Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2016

17 RUE COLLIN.

5 MARS 2016.

P1000997.JPGINFORMATION URGENTE ET IMPORTANTE AUX COPROPRIETAIRES ET RESIDENTS DU D/ 17 RUE COLLIN, PUTEAUX.

Chers résidents.

La page 18 du « mensuel » de la commune, PUTEAUX INFOS, de mars 2016, que vous ne semblez pas recevoir comme les autres administrés, concerne le bâtiment D de la copropriété dans lequel vous habitez. Sous le titre, qu’on évitera de commenter, « La municipalité améliore votre cadre de vie », un paragraphe de la page précise l’avenir proche du D.

« 17/19 rue Collin (bâtiment D). La ville a saisi le 6 août 2015, l’Agence Régionale de la Santé (ARS) afin de procéder à une enquête d’insalubrité et de saturnisme sur ce bâtiment. Cette enquête, réalisée en fin d’année 2015, a permis à la Direction régionale et interdépartementale de l’Hébergement et du Logement (DRIHL) de désigner un prestataire, l’agence ALHI, afin de réaliser une étude de chiffrage. Cette étude de chiffrage, ainsi que l’ensemble du dossier (diagnostic de fonctionnement et d’occupation, enquête de l’ARS,...) permettront au préfet de réunir le Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST) afin qu’un avis soit donné sur le caractère d’insalubrité irrémédiable. L’avis du CODERST devrait intervenir en avril ou mai 2016 et ainsi permettre la prise d’un arrêté d’insalubrité irrémédiable. »

Afin de veiller à vos intérêts, si vous ne connaissez pas les conséquences d’une telle situation, informez-vous en urgence. Tapez sur Google « arrêté d’insalubrité irrémédiable » et rendez-vous de préférence sur les sites indiqués :

https://www.service-public.fr ou http://www.interieur.gouv.fr   Les articles explicatifs du code de la santé publique sont les articles L 1331-1 à L 1331-31.

Si vous n’avez pas d’ordinateur, ou si vous préférez, prenez rendez-vous à la Maison du Droit, place de la mairie, un écrivain public pourra aussi vous aider gratuitement en cas de besoin. Informez-vous, à toutes fins utiles, de vos droits éventuels à une aide juridictionnelle de l’Etat, totale ou partielle, pour payer vos frais d’avocats si vous deviez porter plainte contre le syndic.

Chaque copropriétaire devrait recevoir deux courriers du préfet : l’un trente jours au minimum avant la réunion du CODERST et l’autre pour informer de la date d’effet de l’arrêté d’insalubrité irrémédiable. L’exécution de l’arrêté ne peut être alors repoussée de plus d’un an.

Copropriétaires, soyez très vigilants : vous ne pouvez porter la responsabilité de l’insalubrité. En 2009, vous avez accepté par vote, lors de l’assemblée générale, le principe de travaux lourds de réfection des parties communes de votre immeuble, après une étude d’un cabinet d’architectes, que vous avez payée. Le syndic, M Forabosco, devait très vite vous présenter des devis concurrentiels pour approbation : il ne l’a jamais fait. Le syndic suivant, actuel, M Godel d’OLT GI, avait l’obligation d’assurer le suivi des votes, il ne l’a pas fait malgré des demandes répétées. Vos conseils syndicaux ont été aussi, pour le D, d’une inefficacité troublante. Vos lots ont perdu progressivement de leur valeur sans que la responsabilité de la majorité d’entre vous puisse être engagée. En particulier, l’impéritie décennale des syndics successifs dans la gestion des impayés de charges de l’ensemble des bâtiments A, B, C et D a irrémédiablement spolié vos intérêts.

Vous êtes des VICTIMES. La France est un ETAT DE DROIT. DEFENDEZ-VOUS, sans sortir de la légalité, protectrice.

En cas d’arrêté d’insalubrité irrémédiable, les résidents devront quitter le D. Les locataires titrés devraient être relogés ailleurs par les copropriétaires concernés, ce qui demande à ces derniers de penser aux solutions et surtout aux coûts. A partir d’une date précise après l’arrêté, les locataires n’auront plus à payer leurs loyers.

Votre syndic, qui se dit « impuissant », pour assurer sans doute son « innocence professionnelle »,   devrait cesser de faire payer aux copropriétaires sa gestion, inexistante donc, et ne réclamer que des frais réduits pour la comptabilité.

