Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/03/2019

PUTEAUX. Les résultats 2018 du lycée public "AGORA".

24/03/2019.

Chaque année le département de l'Evaluation , de la Prospective et de la Performance du Ministère de l'Education nationale publie une évaluation des lycées d’enseignement général et technologique et professionnels. Les médias publient ces résultats et y ajoutent des notes et des classements, différents, qu’ils expliquent.

La source la plus sûre de consultation de ces résultats au baccalauréat est : www.education.gouv.fr

Certains médias, en effet, font des erreurs et classent selon des méthodologies arbitraires.

L’Agora, en 2018, a présenté 194 élèves au baccalauréat : 91 en série ES, 86 en S, 91 en L et 82  en STI2D. Les indicateurs de valeurs ajoutées des lycées évaluent non seulement la réussite des élèves de terminale d’un établissement au baccalauréat, mais aussi la capacité de cet établissement à accompagner le maximum d’élèves de seconde jusqu’à l’obtention de ce diplôme en prenant en compte les caractéristiques sociodémographiques et scolaires des élèves. Ils offrent en cela une analyse plus fine que le seul taux de réussite au baccalauréat qui ne permet pas d’apprécier le caractère plus ou moins sélectif des établissements et le parcours scolaire des élèves depuis leur entrée au lycée jusqu’au baccalauréat. Le taux de mentions au baccalauréat a été introduit officiellement dans l’évaluation des résultats de 2017.

Synthèse des résultats 2018 du lycée « Agora » de Puteaux. Depuis 2012, le lycée avait  régulièrement progressé quant à son taux de réussite au baccalauréat toutes séries confondues, de 63 % en 2012 à 89 % en 2017 : un bond en avant de 26%! En 2018, 86 % des 194 élèves présents au baccalauréat ont obtenu leur diplôme. Le taux de réussite attendu était de 89 %, par rapport aux établissements comparables au plan national. La valeur ajoutée du lycée est donc de - 3 points. Il n’y a pas eu de progression générale de ce taux en 2018.  

En 2018, le taux d'accès de la seconde au baccalauréat reste inférieur de 1 point au taux attendu en référence nationale de 61 % (valeur ajoutée). Il est  insuffisant mais a cependant progressé : en 2015 il était inférieur de 10 points au taux attendu, en 2012  il était de 39 %, en 2017 il était de 59 % et, en 2018, il est de 60 %. Le taux d’accès de la seconde, de la première et de la terminale au baccalauréat 2018, c’est-à-dire la probabilité  qu’un élève de seconde, de première ou de terminale obtienne le baccalauréat à l’issue d’une scolarité dans l’établissement, quel que soit le nombre d’années nécessaires, était en seconde de 60 %, soit - 1 % de valeur ajoutée, il était en première de 87 %, soit + 2 % de valeur ajoutée, et, en terminale, il était de 92 %, soit +2 % de valeur ajoutée.

Le taux de mentions obtenues par les élèves (TB, B...), publié pour la première fois en 2017, était de 8 points supérieur au taux attendu en 2017. En 2018, 41 % des 194 élèves présents au baccalauréat ont obtenu leur diplôme avec mention. Le taux de mentions attendu par rapport aux établissements comparables au plan national était de 42 %, la valeur ajoutée est donc de - 1. Il n’y a pas eu de progrès quant aux mentions depuis 2017. Les résultats sont cependant inégaux selon les sections : les mentions en L et en S  ont des valeurs ajoutées positives  de + 2 et + 1.

L’éducation nationale ne classe pas les lycées : les médias s’en chargent.

Analyse des classements 2018 du lycée «Agora » de Puteaux.

Selon le journal Le Parisien, en 2012, l’Agora était 51ème sur 51 dans les Hauts-de-Seine, 446ème sur 463 en région Île de France et 2270ème sur 2297 au classement  national. Un échec total, incompréhensible mais inacceptable.] Cet échec massif a été vaincu.

Sur le site www.parisetudiant.com, à partir des résultats 2018, l’Agora est 38ème sur 52 dans les Hauts-de-Seine, 361ème sur 468 dans l’Île de France  (un gain voisin de 85 places) et 1164ème  sur 2326, en France. Le lycée AGORA qui a – 3 de valeur ajoutée au taux de réussite au baccalauréat et -1 de valeur ajoutée au taux de la seconde au baccalauréat est un Lycée dit NEUTRE, par l’Education nationale : il est conforme en terme de suivi et de performance.

En six ans, le lycée « AGORA » est passé d’un positionnement inquiétant en fin de classement national, à une situation moyenne, centrale. Ce n’est pas un hasard. L’on peut parfaitement espérer un progrès continu de ses résultats.  

Pour l’Express, le premier lycée de France est le lycée franco-allemand de Buc avec 100 % de réussite au baccalauréat et 99 % d’accès au baccalauréat. Pour Le Figaro, le premier lycée de France est le lycée privé Stanislas, à Paris avec 100 % e réussite au baccalauréat et 100 % d’accès au baccalauréat, le lycée franco-allemand de Buc est classé 9ème.

Les évaluations les plus sûres sont  celles de l’Education nationale et exclusivement sur les taux.

Le Ministère établit une évaluation pour les collèges : le taux de réussite au brevet n’étant pas un critère fiable.

