Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2015

PUTEAUX: LE ZOO FRONTISTE DE GERARD BRAZON.

 

Gérard Brazon est un conseiller municipal d’opposition, blogueur, du Front national.

 

Ce compte-rendu de lectures, faites à travers une passoire, porte sur cinq textes de Gérard publiés sur son site et/ou sur celui de Riposte laïque.

Dans ses publications, Gérard mitraille de mots fleuris  le peuple de France, un pauvre peuple intellectuellement démuni, ignorant de toute réalité ou mal informé «... manquant le plus souvent d’historique politique... », »... appelé à ouvrir les yeux... », « ...la plupart des Français ne savent même pas  ce que sont les élections territoriales, comme ils ne savaient pas ce qu’étaient les élections cantonales... », « ... que les Français comprennent bien qu’ils sont manipulés et désinformés... » . « ...Les bobos  bien- pensants sont terrorisés à l’idée  d’admettre qu’ils se sont trompés... »  Etc... Le PS, l’UMP, les communistes, la majorité municipale, les bobos, SOS racisme,  le passé national, les enseignants, les diplômés de l’ENA et le journal Le Monde sont honnis.

Gérard, par contre, a une très haute opinion de lui-même : érudit, grand connaisseur de l’Histoire, éclairé, visionnaire, Il ne pourrait s’émouvoir si d’aucuns le jugeaient orgueilleux ou narcissique puisque lui seul a l’infaillible pensée frontiste.

Son Histoire de France, répétitive à l’excès, interpelle et mériterait quelques sérieuses corrections : le premier ennemi de Gérard est le Parti socialiste. Il fait ainsi remonter «  le socialisme » à la Terreur révolutionnaire de 1793 pour lui attribuer un massacre  géant. Or, chacun sait, à part notre savant putéolien, que la Révolution française ne fut pas socialiste. Le mot socialisme n’est apparu qu’un bon demi-siècle plus tard. Gérard se piège dans sa critique : « ... en Histoire, contrairement à ce que font les socialistes, il ne faut pas faire de raccourcis entre deux époques... ».

Ses textes révèlent un zoo qui mérite un temps d’arrêt. «  Nos bobos, dans la mosquée de Bordeaux font les autruches. Ou plutôt font comme les trois petits singes... » -« Le socialisme est cette idéologie qui a toujours pris les Français pour des imbéciles, de la volaille, des moutons à tondre... » - « ...la mise au pas du troupeau dont ils (les contribuables) font partie, de ces vaches à traire des euros, de ces moutons à tondre et de ces volailles à décapiter ...» - « ...Les électeurs sont les dindons de la farce électorale ... » - « ...les dindons politiciens s’arrachent la plume et s’affolent... »- « Certes nous allons voter pour des conseillers dont on ignore à quoi ils vont servir, pour des couples. Des couples de moineaux comme si le pouvoir socialiste envisageait de faire de l’élevage... » - « Cela fait tellement d’années qu’ils  (de la droite) bouffent aux mêmes râteliers (de la gauche) que l’on peut reprendre cette même citation Asinus asinum fricat (?), l’âne frotte, l’âne, c’est-à-dire les imbéciles qui se congratulent... »

Récapitulons ! Autruches, singes, (des immigrés) volaille, moutons, troupeau, vaches, dindons, moineaux (autres bêtes de souche)...tondre, décapiter, arracher les plumes, bouffer ! 

 

Gérard est le premier mouton au centre de l’image. Pour la première fois il bêle publiquement  qu’il nous manipule et nous met en garde. Enfin !

 

La fraternité culturelle, tolérante et lucide, prévaut sur le choc des civilisations.

 

Les cinq textes : Elections territoriales 2015 : un homme, une femme, la parité pour tous. Le socialisme est historiquement la matrice de toutes les dictatures. Les profs « bien- pensants » se mobilisent contre Marine Le Pen. Je suis Charlie n’a pas effacé l’ardoise. Les bobos, ces nouveaux pacifistes qui nient la réalité de la guerre islamique.

 

Image : Riposte laïque.

 

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

 

 

25/02/2015

PUTEAUX. INCITATION MUETTE AU REJET RACIAL ET RELIGIEUX.

 

Le « Gaulois » Gérard Brazon, conseiller municipal d’opposition du FN, à la fonction incertaine puisque la régularité de son élection est étudiée par la Justice,  a posté  cette photographie sur Facebook.

 

Or, l’homme est noir et la femme porte un foulard. Le choix de Gérard  ne relève pas du hasard. Le panneau électoral, les lampadaires et les grilles symbolisent la terre sacrée, l’âme de la France, terre des ancêtres,  Puteaux, victime du « grand remplacement ».

 

Le « grand remplacement » de Renaud Camus, cloîtré, terrorisé, dans un château médiéval de province, ignore bien sûr l’ensemble des statistiques sur l’immigration. Gérard oublie, quant à lui, la loi du 6/01/1978, interdisant clairement les statistiques ethniques.

 

Le titre d’apparence banal, «  Les nouveaux Putéoliens » renvoie, par l’ambiguïté du sous-entendu implicite, au livre récent « Marine Le Pen prise aux mots ». C’est un exemple parfait des procédés formels du double-langage frontiste. Par le « silence », la « mise en sourdine » des scories xénophobes, Gérard se masque (se « voile » !) en imputant aux seuls lecteurs toute interprétation raciste de l’image.  

 

Lors de son discours du 1er mai 2013, Marine Le Pen assurait « Nous croyons à l’égalité des citoyens français, quelles que soient leurs origines ou leurs croyances ».

 

En 2012, elle avait préféré une définition exclusive de l’appartenance à la nation. « La maison du peuple français, c’est la France, et il (le peuple) a le droit, chez lui, de décider qui vient et qui reste... » ?