A suivre...Avec mon amitié. Annie Keszey

06/02/2016

PUTEAUX-"DEMAIN"

« DEMAIN » est un film-documentaire réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent. Six jeunes parcourent le monde et proposent des solutions pertinentes et donc encourageantes pour construire une autre histoire de l’avenir. Des exposés de réalisations dans l’agriculture, l’énergie, l’habitat, l’économie, l’éducation, la démocratie reconstituent le puzzle d’une nouvelle économie, signe que l’ère du capitalisme financier dans laquelle nous vivons arrive à sa fin.

http://www.demain-lefilm.com/

Jeremy Rifkin, l’un des penseurs de la société les plus réfléchis et novateurs de notre temps, expose certains de ses principes économiques dans le film : auteur d’une vingtaine de bestsellers dont La troisième révolution industrielle déjà présenté sur ce blog et La nouvelle société du coût marginal zéro- L’internet des objets, l’émergence des communaux collaboratifs et l’éclipse du capitalisme, dont la publication suivra. (510 pages- Les liens qui libèrent- Septembre 2014.),

« Les règles du grand jeu de l’économie mondiale sont en train de changer. Le capitalisme se meurt et un nouveau paradigme qui va tout bousculer s’installe : les communaux collaboratifs. C’est une nouvelle économie qui se développe, où la valeur d’usage prime sur la propriété, où la durabilité supplante le consumérisme et où la coopération chasse la concurrence. Ces communaux collaboratifs sont en plein essor : l’auto-partage, le crowfunding, le couchsurfing, les producteurs contributifs d’énergie verte ou même d’objets avec les imprimantes 3D. Ils offrent un espace fait de millions d’organisations autogérées qui créent le capital social de la société. Ce nouveau paradigme est favorisé par l’émergence des réseaux sociaux et de l’Internet des objets, qui sera bientôt omniprésent dans notre quotidien. Il se matérialisera par ces milliers de capteurs disposés sur les ressources naturelles, les chaînes de production, implantés dans les maisons, les bureaux et même les êtres humains, alimentant en Big Data un réseau mondial intégré, sorte de système nerveux planétaire... »

Les responsables de la ville de Puteaux, par exemple, sont-ils attentifs à ces évolutions et en particulier au développement de l’économie collaborative ?

Dans le magazine de la ville Puteaux Infos, de février 2016, quelques 250 photos présentent près de 500 visages souriants, dont ceux, aussi, des membres de l’opposition en page 76. Le « sérieux » des jeunes cuisiniers concentrés sur leur gâteau, page 38, reste une exception normale. Tout irait donc si bien ?

Le magazine permet, en particulier, de déceler des initiatives pour Puteaux-« DEMAIN ».

Page 14 : un jury citoyen de 12 personnes volontaires a été élu pour donner un avis consultatif sur les dossiers complets et anonymes devant être présentés à la Commission d‘ attribution des logements sociaux. C’est un progrès théorique remarquable qui ne deviendra progrès réel que si une synthèse transparente des écarts de choix entre les deux commissions et de leurs raisons est régulièrement publiée. Attendons pour juger.

Page 25 : la mairie informe de la possession d’imprimantes 3D par le collège Les Bouvets et le collège Maréchal Leclerc.

Page 31 : le Lions club de Puteaux lance Lions SOS : un dispositif gratuit permettant de centraliser dans une petite boîte des informations d’urgence relatives à notre santé, afin d’informer au mieux les services de secours.

Page 44 : quatre espaces verts sont labellisés pour application des objectifs du label Eve. Ces objectifs sont conformes à la nouvelle économie en gestation et aux principes de la protection de la Terre.

Page 45 : la commune propose cinq stations Autolib’ et 14 bornes de recharge électrique.

Page 46 : la réduction des déchets par le compostage est expliquée.

Page 48 : Le soutien aux circuits courts avec la Ruche qui dit oui. C’est un commerce récent, ouvert depuis décembre, 3 place du Ratrait à Suresnes, mais présenté dans Puteaux Infos. Cette entreprise sociale et solidaire propose un modèle juste et équitable destiné à soutenir l’agriculture locale : elle fait ses achats directement auprès des producteurs. C’est aussi une communauté de voisins qui permet de se rencontrer, d’échanger et de s’entraider. Les commandes se font sur Internet, après inscription, chaque lundi et les livraisons ont lieu le mardi.

Page 52 : Thirom Veal a créé FreeSOS, une application gratuite pour Smartphone qui permet de se faire aider bénévolement en cas d’urgence. A la tête d’un bureau d’études, cet ingénieur qui a habité Puteaux pendant plus de dix ans, veut recréer du lien social entre les citoyens.

