Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2015

LETTRE A MONSIEUR PUJADAS. SECONDE CHAÎNE DE TV.

 Annie Keszey, hors parti politique, exceptionnellement abstentionniste à l’élection du 14/06/2015, pour des raisons matérielles, 27/29 rue Roque de Fillol, 92800 Puteaux, keszey.annie@neuf.fr 

à Monsieur David Pujadas, journaliste de la seconde chaîne de télévision et copies à Monsieur le Médiateur de France 2, Monsieur Nicolas Jacobs et à Madame Anne-Charlotte Hinet, journaliste.

Lettre RAR, ouverte. 

Objet : votre séquence de journaliste responsable, inexpérimenté (!) sur « le clientélisme » à Puteaux, lors des informations de 20 h, le 18/06/2015.   

                   Monsieur Pujadas, 

 

         Depuis des années je regarde les informations sur la seconde chaîne. J’avais apprécié une innovation « L’œil du 20 heures » courte enquête critique incluse  dans chaque séquence. Le 18/06 cependant, parce que je connaissais le sujet présenté, celui que vous appelez «  le clientélisme » à Puteaux, j’ai réalisé la manipulation que votre chaîne impose à ses téléspectateurs confiants. Je vis à Puteaux depuis 2002 et j’ai pu suivre la politique locale depuis treize ans. Vous ne la connaissez pas et reproduisez sans douter les articles pré et post-électoraux d’autres medias tels que le Monde, le Canard Enchaîné, Le Parisien ou Marianne, après vous être informé, sans doute, aux mêmes sources non pluralistes de copinage journalistique. 

         Veuillez trouver ci-joint l’article du journal Le Monde du 14 juin et la réponse contestataire que j’ai adressée à Monsieur Louis Dreyfus, Président du Directoire, ainsi qu’aux deux journalistes partisans de ce journal. Ces éléments de réponse pourraient commencer à faciliter, peut-être, votre obligation de vérité. 

         Le « clientélisme » de Madame Ceccaldi-Raynaud serait prouvé, à l’antenne, par deux opposants frustrés et un autre gâté : Monsieur Gabard, avocat, peu apte donc à plaider localement sa cause personnelle, semble-t-il,  Madame Aït-Kaci et une troisième personne. Madame Hinet a-t-elle vérifié leurs témoignages auprès de responsables de structures communales ? Non. La femme "gâtée" se plaint de subir des pressions de la mairie pour influencer son vote mais elle ne bat pas sa coulpe pour avoir accepté un cadeau stupide et déraisonnable, sur fonds publics: un aspirateur.

Un homme, de dos, montre, dit-on, des preuves de discriminations- sanctions, fautives, de la part de la maire. Sur qui compte-t-il pour porter plainte en justice et retrouver ses droits ? 

Madame Ceccaldi-Raynaud a été élue avec 8 870 suffrages exprimés sur 14 595,  alors où sont les représentants de ces nombreux citoyens du peuple souverain, dans votre séquence ? Vos quatre témoins représentent 0,000129 % des inscrits sur les listes électorales de la commune! 

Monsieur Gabard et Madame Aït- Kaci, prolixes en dénonciation d’autrui, autrui à l’exception de leur favori politique, ont approuvé la négociation ratée,  « inhumaine », du PS avec l’ex - MoDem Christophe Grébert, à laquelle ils ont participé et ont accepté de paraître sur la liste du Rassemblement commun. Ils ont, eux aussi, « tué le père » parricide symbolique et tué les valeurs traditionnelles du PS. Veuillez trouver ci-joint le rapport sur cette négociation, validé par le pilier local du PS, exclu par ses amis, rapport que j’ai adressé aux autorités du PS. La liste du Rassemblement a perdu (3404 suffrages). Donc, Christophe Grébert s’agite, provoque, dénonce, fait du bruit, geint comme d’habitude sur son blog et perpétue ses discours virtuels sublimes. Le PS est un nouvel acteur du cirque, ingurgité. 