 

Gérard manque d’une bouée  linguistique lui permettant de surnager dans le langage « diaboliquement dédiabolisé » de son héroïne Marine, à moins qu’il ne s’en délecte (Oh non, surtout pas !) : double langage et double jeu.

 

Mais, attention, nous, citoyens démocrates, avons-lu « Le FN pour les Nuls ! ».

 

Quelqu’un a dit (?) « Aime ton prochain comme toi-même ! » Gérard le mariniste est donc invité à partager un délicieux couscous chez Aïcha, puis à écouter François Gemenne, spécialiste belge passionnant des flux migratoires. (Florian Philippot, énarque du FN, a déjà subi « cette dernière salutaire épreuve au nom de l’objectivité » : ce fut difficile, mais apaisant, pour lui.)

 

Le FN serait un parti républicain. Cette image viole pourtant l’article 1er de la constitution française.

 

Annie Keszey.

 

 

 

22/02/2015

CONDAMNATION DE MADAME CECCALDI-RAYNAUD, MAIRE DE PUTEAUX.

 

Merci à Stéphane Vazia, du Parti socialiste de Puteaux, d’avoir fait appel à la Justice. Le Tribunal administratif de Cergy- Pontoise vient de condamner le maire pour les articles 9 et 24, illégaux, du règlement intérieur du conseil municipal et l’oblige à délibérer sur ces  deux articles annulés dans un délai de deux mois après la notification du jugement. Le jugement est accessible à partir du site : www.ps-puteaux.com 

Un mois après « Je suis Charlie », la Justice réprouve et punit les manquements du maire et des conseillers de la majorité UMP et UDI à la liberté d’expression des élus de l’opposition. L’obstination du maire et la subordination des conseillers, sur ce thème, leur portent préjudice : être condamné par la Justice indique un manque d’autonomie et de fiabilité de la réflexion personnelle, une déviation du libre arbitre et un déficit républicain. Le « Peuple » est alors contraint de se substituer à ses représentants élus : c’est la République française, au nom du Peuple français, qui condamne. 

Des citoyens ordinaires avaient relevé publiquement ces défaillances de la municipalité, de plus provocatrices dans leur forme. Il ne s’agit donc pas cette fois d’un déficit du Savoir mais d’un excès de Pouvoir ! Deux exemples de critiques, souvent répétées par de nombreux démocrates en d’ autres termes : 

Le 13/05/2009. 

Le texte suivant portait sur la page des éditoriaux du journal « Puteaux-Infos ». Renouvelée chaque mois cette page est une humiliation programmée et répétitive des 4 groupes de l’opposition contraints à se partager ½ page pour s’exprimer en lettres minuscules. Sur la demi-page supérieure la majorité « conquérante » écrit confortablement avec ses grosses lettres !  

« Le Maire accorde à l’opposition 1/140ème environ de l’espace du journal de la ville alors que les votants de l’opposition (8383 voix) représentent 65/140èmes  du total des votants (majorité : 9446 voix). Des comparaisons entre journaux de villes de populations entre 40 000 et 50 000 habitants montrent que l’espace accordé par le maire de Puteaux à l’opposition est trop restreint. Or, la Démocratie est un système à double  légitimité : la légitimité née de la volonté des urnes et la légitimité de la raison non partisane dans l’ordre du fonctionnement. Cette seconde légitimité appelle d’accroître l’espace commun du droit à l’expression des conseillers de l’opposition, par modification du règlement intérieur. » 

La Justice vient de reconnaître l’insuffisance de l’espace accordé à l’opposition dans les publications de la mairie. 

Dans « Puteaux-Infos » de février 2015, la place de l’opposition est de 1/194ème 

Le 23/09/2014. 

« Les conseillers municipaux peuvent être  légalement filmés de face Imposer de les filmer de dos est une régression démocratique. En acceptant d’être conseiller municipal, ils ont accepté de s’exposer publiquement dans leurs fonctions d’élus. 

Autorisation préalable. Dans un jugement en date du 5/05/2008, en particulier, le Tribunal administratif de Nice a eu l’occasion de préciser que « l’enregistrement audiovisuel ne peut être soumis à un régime d’autorisation préalable ». Il est parfaitement légal de réaliser des enregistrements sonores ou des vidéos des séances du conseil municipal. Cela vaut pour les élus et pour le public. 

La présence d’une caméra ne représente pas un trouble.Les séances peuvent être retransmises par les moyens audiovisuels. La loi autorise les élus à être filmés lors de manifestations publiques lorsqu’ils interviennent dans le cadre de leur fonction élective, ce qui est le cas du Conseil Municipal. » 

La Justice vient de reconnaître qu’instaurer un régime de  déclaration préalable avant de filmer ne résulte d’aucun texte de nature législative ou réglementaire.  

La situation économique privilégiée de Puteaux qui protège les élus des problèmes majeurs de l’actualité nationale devrait les inciter à promouvoir des valeurs démocratiques irréprochables. Au lieu de cela, ce sont encore trop souvent des pratiques partisanes de « guéguerre »  soutenues  par la communauté des conseillers proches, idéologues indifférents aux progrès collectifs. 

Cette condamnation pour entraves à la liberté d’expression, les couleurs anachroniques dans la vieille église, le « mur » entre Puteaux et Neuilly, le péage (supprimé) de 2 € entre ces deux villes pourraient-ils être les derniers événements d’un système gestionnaire de tâtonnements  et d’erreurs partisans? 

Nous, Putéoliens, saurions oublier très vite!  

Nous préférons la piscine, les cours d’informatique, les petits robots scolaires, la maison du Droit ou l’épicerie sociale!... 

Et l’Unité locale. Les utopies se réalisent parfois.  

Image : jamesartsub.com 

Annie Keszey.