuses imperfections, erreurs, répétitions du texte et prévoit les impossibilités d’application. Soucieux de reconstruire, il propose une rédaction concise et sans ambiguïté du délit de harcèlement sexuel : c’est l’article 222-33 déjà inscrit dans le code pénal ! Mauvais point Madame Taubira, Garde des Sceaux, Ministre de la justice !
La talentueuse Nicole Bricq, ministre éphémère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie vient d’être mutée au ministère du commerce extérieur, une dépendance de Bercy. Soucieuse de préserver l’environnement, elle avait osé retarder l’exploration du bassin pétrolier de Zaedyus, au large de la Guyane. Shell a eu la peau de Nicole Bricq au moment du sommet Rio+ 20. Mauvais présage! Ce Rio+20,  4ème Sommet de la Terre est un accord sans engagement précis ni calendrier de réalisation.
Une augmentation du SMIC, de 0.60% (compte tenu de l’inflation) est une humiliation publique des smicards.
A suivre. www.atelier-idees.org  Annie Keszey.