         Pour vous informer aussi sur la double-face de leaders de l’opposition à Puteaux, je vous adresse un troisième et dernier article : Puteaux, élection municipale. Pour critiquer autrui ne faudrait-il pas être soi- même exemplaire, surtout si l’on prétend vouloir représenter le peuple ?  

Ces trois textes sont publiés sur : http://www.notreputeaux.com

 

         Monsieur Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine, député, a soutenu la liste d’opposition de sa suppléante, Sylvie Cancelloni. Il voulait être exemplaire mais elle ne l’était pas, il le savait pourtant.         Ce 14 juin 2015 cette liste a perdu deux conseillers d’opposition sur trois par rapport à 2014.  

Pourriez-vous dans un prochain « Œil du 20 heures », de préférence objectif, hiérarchiser, avec justice et justesse, les imperfections et les qualités des politiques de la majorité et de l’opposition de Puteaux afin que les électeurs puissent choisir une « personnalité digne » et non pas l’étiquette d’un parti ? Le  «clientélisme» de la majorité, s’il était prouvé, serait-il pire qu’une double trahison, que les mensonges, les tricheries, les  censures et les impostures de certains leaders actifs de l’opposition? Est-il pire que la totale méconnaissance par ceux qui veulent prendre la place de la maire d’un principe dû à tout citoyen : celui de la présomption d’innocence ? Vous, journaliste, avec d’autres confrères trompés, de quel droit appliquez - vous à Madame Ceccaldi-Raynaud, ce jour d’hui, la présomption de culpabilité ? 

Ne vous substituez pas à la Justice. Le talentueux juge Marc Trévidic réprouve cette inversion d’un concept majeur respectueux de chacun. 

Etudiez la situation locale Monsieur Pujadas, avant d’en parler. Conseillez vos collaborateurs. Soyez rigoureux lors de votre prochaine intervention sur Puteaux ! 

Merci. Bon courage. 

Trois pièces jointes. 

Annie Keszey.

 

08/06/2015

PUTEAUX: ELECTION MUNICIPALE DU 14 JUIN 2015.

 

 Les stratégies manipulatrices de Christophe Grébert et de Sylvie Cancelloni.

 

Deux opposants dans un tourbillon droite-centre-gauche-néant et inversement !  

Le premier a quitté le PS en 2007, parce que la section ne le souhaitait pas en tête de liste du parti pour les élections de 2008. Il est devenu tête de sa liste dite « sans étiquette », imbibée du MoDem. En parallélisme, Sylvie Cancelloni, parce que les adhérents du MoDem ne voulaient pas de sa présence sur leur liste, a rejoint cette liste « Puteaux Ensemble » de Christophe Grébert. La seconde place l’attendait. Elle a ajouté aux tracts bleus de mer de la liste transversale, ses tracts orange du MoDem.  Le soir du 1er tour, tous deux, opposés au système en place, disaient-ils, ont cependant tenté, mais en vain, une alliance avec une autre liste d’opposition, celle de Monsieur Charles Ceccaldi- Raynaud, ancien maire RPR et UMP de Puteaux. Sylvie Cancelloni est d’ailleurs une ancienne conseillère municipale de ce maire. Plusieurs années plus tard, elle tentera un nouvel accord avec Monsieur Charles Ceccaldi-Raynaud, mais en vain. 

Dès la fin de l’élection, Christophe Grébert devenu conseiller d’opposition, est entré au MoDem. Il a jeté, méprisé,  ses principaux anciens colistiers dont son admirable directeur de campagne, rédacteurs de son projet électoral. Deux mois après, les ¾ de ses colistiers avaient rompu leurs relations avec lui. Un petit livre de 42 pages « Evaluation de la charte éthique de Christophe Grébert » décrit cette parfaite trahison classique, dans les faits, des idéaux  théoriques proclamés. Christophe Grébert venait d’ailleurs de s’engager à respecter la charte éthique suivante, celle du MoDem ! Oups !

