Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2017

Marine Le Pen: un rôle rétrograde pour les femmes.

Marine Le Pen, contre le conservatisme rétrograde de votre programme présidentiel l’intérêt des femmes est de choisir le progressisme démocratique.

Le collectif Ecolinks, composé d’économistes et de chercheurs, dans le « Petit manuel économique anti-FN » aux éditions « Le cavalier bleu », nous aide à éclairer votre programme.

Mais enfin Marine, vous êtes avocate, divorcée, mère de trois enfants et « femme politique d’extérieur » pourquoi voulez-vous maintenir toutes les femmes, autres que vous-même, dans un rôle très traditionnel, dépassé ? Dans votre programme présidentiel, trois  lignes « semblent » concerner les femmes sur cent quarante-quatre  propositions : un remarquable intérêt en effet !

Défendez la parité et ne limitez pas l’égalité hommes-femmes à la seule participation des femmes en politique. Clarifiez l’actuelle parité au sein du FN : vous êtes « fille de », vous avez pris la suite de la carrière de votre père d’ailleurs avec facilité puisque vous n’avez jamais eu à lutter pour conquérir le parti, Louis Aliot est votre « compagnon de vie », Marion Maréchal- Le Pen est « nièce de », Catherine Mégret  est « femme de »,  Catherine Griset  fut votre  « belle- sœur »...Cette tendance haut placée donne l’impression d’un népotisme assumé par votre parti.

Vous effleurez, avec un positionnement traditionnel, les questions essentielles pour la vie des femmes au lieu d’y répondre : les questions touchant à l’emploi, à la possibilité pour elles de combiner la vie familiale et la vie professionnelle, à la contraception, à l’avortement...L’égalité des salaires, les solutions contre le chômage, l’égalité dans divers secteurs dont le secteur culturel, thèmes majeurs, ne vous intéressent pas. [Dans ce dernier secteur du théâtre, du cinéma, de la musique, 80 % des fonds publics sont attribués actuellement à des hommes !]

Les eurodéputés frontistes ont voté systématiquement contre les rapports défendant plus d’égalité entre les hommes et les femmes, en 2013 contre le rapport Estrela,  en 2014 et  2015 contre les rapports Zuber puis Tabarella. Aymeric Chauprade, devant le parlement européen, renverse les mots, à son profit, pour justifier son opposition à l’égalité entre les hommes et les femmes : la vision des Institutions de l’Europe sur les femmes serait « misérabiliste » et leur position favorable à l’avortement serait « une culture de mort ». Pauvre député machiste d’extrême droite !

Les députés frontistes au niveau national ont voté contre toutes les propositions de lois visant l’amélioration de la condition féminine dont la loi sur le harcèlement sexuel et celle pour renforcer la lutte contre le système prostitutionnel, par exemple.

Vos députés nationaux et européens représentent d’abord Sens commun, Civitas et autres intégristes catholiques, électeurs aux cerveaux figés depuis le 19ème siècle.

Les femmes, pour vous, sont essentiellement vues comme des mères, garantes de la vitalité démographique française : la natalité doit être encouragée mais par une contradiction flagrante due à l’idéologie raciste enracinée du FN, la natalité plus forte des immigrés est en revanche décriée ! Or, c’est la natalité plus forte des immigrés qui permet de dépasser légèrement le seuil de renouvellement des générations en le faisant passer de 1,8 à 2,02 enfants par femme...Il y a peu de temps, en 2012, le FN discourait autour d’une «  IVG de confort », expression provocatrice, visant à interdire, à partir d’un critère abscons, un droit fondamental des femmes à disposer de leur corps, droit si difficilement acquis ! Simone de Beauvoir, en 1975, demandait aux femmes d’être vigilantes leur vie durant. Marion Maréchal-Le Pen, en 2016, voulait revenir sur le remboursement intégral et illimité de l’avortement et réduire l’accès à la contraception...Ces positions radicales toujours vivantes, désireuses d’assujettir les femmes, sont mises en sourdine par le parti qui souhaite obtenir davantage  de votes féminins en 2017. L’ambiguïté persiste.