Créer du lien social, développer l’entraide et les missions à buts non lucratifs, favoriser l’implication de tous, sont des objectifs prioritaires de la nouvelle société.

Page 83 : Puteaux ville connectée.

Ces observations analytiques, en ordre dispersé, demandent à être poursuivies jusqu’à la synthèse  de Jeremy Rifkin: « l’entrée locale dans un monde partiellement au-delà des marchés, où nous apprenons à vive ensemble, toujours plus interdépendants, sur un communal collaboratif mondial. »

Bon courage à nous tous!

Image : rendezvousdufutur.com

Annie Keszey.

 

04/02/2016

L'évaluation scientifique pour l'évaluation authentique des élus.

Les élus de la Nation ne sont pas évalués scientifiquement, objectivement. Les choix pour élire nos représentants qui seront dotés de responsabilités majeures quant aux politiques publiques ne reposent que sur des éléments idéologiques (le parti politique d’appartenance), subjectifs (le charisme, les promesses, l’art oratoire...) ou sur des intérêts personnels (les réseaux de copinage)...Les candidats ne publient pas leurs évaluations professionnelles antérieures lors des périodes électorales.

Il n’y a aucune évaluation officielle prévue en cours de mandats, ni en fin de mandats. Les élus sont en général satisfaits. Les opposants aux élus manifestent régulièrement leurs points de vue, majoritairement analytiques, essentiellement négatifs, pour se promouvoir par l’alternance. Ce sont des combats de volatiles intéressés, en aucun cas des évaluations rigoureuses et authentiques dont le but n’est pas la sanction mais l’amélioration permanente de l’intérêt général et la protection de la motivation des responsables.

En commençant par la base politique, il n’existe aucune grille d’évaluation scientifique nationale du maire. Il ne peut s’agir d’une auto-évaluation mais d’un processus évaluatif intégrant les décideurs, les bénéficiaires, les agents, des experts, des tiers neutres...

Seules, quelques initiatives isolées existent déjà ou ont existé. La Fondation City Mayors, association philanthropique, groupe de réflexion international, basée à Londres et fondée en 2003, organise tous les deux ans « Le meilleur maire du monde ». Le dernier élu fut Naheed Nenshi, maire de Calgary, en 2014. Des citoyens de la ville avaient cité des faits remarquables de leur maire, pris en compte dans l’ensemble des critères de sélection. Alain Juppé, maire de Bordeaux, était le seul maire français à participer à cette compétition.

Le cabinet Mercer, sur trente-neuf critères (la sécurité, la connectivité internationale...) et trois classements différents, a décerné le prix de la ville la plus agréable du monde à Vienne, en 2015. Lyon occupait la 39ème place.

Les palmarès annuels de l’Express, après l’examen de nombreux critères par un comité d’experts, classent les villes vertes, les villes où il fait bon vivre, les villes pour entreprendre, celles pour trouver un emploi... Etc.

L’INSEE, la DATAR, l’Observatoire des territoires, le Conseil économique social et environnemental (CESE), les CESE régionaux (CESER), les Cours des comptes régionales, l’ANCOLS, la Convention des maires sont des organismes riches en informations nécessaires à la composition d’une grille d’évaluation pour un maire, travail certes complexe et long qui doit vaincre une opposition culturelle anachronique.

Les secteurs à évaluer sont nombreux : l’éducation et le soutien à la jeunesse- l’emploi- la sécurité- le budget et la fiscalité- l’urbanisme de construction, de réhabilitation et le logement social- la solidarité- la culture et les loisirs- la santé, la qualité de l’air et la salubrité- le développement durable et l’efficacité énergétique- les transports urbains- l’économie- la « connectivité », l’information- la place de la nature et des circuits courts- la créativité gestionnaire- les spécificités de la commune- le leadership, la vision globale, la notoriété du maire- Le climat du conseil municipal- le respect des valeurs de la République- la qualité démocratique...

Une partie de la synthèse soulignera les actions novatrices, cohérentes, pour percevoir la situation urbaine "DEMAIN".

Donc, il faut avancer : quel maire chaque électeur va-t-il évaluer scientifiquement pour faire progresser sans cesse sa commune préférée?

Edgar Morin, sociologue et philosophe, encore lui, et Michelangelo Pistoletto créateur de ce remarquable générateur d’énergie qu’est Cittadellarte, extraordinaire laboratoire du monde de demain, nous interpellent : « Impliquons- nous »- Actes Sud- 90 pages- 8.80 €.

Annie Keszey, citoyenne de...Puteaux.