 

Avec Sylvie Cancelloni il a tenté alors de s’approprier la section locale du MoDem en se faisant complice d’une tricherie, d’une fraude électorale,  lors des élections internes de la section. Une liste, avec en tête  Vincent Brack, leur éminence grise, a été déposée en concurrence avec la liste constituée par les adhérents, anciens UDF- MoDem. Mais Vincent Brack, du MoDem de Puteaux, habitant Nanterre, s’est octroyé une fausse adresse dans l’immeuble de Sylvie Cancelloni ...à Puteaux ! Cette liste a été battue. C’était « juste ». Ils n’ont jamais admis leur défaite : déni de démocratie. Les honnêtes citoyens de la section ont été honteusement bâillonnés pour avoir osé dénoncer les manœuvres frauduleuses. Ils ont reçu des menaces de dissolution de la section ou de sa mise sous tutelle parce que les dessous du MoDem de Puteaux ne devaient pas être révélés. 

L’ex- sénateur Denis Badré et le député européen Bernard Lehideux, trop amis avec les fraudeurs et leurs complices, n’ont pas soutenu la direction légitime de la section.  

La fraude électorale ne relève –t-elle pas du droit pénal ? 

Christophe Grébert a été décrété candidat à l’élection cantonale de 2011, par les autorités nationales et départementales (éthiques !) dont, encore, Denis Badré. Sylvie Cancelloni était suppléante, désignée par Christophe Grébert.  La section locale n’a été ni informée, ni consultée contrairement au règlement intérieur. Ces deux candidats ont été soutenus par Olivier Kalousdian d’ Europe-Ecologie- Les Verts, par Jean-Christophe Fromantin, maire divers droite de Neuilly-sur-Seine (le maire pourtant qui veut être exemplaire et qui dit assumer pleinement son choix !), par le PRG 92, le PS du 92 et le PS local. Un tract et leur profession de foi présentent ce « rassemblement de la gauche plurielle » (alors que le premier rassemblement serait celui, actuel, de 2015 !). Christophe Grébert s’y annonce «  homme de terrain », il distribue en effet des tracts uniquement pour les élections quand il est candidat et Sylvie Cancelloni « ancienne chef d’entreprise ». Elle est aussi chargée de mission auprès des jeunes : « catéchiste » donc, à Sainte Croix de Neuilly, elle enseigne la morale !!!

 

Le socialiste Arnaud Montebourg, en photo, sur leurs tracts et profession de foi, soutient  le candidat et sa suppléante : était-il au courant de cet usage étrange de sa photographie ? 

Non.  

Sylvie Cancelloni  quitte ensuite le MoDem en 2012. 

L’attendent les élections législatives avec la possible suppléance de Jean-christophe  Fromantin  candidat de la droite et du centre pour devenir député de la 6ème circonscription des Hauts-de-Seine. 

Jean-Christophe Fromantin est élu par les voix de Neuilly-sur-Seine. 

Sylvie Cancelloni adhère à l’UDI parti associé à L’UMP à Puteaux, dont elle s’est dissociée localement. Elle convoite le fauteuil du maire de droite, UMP.  

A l’élection municipale de 2014, Christophe Grébert et Sylvie Cancelloni  conduisent des listes séparées. Ils entrent en concurrence ! 

A peine élue conseillère de l’opposition, Sylvie Cancelloni  démissionne et abandonne sa place.  

Christophe Grébert aujourd’hui est encore au MoDem, parti qui ne le soutient plus pour cette élection du 14 juin. 

Il a « avalé » le PS, revanche personnelle sur 2007 : « Le Rassemblement » a été signé par le nouveau responsable auto-désigné du PS, Francis Poezevara, qui n’a pas respecté la procédure démocratique officiellement requise.  

Ce que les citoyens ne savent pas sauf s’ils sont concernés c’est que Christophe Grébert est aussi un menteur. Il a créé une association pour la liberté d’expression  mais il censure son blog en refusant le droit de réponse à ceux qui le gênent. 