L’accroissement de la fécondité devrait porter sur des politiques familiales d’aides à la garde et à l’éducation des enfants, au développement des crèches, aux modalités de combinaisons entre le travail et la famille telles que les études surveillées avant et après la classe...Certaines villes dirigées par le FN (Béziers, Le Pontet...) sont des modèles de régressions dans la recherche d’équilibre entre la vie familiale et la vie professionnelle des femmes...

Le programme du FN évoque un « salaire maternel » et « un salaire minimum »  qui seraient accordés, enfin peut-être, aux femmes qui font le choix d’élever leurs enfants»...Rien n’est dit sur les difficultés des retours à l’emploi tels que les problèmes de « plancher-collant » et de «  plafond de verre » qui se renforcent du fait des périodes d’inactivités liées à l’éducation des enfants...Le FN ne propose aucune formation de réintégration, il ne favorise pas un congé parental plus court par un (encore) meilleur partage des congés entre les pères et les mères...

Marine, laissez les femmes être librement « étudiantes en DEA de droit pénal  » ou « metteuses en scène », par exemple, laissez-les s’engager à l’extérieur, comme vous-même si elles le souhaitent, laissez-les s’engager en politique avec l’ambition nouvelle de servir l’intérêt général, comprenez qu’elles veuillent être à la fois épouses et mères comblées, engagées professionnellement, politiquement, culturellement ou socialement. Ne les tronquez pas ! Comprenez que tous les enfants ne puissent avoir des grands-mères pour gardiennes et que de nombreux parents ne sont pas favorables, comme vous l’avez été, aux études en pensionnats, d’ailleurs coûteuses. Ne portez pas atteinte aux droits des femmes à la liberté, à l’égalité et à la fraternité. Veillez à un progrès social particulièrement équilibrant pour les couples avec enfants, engagés professionnellement, « afin que  les enfants ne se sentent pas mis à l’écart dans leur jeunesse et ne puissent ressentir la même chose que vous, autrefois, au sein de votre famille*.»*(Vos mots dans Closer.)

 Donc, votre féminisme est archaïque : s’il vous convient, devenez une femme au foyer. Et laissez-nous tenter de vivre en harmonie avec notre siècle. Vous « aboyez » votre position « antisystème » dans vos meetings, pour percer, mais, nous, les femmes, resteront imperméables à vos éclats de voix,  inaudibles, tant qu’ils se perdront dans l’actuel foutoir moral politique.                                                                                            Annie Keszey.

27/06/2016

La thèse savante, divergente, dure et persuasive de Michel Onfray sur le terrorisme.

Penser l’islam. Michel Onfray. Grasset. 169 pages. 17 €. Mars 2016.

Les régimes islamiques de la planète ne menacent l’Occident que depuis que l’Occident les menace.

Michel Onfray nous aide à prendre nos distances avec les discours calculés, harmonisés des journalistes, des politiques et de certains intellectuels... Les médias ne vivent qu’avec l’argent : l’argent est nécessaire pour créer le support du média, pour l’entretenir et le faire durer. Ce qui fait la loi chez eux n’est pas la vérité, la justice ou la justesse, mais le lectorat, le spectorat et le téléspectorat, deux néologismes que chacun comprendra... Ils promeuvent un même monde : libéral-libertaire, européaniste, mondialiste et cosmopolite, consumériste et hédoniste vulgaire, nihiliste et marchand, débarrassé de toute morale et de toute spiritualité... Parce que ces 169 pages analysent un sujet grave avec rigueur, ces 3 pages d’extraits (en noir) et de liaisons entre extraits (en bleu) ne peuvent se substituer à la lecture complète de Penser l’islam.

Michel Onfray est philosophe, créateur et conférencier de l’université populaire de Caen. Essayiste, Il a refusé pendant  plusieurs  mois toute intervention publique parce que la presse politiquement correcte avait le désir de lui faire la peau...Il a été sali, insulté, traité de tous les noms, pour avoir dit qu’hormis la parenthèse Chirac-Villepin, la France a été de tous les bombardements des pays décrétés voyous. Il se fait qu’il s’agissait de pays musulmans et que la France a contribué à la mort de quatre millions de musulmans. Quatre millions de morts musulmans* voilà qui ne compterait pour rien ?* Il nomme sa source, Nafeez Ahmed, qui dirige l’Institute for Policy Research and development de Brighton et s’interroge : Peut-on imaginer que ce reniement  de la tradition pacifiste de la gauche ait été sans relation avec le fait que la France soit devenue le terrain d’une guerre menée par certains de ses ressortissants, musulmans intégristes qui se réclament de l’Etat islamique ?...

