Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2018

LaREM: vers les élections européennes de 2019.

Les éditions Flammarion, en 2009, ont publié « Les grands discours du XXème siècle », présentés par Christophe Boutin. Cinquante - deux discours de chefs d’États internationaux ou de personnalités influentes dont l’Abbé Pierre, Martin Luther King, Simone Veil, Aimé Césaire, Robert Badinter...consignent, pour l’Histoire, des événements marquants du siècle passé.

 Le 25 juillet 1914, Jean Jaurès prononce un discours à Lyon-Vaise : « Citoyens, Je veux vous dire ce soir que jamais nous n’avons été, que jamais depuis quarante ans l’Europe n’a été dans une situation plus menaçante et plus tragique que celle où nous sommes à l’heure où j’ai la responsabilité de vous adresser la parole... » Le 18 juin 1940, par message radiodiffusé depuis la BBC, Charles de Gaulle, s’oppose à la demande d’armistice du gouvernement français de Philippe  Pétain : « ...Car la France n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle n’est pas seule ! Elle a un vaste empire derrière elle, elle peut faire bloc avec l’Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l’Angleterre, utiliser, sans limites, l’immense industrie des Etats-Unis... »  Le 25 août 1944, Charles de Gaulle sur le perron de l’Hôtel de Ville, déclare la Libération de Paris : « Paris ! Paris outragé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré par lui-même avec le concours des armées de la France, avec l’appui et le concours de la France toute entière, de la France qui se bat, de la seule France, de la vraie France, de la France éternelle... »  Le 9 mai 1950 , Robert Schuman  (allemand de naissance), reconnu aujourd’hui comme le père de l’Europe, propose de faire l’Europe en liant d’abord économiquement les États entre eux , avant une union politique qu’il ne voit pas encore se dessiner et avec comme premier objectif les domaines alors essentiels du charbon et de l’acier ...Le 30 avril 1952, Jean Monnet prononce son discours sur l’Europe fédérée  devant la National Press  Club, à Washington. « ...Finalement, les Européens restent divisés entre eux. Dans ce cadre, la  coopération s’arrête quand les  intérêts nationaux  divergent et la guerre demeure leur ultime recours. L’établissement d’institutions et de règles communes assurant la fusion des souverainetés nationales unira les Européens sous une autorité commune et éliminera les causes fondamentales des conflits... » « L’appel de Cochin » de Jacques Chirac, le 6 décembre 1978, marque le début de la campagne pour les premières élections au suffrage universel du Parlement européen : ...C’est pourquoi nous disons NON. NON à la politique de supranationalité. NON à l’asservissement économique. NON à l’effacement international de la France...Avec gravité et résolution, je vous appelle dans un grand rassemblement de l’espérance, à un nouveau combat, celui pour la France de toujours et l’Europe de demain... » Le dernier discours du livre est celui de Barack Obama, prononcé à Chicago le 4 novembre 2008 : « Yes, we can. »  Américain, ce titre nous convient cependant !

Le 26 septembre 2017, le Président de la République, Monsieur Emmanuel Macron, a prononcé un long discours, de deux heures environ, titré « Initiative pour l’Europe », dans le grand amphithéâtre  de la Sorbonne, devant de jeunes étudiants. Ce discours pourrait avoir sa place  dans « Les grands discours du XXIème siècle ». La langue française de ce discours, parfaitement maîtrisée, soutient l’exposé d’une vision érudite d’une grande densité,  cohérente et ambitieuse de l’Europe de demain. L’Union serait à plusieurs vitesses et la réalisation du projet serait, bien sûr, longue.

Arnaud Benedetti, professeur de communication à la Sorbonne, a jugé que l’Europe vécue comme une fatalité parfois désastreuse fut ainsi réinvestie de sa puissance onirique, par  ce discours. 