Sa seconde actuelle sur la liste a été la principale victime censurée quand elle a voulu s’opposer aux mensonges d’un texte publié la concernant. 

La dernière nouvelle  est que le président d’Anticor viendra à Puteaux le 8 juin afin que Christophe Grébert puisse signer la charte éthique de l’association et promouvoir ainsi sa « pureté » virtuelle de blogueur !   

Une lettre ouverte sera adressée à Anticor qui trompe les électeurs, certes involontairement.  

Pour voter, LIBREMENT, pourtant et de préférence, il faut SAVOIR. 

Annie Keszey. 

www.notreputeaux.com 

Texte adressé par courrier à 30 leaders politiques locaux, départementaux, nationaux et au président d’Anticor !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

07/06/2015

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT D'ANTICOR.

ANTICOR TROMPE,  INVOLONTAIREMENT SANS DOUTE, LES ELECTEURS. 

ANTICOR est une association particulièrement utile puisqu’elle lutte contre la corruption financière. Les citoyens ordinaires la respectent et  en approuvent la finalité.  

Le 8 Juin 2015, à la Défense, vous allez, semble-t-il, rencontrer Christophe Grébert afin qu’il signe votre charte anticorruption et se fasse ainsi une nouvelle publicité médiatique pour l’élection municipale du 14 juin. 

Christophe Grébert n’a aucune réserve quant à l’adhésion aux chartes : il a signé en 2008 la charte éthique de la liste « Puteaux Ensemble » aux élections municipales, puis, ensuite, il a adhéré doctement à la charte du MoDem. Il a trahi ces deux chartes, sans remords : spécialisé en critiques puisqu’il se proclame lanceur d’alertes, il est particulièrement inapte à l’autocritique. Sa personnalité virtuelle de blogueur paraît une perfection ! 

Avec une certitude fondée sur l’état actuel des informations publiques, il n’est pas concerné par la corruption financière, il n’a d’ailleurs eu aucun accès aux fonds publics jusqu’à présent, semble-t-il. 

Votre label Anticor est cependant entaché d’ambiguïté. Vous militez pour une «  politique éthique », ce qui dépasse amplement le seul domaine financier. En 2014, je vous avais déjà adressé plusieurs preuves des comportements de Christophe Grébert, certes acceptables pour un citoyen ordinaire, mais incompatibles avec sa prétention à représenter autrui : ses manipulations, ses tricheries, ses mensonges, la censure de son blog appliquée à ceux qui le gênent alors qu’il y a créé une association pour défendre la liberté d’expression... 

Votre « brume » éthique trompe les électeurs. 

Réduisez votre action à la seule lutte contre la corruption financière afin de gagner en rigueur ou, si vous maintenez l’actuelle amplitude  des qualités morales que vous exigez, contrôlez mieux la valeur, l’éthique de vos candidats au label. 

Concernée par divers mensonges publics,  dont ceux que Christophe Grébert vous a fait parvenir en 2014*, sachez que je ne suis pas atteinte de la maladie d’Alzheimer et m’en réjouis. Je n’ai la carte d’aucun parti politique, n’ai donc pas été exclue du PS*, je n’ai pas soutenu le FN, que je critique d’ailleurs sur mes blogs. Je ne suis pas une « taupe » de Mme Ceccaldi-Raynaud dans la cité* : nous avons entre nous des relations respectueuses dans lesquelles n’entrent pas des convictions mais le souci partagé d’agir positivement pour le bien de familles en difficulté.  

Je collectionne ces attaques parce qu’elles évaluent « la grandeur », « l’objectivité » et « l’exemplarité » d’auteurs labellisés Anticor potentiels.  

Annie Keszey, professeur d’Education civique (certes utopique) pendant vingt ans. 

http://www.notreputeaux.com           http://www.atelier-idees.org 

http://rupture-et-metamorphose.org