Michel Onfray, par ses déclarations aurait fait le jeu du FN. Depuis qu’en 1983, avec le tournant de la rigueur, François Mitterrand a commencé à étrangler le socialisme, mort et enterré depuis, quiconque reste fidèle à l’idée socialiste, comme moi, est vilipendé par ceux qui, ayant épousé les trahisons de la gauche, prétendent lui être restés fidèles. François Mitterrand a trahi deux fois la gauche, en politique intérieure de rigueur en 1983, trahison qui a généré la montée en puissance du Front national et  en politique étrangère en 1991  qui a engagé  la France à penser  et agir comme Bush I puis comme Bush II.

Michel Onfray reste fidèle à la gauche. Une gauche sociale et socialiste ; une gauche pacifique et pacifiste. Je crois que cette gauche - là n’est plus possible dans le cadre institutionnel. C’est un autre sujet. Ma fidélité s’appelle trahison chez les traitres. Mais les traîtres à la gauche sont pour moi quantités négligeables. Je pense au peuple sacrifié, je reste à ses côtés...

En ce mois de juin 2016, les bougies, les fleurs, les marches blanches, les hommages et les discours émotionnels et compassionnels ne mettront pas fin à cette nouvelle guerre asymétrique civile et internationale. Les responsables politiques, surtout ceux qui ne connaissent pas le Coran tel Alain Juppé, et sauf ceux uniquement préoccupés égoïstement  par leur réélection tels que Sarkozy et Hollande parce que c’est inutile, doivent « apprendre » pour « penser » afin d’agir autrement.

Michel Onfray a étudié le Coran, les hadîts, la Sîra, et les biographies du Prophète, études rares. Ces textes fondateurs ne valident pas l’affirmation courante que l’islam est une religion de paix.  Michel Onfray publie de nombreux extraits prouvant le pire et le meilleur : le pire, ce que des minorités agissantes activent par la violence ; le meilleur, ce que des majorités silencieuses pratiquent de manière privée.  Comment la République doit- elle considérer ces deux façons d’être musulman ? Dans son livre, il développe sa réponse.

Quelques exemples du Coran : Sur les incrédules : « Exterminez les incrédules jusqu’au dernier » (VIII) ; « Frappez sur leurs cous ; frappez-les tous aux jointures » (VIII. 12) ; « Ce n’est pas vous qui les avez tués, mais Dieu les a tués » (VIII. 17). Sur  l’antisémitisme : « Tout juif qui vous tombe sous la main, tuez-le »  (Al-Sîra, II.58-60)...Sur la justification de la torture par le carcan : « Nous mettrons des carcans à leurs cous, jusqu’à leurs mentons ; leurs têtes seront maintenues droites et immobiles. Nous placerons une barrière devant eux et une barrière derrière eux. Nous les envelopperons de toutes parts pour qu’ils ne voient rien » (XXXVI) ; par la mutilation : « Nous lui ferons une marque sur le museau », autrement dit : nous lui couperons le nez (LXVIII. 15) ; par l’égorgement : invitation à trancher l’aorte » (LXIX) ; par la crucifixion : « Ils seront tués ou crucifiés » (V. 33)...Sur la misogynie : « Les femmes ont des droits équivalant à leurs obligations, et conformément à l’usage. Les hommes ont cependant une prééminence sur elles – Dieu est puissant et juste » (sic !)  (II. 228)... « Admonestez celles dont vous craignez l’infidélité ; reléguez-les dans des chambres à part et frappez-les » (IV. 34) ; « Dis aux croyantes de baisser leurs regards, d’être chastes, de ne montrer que l’extérieur de leurs atours, de rabattre leur voile sur leur poitrine, de ne montrer leurs atours  qu’à leur époux ou à leur père «  (XXXIV. 31)... Sur l’homophobie : l’homosexuel est la figure de « l’abomination » (VII. 81)...