Pour voter, il faut savoir. Ce discours est accessible, en totalité, sur de nombreux sites dont www.elysée.fr ou https://en-marche.fr (discours-page 2)

Le président souligne que les passions tristes de l’Europe sont bien là. L’Europe est exposée aux bourrasques de la mondialisation et aux idées ( néfastes) du nationalisme et du protectionnisme, en particulier...Le réveil de l’obscurantisme est un peu partout en Europe...Choisir la voie du repli national serait un naufrage collectif...A partir d’une impulsion franco-allemande décisive et concrète l’avenir  sera la refondation d’une Europe aux trois défis : la souveraineté, l’ unité et la démocratie. L’idéal de Robert de Sorbon « Vivre collégialement » et celui de Monnet « Unir les hommes » aboutiront à une Europe juste et protectrice...

Assurer l’unité sans chercher l’uniformité...

Les propositions sont très nombreuses, complexes et la dureté des négociations, à venir, ne peut  être sous-estimée. Certaines propositions sont anciennes, jamais abouties, comme celles touchant à la souveraineté ou à la solidarité financière entre États ! Le projet contient la création de nombreuses structures communautaires : une force commune d’intervention, un budget de défense commun, un super-ministre des finances, un Parlement et un budget de la zone euro, la création d’une Académie européenne du renseignement, la création d’un Parquet commun contre  la    criminalité organisée et le terrorisme, un Office européen de l’asile et de l’immigration, une Force européenne de protection civile, une police des frontières, une politique commune en Méditerranée et en Afrique, une taxe carbone aux frontières de l’Europe, une agence européenne pour l’innovation de rupture, une politique de transition énergétique commune, une taxation de la valeur créée, là où elle est produite, des interconnexions énergétiques, une assiette commune consolidée de l’impôt sur les sociétés, une autre politique agricole commune...

Il faut reconstruire la grammaire d’un modèle social rénové et construire là aussi des convergences...Des listes transnationales pour les élections européennes de 2019 sont souhaitables. Elles pourraient constituer la moitié du Parlement européen en 2024...

Le nouveau modèle productif de l’Europe ne sera pas qu’un modèle économique mais sera un modèle de société, de civilisation, qui permettra aussi de repenser les inégalités, les externalités d’une société dont les principales victimes des déséquilibres sont les plus faibles et les plus fragiles...

Les  principaux obstacles prévisibles, malgré la volonté très forte d’Angela Merkel et d’Emmanuel Macron, sont  le nouveau gouvernement allemand, les risques d’un nouveau protectionnisme après les menaces de Donald Trump, les divisions de Bruxelles, les replis de certains états dont la Hongrie et la Pologne, les stagnations idéologiques des extrêmes de gauche et de droite. Le scepticisme actuel de Français quant aux bienfaits de l’Europe  se guérira si, avant les élections européennes, on peut constater, en France, des résultats positifs des nombreuses réformes entreprises. La confiance reviendra.  Le projet visionnaire, concret, d’Emmanuel Macron, n’a pas de concurrence. Les oppositions traditionnelles  de Jean-Luc Mélenchon, de Marine Le Pen ou de Florian Philippot sont partielles  et évanescentes.

La feuille de route prochaine entre la France, l’Allemagne et « Bruxelles » sera, espérons-le, validée et sortira grandie à partir de sa confrontation avec les analyses variées, parfois divergentes, des chercheurs sur l’Europe : Jürgen Habermas, Jean-Claude Barbier, Edgar Morin, Thomas Piketty, Camille Landais, Emmanuel Saez, Bernard Maris, Michel Aglietta, Susan George, Hubert Védrine et les nombreux auteurs des livres du Parlement européen...  

A suivre donc, plus tard ! Annie Keszey, comité « historique » de LaREM de Puteaux.

(Domaines : notreputeaux.com/ rupture-et-metamorphose.org/ atelier idées.org) 

 

 

11/03/2018

Lettre à Monsieur Éric Alauzet, député de LaREM.

Annie Keszey, adhérente du comité « historique » LaREM de Puteaux, à Monsieur  Éric Alauzet, médecin, député de la seconde circonscription du Doubs, rapporteur de la loi de Finance de la sécurité sociale.

Copie à Monsieur Christophe Castaner.

                Monsieur le Député,

Vous gagnez 5 700 € par mois, au titre de votre mission de député, sans que nous sachions, de plus, si vous continuez à exercer votre profession rémunératrice de médecin.