L’islam ? Lequel ? Celui des origines ou celui de tel ou tel musulman anonyme aujourd’hui ? Celui  d’un salafiste ou celui d’un soufi ?...Celui du calife de l’Etat islamique ou celui de Maxime Rodinson ?...Celui des sunnites ou celui des chiites ? Celui du meilleur ou celui du pire ?...L’islam de paix, de tolérance et d’amour qui s’appuie sur la fameuse et unique sourate  « Pas de contrainte en matière de religion » (II.256) , ou l’islam de guerre, d’intolérance et de massacre qui se réclame des nombreuses sourates guerrières, belliqueuses, antisémites ou destinées à justifier le massacre des infidèles » (VIII. 7, VIII. 12, VIII.17, VIII. 39, etc.) ?

Il y aura toujours un islam pour donner tort à l’autre. Qui dit vrai ? Tous à la fois et personne en particulier, car l’islam c’est tout ça : le meilleur et le pire, le pire de l’islam ne devant pas être décrété arbitrairement comme ne relevant aucunement de l’islam. Car, que disent les tueurs de Cabu, Wolinski et les autres quand ils disent en s’enfuyant après le massacre : « On a vengé le Prophète » ? La question mérite d’être posée. Faute de l’être, elle ne recevra pas sa réponse et nous continuerons à ne pas pouvoir penser, car nous resterons dans le fantasme, l’idéologie, la politique politicienne... Dans l’islam politique c’est le prélèvement qui fait la différence...Si un pays effectue les prélèvements dans l’islam de paix, il n’aura pas la même histoire que celui  qui voudra l’islam de guerre. La France doit instaurer un islam de paix, un islam républicain appuyé sur les sourates pacifiques...

En même temps que d’être une spiritualité intime et personnelle, une religion privée, l’islam est une politique et, comme religion étatique, il est intrinsèquement théocratique...

Dans le dernier chapitre, Pour ne pas conclure, Michel Onfray  republie la  version de ses réflexions, rédigée à la demande de l’hebdomadaire « Le Point » et en réponse aux questions du journal, après les attentats du vendredi 13 novembre 2015 au stade de France, au Bataclan, et aux terrasses de cafés. Il y développe son tweet : Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l’islam politique récoltent nationalement la guerre de l’islam politique...

Il faut dès lors sortir du temps court du journaliste qui vit d’émotion pour entrer dans le temps long du philosophe qui vit de réflexion. Ce qui a eu lieu le vendredi 13 novembre est certes un acte de guerre, mais qui répond à d’autres actes de guerre dont le moment initial est la décision de détruire l’Irak de Saddam Hussein par le clan Bush  et ses alliés, il y a un quart de siècle. La France fait partie depuis le début, hormis l’heureux épisode chiraquien, de la coalition occidentale qui a déclaré la guerre à des pays musulmans, Irak, Afghanistan, Mali, Lybie, Syrie ...Ces pays ne nous menaçaient aucunement avant que nous ne  leur refusions leur souveraineté et la possibilité pour eux d’instaurer chez eux le régime de leur choix...

La France est-elle à ce point naïve qu’elle imagine pouvoir déclarer la guerre à des pays musulmans sans que ceux-ci ripostent ? ...Le premier agresseur est occidental, je vous renvoie à l’Histoire, pas à l’émotion. Il est même identifiable : il s’agit de Georges Bush qui invente d’hypothétiques armes de destruction massive pour attaquer l’Irak en 2003, en rétorsion prétendue au 11 septembre 2001 de Ben Laden. Je vous rappelle qu’avant cette date le même Ben Laden était de mèche avec les services secrets américains contre les soviétiques qui avaient envahi l’Afghanistan...Les différents chefs d’Etat des USA avaient besoin d’en faire des ennemis menaçants afin d’écouler leurs armes...