La majorité des Français, selon des sondages récents, pense qu’il y a trop de députés. Je partage ce point de vue.

Dans une interview accordée au « Parisien », vous avez déclaré, pour justifier la diminution des retraites, que les retraités d’aujourd’hui font partir d’une « génération dorée ». Les centaines de réactions indignées ont provoqué vos excuses « tempérées ». Vous pensez que les retraités doivent se ressaisir d’autant que les retraites vont continuer à diminuer du fait de l’allongement de la vie et de l’accroissement des difficultés économiques. Pour cette seconde raison, on peut déduire que vous n’imaginez pas appartenir à un parti qui pourrait être enfin plus efficace que les partis traditionnels antérieurs. Alors, à quoi servez-vous ?

Dans les commentaires légitimement consternés, suivant votre intervention, inscrits sur Internet, tout est dit. Replanter un couteau simpliste dans des « plaies ouvertes » était superflu. Un citoyen en colère, Monsieur Daniel Houard, par exemple, développe parfaitement de nombreux arguments,  auxquels on adhère sans réserve, pour contester vos propos.

Il faut apprendre l’économie Monsieur Alauzet : avez-vous lu le rapport de 2017 sur les inégalités de la France sous la direction d’Anne Brunner et de Louis Maurin? Avez-vous lu les rapports d’OXFAM et leurs compléments ? Avez-vous lu Les économistes atterrés, Joseph E. Stiglitz et Thomas Piketty? Avez-vous lu le rapport de l’Office français des conjonctures économiques (OFCE) : fin 2019, les 5 % des ménages les plus aisés capteraient 42 % des gains liés aux réformes...

Le Peuple n’est plus préhistorique. Pour le convaincre il ne faut pas le mépriser.

Annie Keszey.

 

 

05/03/2018

Le numérique, la robotique et l'Intelligence Artificielle (IA), à Puteaux.

En 2014, la mairie de Puteaux présageant « le grand chambardement » du futur avait acquis deux robots, Nao 1er et Nao 2, équipés du logiciel Zora, et présenté leurs performances au public lors d’une conférence au Palais de la Culture. Ils étaient destinés aux écoles et aux lieux d’activités périscolaires et devaient s’attaquer aux échecs. Le conférencier Sylvain Joseph avait exposé les matériels numériques des établissements de Puteaux. Depuis, les robots se multiplient dans le monde et à partir de leurs algorithmes exécutent constamment de nouvelles tâches. Ross, par exemple, sorti des laboratoires d’IBM, au service de la Justice,  analyse en un temps record des milliers de documents là où il aurait fallu des milliers d’avocats...Les robots sont déjà à l’œuvre auprès des personnes âgées pour lire des informations, animer des cours de gymnastique : ils pourront bientôt les porter, surveiller leur prise de médicaments et donner l’alarme en cas de chute...En Angleterre, un robot, petit cousin de C- 3P0, vedette androïde de Star Wars, fait progresser des enfants autistes...

La mairie a organisé, du 27/01/2018 au 17/02/2018, au Palais de la Médiathèque, un programme important et remarquable d’animations pour voyager dans le futur et comprendre les enjeux de la robotique et de l’Intelligence artificielle. Une séquence concernait les applications positives pour les handicaps.

La mairie a obtenu, le 8/02/2018, pour la quatrième année consécutive le label national : Territoires, villes et villages Internet 2018, avec 5@. Elle avait obtenu  précédemment le label Les interconnectés, label Territoires innovants et, en 2015, le prix Territoria, en particulier pour la qualité des services numériques mis à la disposition de personnes handicapées. Le compte officiel Instagram de Puteaux est le plus performant et le plus actif de l’Île de France. Puteaux est influente sur Twitter. Les Putéoliens peuvent se connecter à la ville sur Puteaux Mobile...

L’Institut de l’Internet et du Multimedia de La Défense propose à ses étudiants une formation aux nouvelles technologies de l’Intelligence artificielle. L’intelligence artificielle c’est l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence...

Depuis le début de l’année, la société Linagora, soutenue par la mairie, a ouvert à Puteaux un centre de formation Openhackademy axé Open Source. Deux formations ouvertes à  tous, certifiantes et gratuites y sont dispensées : développeur Web et administrateur système et réseaux avec une spécialisation Cloud. L’initiative est d’une utilité indiscutable, de nouveaux métiers nécessaires devant se substituer aux métiers devenus obsolètes.

La ville a rendu hommage à Christian Cavadia, créateur en 1977 (déjà !) d’un centre de ressources en génie logiciels adaptés aux arts plastiques et graphiques : aujourd’hui il dispose de 10 000 œuvres numériques dont certaines  ont été exposées au Palais de la Culture.

Sur l’esplanade de la Défense une navette « autonome », puisque sans chauffeur, Navya, a transporté des voyageurs d’une station à l’autre, à partir d’automatismes complexes et complets. Les portes  s’ouvraient et se fermaient seules. Aucun personnel de  contrôle n’était visible.

La mairie de Puteaux a organisé le 11/12/2017, à l’Hôtel de ville, un « Digital day » pour aider les entreprises à se développer. Deux ateliers avaient exposé les outils indispensables au déploiement d’une stratégie digitale en marketing, communication, e-commerce et marketplace. D’autres ateliers ont travaillé sur l’optimisation du lieu de vente, les outils de communication/marketing et l’animation des points de vente. Cette journée était consacrée aux dirigeants de TPE-PME, aux start-up, aux porteurs de projets, aux artisans et commerçants.

Depuis le 7/11/2017, une salle du Palais des sports offre aux sportifs une salle « cardio » aux nombreux appareils. Le 20/02/2018, une matinale sur la dématérialisation des marchés publics dans la salle du conseil de l’Hôtel de  ville devait aider les PME à se référencer sur les plateformes Web pour répondre à des marchés publics locaux.

La mairie de Puteaux, par l’évolution de son organisation vers une e-administration, évite des déplacements à ses citadins. Par exemple, les familles peuvent s’inscrire et payer en ligne, 7j/7 et 24h/24, accéder à leur compte, réaliser des pré-inscriptions aux activités scolaires, périscolaires, aux activités de loisirs et consulter et régler toutes leurs factures...De nombreuses fiches sont téléchargeables...

La ligne n° 1 du métro reliant La Défense à Vincennes, composée de trains MP05 est également entièrement automatique, depuis le 16/02/2013, sans chauffeur « humain ». Le métro s’arrête avec une grande précision puisque ses portes font face précisément aux portes palières de la protection des quais. Il applique automatiquement tous les principes de circulation et de sécurité. Le bug dans le système de pilotage automatique du 22/01/2016 entraînant une panne générale avait imposé l’évacuation des nombreux voyageurs retenus sous terre entre deux stations.

Monoprix, rue Jean-Jaurès, a joint des caisses autonomes, sans caissier, à ses caisses traditionnelles. Ce sont les clients qui commandent à ces nouvelles caisses/ machines pour obtenir leur addition et payer. Un seul employé, polyvalent, surveille et aide les utilisateurs des sept caisses, Contrairement au nouveau magasin, sans aucun employé, ouvert par Amazon à Seattle, les sites français de la grande  distribution évoluent avec prudence parce qu’ils craignent les réticences de leurs clients. Dans  ce même magasin on peut aussi réaliser seul des photos de soi-même, depuis longtemps...

Vous pouvez payer vos factures par téléphone mobile dans plusieurs magasins de Puteaux.

La poste centrale de Puteaux a rationalisé son intérieur par des travaux. Il n’y a plus que deux guichets pour recevoir la clientèle sans rendez-vous : l’un pour les opérations postières et l’autre pour les opérations bancaires de la Banque postale. Les queues permanentes cependant sont une contrainte inutile, sans doute involontaire, pour les usagers. De nombreuses et nouvelles machines ont été introduites dont les manipulateurs sont la clientèle et non plus les employés. Vous devez préparer seul vos envois en recommandé, mais vous avez encore le choix, provisoire sans doute, de choisir un automatisme complet ou de vous adresser à un « humain » pour achever votre envoi. Vous pouvez envoyer un chèque à la banque centrale de La Source sans passer par un employé, en le déposant dans une machine. Son montant  arrivera sur votre compte bancaire.