Les terroristes appartiennent à la frange radicale et politique de l’islam salafiste. Leur radicalisation obéit à un choix rationnel. C’est une guerre menée par l’islam politique avec autant d’intelligence que l’Occident mène la sienne, mais avec moins d’armes ou avec d’autres armes que les nôtres – des couteaux et non des porte-avions, des kalachnikovs à 500 € et non des avions furtifs coûtant des millions de dollars...Le califat a clairement livré ses intentions. Mais notre dénégation est coupable. Leur dénier le droit de dire qu’ils sont un état islamique doublé de l’invitation politiquement correcte à dire qu’il s’agit de Daesh (alors qu’il s’agit de l’acronyme d’Etat islamique en arabe) faire d’eux des barbares (alors qu’ils font à la disqueuse et au marteau-piqueur ce que l’Occident fait avec des avions furtifs- je vous rappelle qu’une partie des sites mésopotamiens a été détruite par les bombardements US sans émotion internationale), les qualifier de terroristes (alors que, certes, ils tuent des victimes innocentes avec des kalachnikovs et des couteaux mais que l’Occident fait de même à plus grande échelle avec des bombes lâchées à haute altitude qui tuent femmes et enfants, vieillards et hommes qui n’ont rien à se reprocher , sinon d’habiter le pays associé à l’ «axe du mal »), tout ça fait que  nous sous-estimons en tout point leur nature véritable...

Nature qu’il faudrait connaître pour envisager un jour la solution diplomatique que souhaite Michel Onfray...

La France devrait cesser cette politique néocoloniale et islamophobe alignée sur les Etats-Unis. Elle devrait retirer ses troupes d’occupation dans tous les endroits concernés. Elle devrait prendre l’initiative d’une conférence internationale qui viserait un front diplomatique à même de négocier une neutralité associée au respect de la souveraineté politique de chacun des états concernés...Affirmer que le terrorisme ne concerne la France que par ce qu’elle est et non par ce qu’elle fait est une erreur.

Avec sévérité, Michel Onfray, critique « le droit d’ingérence » (de Bernard Kouchner) exercé par la France, depuis un quart de siècle, pour faire respecter les Droits de l’homme. Mais pourquoi donc cette loi ne se trouve-t-elle jamais appliquée ailleurs que dans des pays dont la situation géostratégique (situation, pétrole, richesse des sous-sols) est utile à la France ?... Voilà pourquoi la France avec son allié américain, bombarde tel pays et pas d’autres ...La Corée du Nord, Cuba, ou même l’Algérie quand le GIA faisait des centaines de milliers de morts – 500 000 dit-on – n’ont jamais déclenché le réflexe du droit d’ingérence...Pourquoi ne pas bombarder la Chine ? L’Arabie Saoudite ? Le Pakistan ? Le Qatar ? (L ’Arabie et le Qatar financent le terrorisme mais le Pakistan a la bombe atomique !) Ou même les Etats-Unis qui exécutent à tour de bras ? Il suffit de lire le rapport d’Amnesty International pour choisir ses cibles, elles ne manquent pas...Tant que la loi du talion primera, il n’y aura ni droit, ni paix. Augmenter les frappes, c’est augmenter le risque terroriste en retour – car nulle personne censée ne niera la liaison...

Que tous ces politiciens qui se trompent et qui, hier, fêtaient Bachar et détestaient Poutine et qui, ce jour, détestent Bachar et quémandent en direction de Poutine, que tous ces professionnels de la politique qui conduisent dangereusement la politique étrangère de la France depuis vingt-cinq ans en exposant les Français sans pouvoir les protéger quand ripostent ceux qu’ils agressent, que tous ces assoiffés de pouvoir qui préfèrent  se servir de la France plutôt que de la servir, que ces pantins décérébrés qui traitent de fasciste l’intellectuel qui pense en regard de l’Histoire et non en regard de leur réélection, que ces gens-là, donc, manifestent un peu de modestie et beaucoup de sens de l’Histoire en convenant que la carte de la paix aurait valu la peine d’être jouée. Il y faut moins de testostérone et plus de matière grise. Je ne me fais pas d’illusions, je souhaite ce que je sais pourtant dès à présent perdu. L’exercice de la pensée, déjà, est mort sous les balles de cette guerre. Pas question pour autant de ne pas l’honorer. Je crains, hélas, trois fois hélas, que l’Histoire ne me donne raison...J’aurais tant préféré avoir tort. Je me serais tant réjoui, pour la France, de confesser mes erreurs.