Depuis votre téléphone portable vous pouvez réserver à distance, une voiture électrique stationnée dans une des stations de la ville et la trouver à votre disposition quand vous arrivez sur le lieu dans la demi-heure suivant la commande.

Quand vous avez besoin d’une radio, vous savez que des systèmes experts d’aide au diagnostic  facilitent la lecture des données, pour le radiologue, dont la profession est en constante évolution mais qui reste maître de l’évaluation et de la décision finales.

La banque « Crédit mutuel CIC »  a commencé à utiliser le logiciel d’IBM, Watson, pour qu’il comprenne les intentions, les questions et les réponses de la clientèle française. Aux Etats-Unis, le logiciel d’IPsoft et d’Accenture, Amelia, répond en direct aux questions des clients. En Scandinavie, avec Amelia, un conseiller-client gère 10 000 comptes alors qu’en France c’est un conseiller pour 500 !

Depuis notre domicile, par ordinateur, nous pouvons réserver, payer  et recevoir des billets de train ou d’avion, nous automédicaliser, envoyer de l’argent en France ou à l’étranger et nous former par les Mooc, par exemple, cours à distance à audience massive à partir de technologies numériques. LaREM a proposé récemment à ses adhérents une formation à l’entraide civique à partir d’une succession de séquences avec validations diverses et la possibilité permanente de donner son avis. Des avis positifs ont été développés. On peut ne pas les partager quand on sait que l’entraide civique n’a pas attendu 2018. En éducation, un algorithme peut être redoutable. Ce fut le cas du logiciel d’orientation après le baccalauréat, APB, qui pratiquait un tirage au sort entre les candidats aux résultats injustes et parfois traumatisants pour les candidats. APB vient d’être banni de l’Education nationale.

Les big data associés à l’ensemble des moyens de connexion affaiblissent cependant la protection de nos données individuelles, de façon irréversible.

A la maison, les aides techniques accessibles sont nombreuses : un seul bouton peut vous permettre d’activer l’éclairage et le chauffage dans toute la maison. Vous pouvez collectionner tous les appareils facilitateurs : tire-bouchon et épluche fruits électroniques, balai télescopique, aspirateur autonome...Si vous entendez mal, Audi-son, récemment installé à Puteaux, vous propose les dernières technologies en matière d’appareillages...

Lors de la campagne présidentielle de 2017, les candidats avaient peu traité les conséquences de l’Intelligence artificielle. Seul, Benoît Hamon avait proposé un revenu universel qui laissait supposer qu’il envisageait la disparition d’emplois techniques, ce qui est inéluctable, mais sans envisager les nouvelles créations d’emplois complémentaires et il avait tort. Emmanuel Macron a demandé au mathématicien et député de LaREM Cédric Villani de lui rédiger, pour mars 2018, un rapport sur la stratégie française face à l’IA.

En trois pages, tout ne peut être dit. Puteaux va poursuivre sa marche vers « La ville intelligente ».

La  notion de ville intelligente, suppose aussi, en effet, l’accroissement du « collaboratif ». En ce mois de mars 2018, la ville de Puteaux lance un nouvel outil de démocratie participative : l’appel aux projets citoyens pour construire ensemble le Puteaux de demain.

Mais quelles seront les incidences de - « big data, algorithmes, intelligence, robotique » - : l’homme de plus en plus intimidé par l’énorme puissance de cette tétrade magique, ne sera-t-il pas incité à moins penser et à déléguer cette tâche aux machines ? La question posée est celle d’Axel Kahn. Il y a répondu dans le numéro 1090 de « Marianne », d’autres aussi. L’essentiel en sera publié ultérieurement. A suivre.

Sources diverses : Internet, blogs, journaux, hebdomadaires dont Marianne, publications et sites communaux.

Annie Keszey.