Annie Keszey.

15/02/2016

La laïcité au quotidien. Guide pratique.

Inédit. Régis Debray et Didier Leschi. Folio. 154 pages. 7 €.

Régis Debray est directeur de la revue Medium, président d’honneur de l’Institut européen en sciences des religions. Didier Leschi est préfet, ancien chef du bureau central des cultes au ministère de l’Intérieur.

Ils étudient trente-huit cas pratiques d’interrogations quotidiennes sur l’application de la laïcité, avec érudition, précision et finesse.

C’est un manuel attendu, adapté à l’enseignement de la laïcité dans les écoles publiques, même s’il reste encore perfectible face aux opinions ou aux convictions contradictoires tenaces. Les deux auteurs font un retour aux fondamentaux moyennant un socle commun de règles de conduite. Là où la théorie divise, l’exercice peut unir.

Luc Ferry, un des premiers lecteurs, note que les argumentations développées le sont avec intelligence et tact, avec cet alliage de profondeur et de bon sens qui est si rare et pourtant si précieux sur ces sujets délicats. Les deux derniers paragraphes, consacrés aux excès de zèle donnent le ton et le sens d’ensemble de l’ouvrage...

Les chapitres suivent un ordre alphabétique : Aumôneries, Autorisation d’absence...Cantine scolaire, Caricature...Crèche de Noël ...Dimanche...Foulard...Imans, Injure et blasphème, Jupe longue...Non- mixité...Nourriture...Services au public, Services publics, Vues de l’étranger, Zèle (excès de).

A partir de faits historiques, politiques, sociaux, qui conduisent à des attitudes contradictoires dans la vie courante, ils prennent des positions fondées sur des argumentations pour énoncer les comportements laïques les mieux adaptés à notre République et à son vivre-ensemble.

Dans un entretien au Monde, le 27/01/2016, Régis Debray recadre les débats qui enflamment la société française. « La laïcité relève d’abord du droit. C’est une exigence de la raison inscrite dans la loi...L’ex-fille aînée de l’Eglise n’a pas fait sa révolution pour se retrouver la fille cadette de l’islam, dont une fraction intégriste témoigne aujourd’hui des mêmes ambitions d’emprise que le catholicisme en 1900...Si on veut un islam de France, un institut supérieur de théologie musulmane s’impose en France...On ne devient pas prêtre, pasteur ou rabbin sans avoir fait de longues études sanctionnées par des diplômes. C’est une obligation. Pourquoi ce n’en serait pas une pour les imans ?...Si l’homme est quelque chose qui doit être dépassé, la grandeur d’un régime laïque concilie humanisme et optimisme : elle consiste à laisser à chaque individu le soin de choisir en conscience, sans pression ni soumission, ce qu’il estime devoir dépasser sa pauvre vie individuelle.»

Extraits du guide pratique.

Autorisation d’absence. « ...Ces dernières années, les dates d’examen, concours, contrôles sur table ou interrogations écrites ont donné lieu à réclamation de la part de parents d’élèves, d’étudiants ou du monde enseignant. Il est pourtant clair qu’écoles primaires, lycées ou universités ne sauraient vivre au rythme des fêtes religieuses vu la capacité des cultes à les multiplier. Depuis 1967, les autorisations d’absence peuvent être accordées aux fonctionnaires qui désirent participer aux principales fêtes propres à leur confession. Afin que chacun ait connaissance de ces fêtes, tous les ans, le ministère de la Fonction publique édite une circulaire en direction des chefs de service pour indiquer celles de l’année qui vient...S’il est indiqué d’accepter des congés exceptionnels pour les principales fêtes mentionnées dans la circulaire, on ne peut accepter de voir proliférer des jours de congé pour motifs religieux ce qui ruinerait toute organisation collective du travail... »

Cérémonie religieuse. « Les autorités civiles peuvent-elles ou doivent-elles y assister ?...Pour ce qui est des autorités républicaines, il pourrait être suggéré que la place de la République à Paris, lieu de rassemblement populaire et spontané, devienne le point focal de la célébration officielle. » Dans ce chapitre les auteurs rappellent l’évolution historique du sujet depuis la loi de 1905 : 1917, le président de la République, le président du Conseil, les parlementaires assistent aux funérailles religieuses du général Gallieni-... 1918, les Autorités boudent le Te Deum de la victoire, le 11 novembre... Le préfet en uniforme est présent dans le temple, la synagogue, l’église et même la Grande mosquée de Paris (où il n’assista pas au prône) en mémoire des morts de 14-18 et de 39-45... Le 26 août 1944, de Gaulle prend l’initiative de faire célébrer un Te Deum à Notre-Dame pour célébrer la libération en marche... Le président Chirac s’autorise à communier lors des obsèques de son prédécesseur, un sérieux coup de canif fut apporté à cette règle protocolaire qui distingue entre la présence et la participation... Nicolas Sarkozy a porté la kipa... La laïcité semble s’égarer lors de la cérémonie du 11 janvier 2015 à la Grande Synagogue de la Victoire, après les criminelles attaques antisémites perpétrées dans le prolongement du massacre de Charlie Hebdo. Le président de la République, le Premier ministre, de nombreux membres du gouvernement sont présents...En 2015, un préfet en chaussettes assiste à une prière de l’iman en mémoire des victimes des attentats...C’est cette instabilité qui engage les auteurs à choisir la place de la République.

Crèche de Noël. « Une crèche dans un hôtel de ville ? Le sujet est anecdotique mais illustre bien un phénomène plus large : la métamorphose d’un culte en culture, liée à la sécularisation de nos sociétés...On peut autoriser une crèche en bas d’un sapin de Noël sur la voie publique, comme dans une vitrine de grand magasin, mais sa mise en valeur ostentatoire dans un hall de maison commune pour autorisée qu’elle soit par la jurisprudence, reste un geste discutable. Le siège d’un conseil municipal abrite les élus de la population. Ils peuvent avoir leurs affinités ou leurs traditions mais le maire est à la fois notabilité locale et agent du pouvoir central...Le marquage des temps liturgiques à l’intérieur des bâtiments publics constitue une entorse aux principes républicains issus de l’histoire française...

Financement des mosquées. «  ...Une mosquée est-elle achetable comme un club de football où l’on sait que celui qui dirige est celui qui paie ?... Avec l’impérialisme idéologique du wahhabisme, distributeur de milliards, la question devient cruciale. Cet argent véhicule des conceptions et des pratiques attentatoires à notre mode de vie...La Caisse des Dépôts pourrait être le lieu de passage obligé des fonds dont elle contrôlerait l’origine et l’utilisation selon un cahier des charges arrêté en concertation avec les représentants institués d’un islam de France. »

Foulard. « La loi du 15 mars 2004 qui interdit le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse concerne l’espace du primaire, du collège et du lycée...Il serait préférable de laisser l’Université libre de s’autogérer. Il ne faudrait pas cependant que certaines universités adoptent tel règlement intérieur et d’autres, tel autre, et que se mette en place une concurrence entre elles sur un critère religieux. Le mieux est donc de ne pas toucher au présent statu quo (absence d’interdiction).

Actuellement cependant une étudiante voilée de vingt ans a formulé un recours auprès du tribunal administratif contre son exclusion de l’Ecole nationale de commerce, l’ENC Bessières !

Zèle (excès de). Entre les laïques qui ont peur pour eux-mêmes et les laïques qui veulent faire peur aux autres s’est récemment enclenché un cercle vicieux...Il n’y a pas de laïcité viable dans un Etat qui se défait, un peuple qui se renonce, une République qui éteint les Lumières. Les temps qui courent changent l’ordre du jour. La défense de la société ne suffit plus. Pour sauvegarder notre droit de rire, de boire et d’écouter de la musique, ce qui est à défendre en premier lieu, c’est l’existence d’une puissance publique résolument en charge, par- delà les passions et les intérêts particuliers, du Bien commun.

Bonne lecture !

Annie Keszey.