Le projet d’établissement définira, pour l’année scolaire 2019-2020, de nouvelles mesures pour toujours mieux réussir. Des mesures efficaces ont déjà été prises dont la lutte contre les absences  des élèves et des professeurs et l’organisation de devoirs surveillés le mercredi après-midi. Les lycées à haute valeur ajoutée « accompagnement » pratiquent, par exemple, des soutiens systématiques, des aides aux devoirs à l’heure du déjeuner, des samedis au CDI,  des contrôles oraux et écrits réguliers, des stages de  bachotage  pendant les vacances de printemps, des entretiens entre les élèves et les professeurs afin d’acquérir des méthodes de travail, de la confiance en soi et de l’ambition pour l’avenir. Et puis, bien sûr, le lycée, pour progresser, doit rompre avec des traditions négatives : exclusions d’élèves supprimées et remplacées par des heures supplémentaires, au CDI par exemple, formations continues collectives des professeurs  sur l’efficacité pédagogique et les évaluations scientifiques. Dans les lycées qui réussissent les aides professorales régulières sont multipliées  mais avec des exigences fortes  quant à l’investissement personnel de chaque élève...Un climat paisible et sûr de l’établissement, sa cohésion interne, favorisent aussi l’engagement des élèves...Il faut surtout entrer en relation pédagogique avec les collèges en amont afin de réduire les échecs avant l’arrivée en classe de seconde.

Des rapports ministériels très nombreux tracent de nouvelles voies afin que le premier indicateur de réussite scolaire ne soit plus seulement la profession des parents ! Et si « l’égalité des chances » cessait d’être une utopie ?

La réussite d’un lycée relève d’une construction complexe qui ne peut être pensée hors sol.  Cependant il n’est pas interdit de s’informer sur le fonctionnement  particulier d’établissements qui réussissent à promouvoir des élèves en difficulté jusqu’à l’obtention du baccalauréat.

Il est certes paradoxal dans un système éducatif national égalitaire, notre utopie fondatrice, de publier  année après année, des évaluations  qui mettent le doigt sur les différences entre lycées*...

Image : http://www.puteaux.fr               *Claude Lelièvre, historien.

Annie Keszey.

(Domaines : notreputeaux.com/rupture-et-metamorphose.org/atelier-idees.org)

 

 

 

16/02/2018

Monsieur le ministre de l'Education nationale.

16/02/2018. Annie Keszey, citoyenne ordinaire, membre du comité  historique de LaREM de Puteaux,  quarante-quatre ans au service de de l’Éducation nationale, à Monsieur Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale.

Monsieur le Ministre,

Votre présence au ministère de l’Éducation est appréciée par une majorité de Français, majorité à laquelle j’appartiens.

Recevez mes remerciements professionnels pour votre recours à des scientifiques pour repenser l’école : Stanislas Dehaene, Cédric Villani, Boris Cyrulnik...

Merci d’avoir supprimé l’usage du logiciel d’orientation APB, utilisateur discret du tirage au sort inique pour orienter les élèves.

Merci d’entreprendre la réforme du baccalauréat qui devrait avoir pour conséquence, en particulier, la résolution progressive de l’échec  d’un pourcentage anormalement élevé d’étudiants en première année de faculté.

Puis-je vous formuler certains souhaits issus de mon expérience professionnelle sur des points qui ne sont pas, semble-t-il, d’actualité?

Les conseils de discipline des collèges et lycées ne devraient plus exclure les élèves irrespectueux du règlement intérieur mais les inclure davantage. Les élèves exclus rencontrent majoritairement le vide de jours de classe à la maison ou, d’ailleurs, de jours dans la rue : c’est négatif.  Souvent les comportements déviants sont associés à des difficultés scolaires. Il faut donc convoquer ces élèves au CDI, par exemple, le mercredi  ou le samedi après-midi, quand l’établissement est vide mais avec la présence d’adultes actifs dont la documentaliste (après modification de son emploi du temps hebdomadaire), le chef d’établissement et son adjoint. Le travail scolaire demandé à ces élèves devra toujours être « soutenu » et contrôlé afin qu’il conduise l’élève vers l’acquisition d’une bonne note  au contrôle suivant fait en classe. Ainsi la situation négative  à l’origine devient-elle positive. Le travail demandé peut être aussi en liaison précise avec « l’égarement » afin de provoquer chez l’élève une réflexion salutaire.   Avec l’aide de parents d’élèves ou de la municipalité, il est possible également d’imposer à ces élèves un stage particulier, en dehors des horaires scolaires, portant sur des contenus divers, dont le résultat peut se concrétiser en « exposé » devant la classe ou en réalisation d’un dossier ou/et d’un film présenté(s) aussi à la collectivité et évalués. Ces horaires supplémentaires dissuasifs sont efficaces pour mieux assurer « l’égalité des chances » ! 

 

Vous n’évoquez pas du tout le travail en équipe des professeurs : un travail hebdomadaire effectif d’équipes disciplinaires ou interdisciplinaires, au temps imposé, et non plus seulement l’usage du mot équipe « vide de sens». Le collège défunt expérimental audiovisuel de Marly-le-Roi, dans les Yvelines, avait octroyé aux professeurs trois heures hebdomadaires de travail collectif,  payées, pour réaliser des cours télévisés dans le studio intégré de télévision du collège. De 1995 à 2002, par exemple, le collège de Chambourcy a introduit, dans l’emploi du temps, le travail en équipe des professeurs de français et de mathématiques à partir des moyens ordinaires : la dotation horaire globale dépasse de quelques heures la couverture des horaires obligatoires. Les professeurs avaient accepté de travailler en équipe une heure par semaine (temps qu’ils dépassaient souvent), sans élèves, payée une demi-heure. Ce travail en équipe transforme les pratiques professorales vers plus d’efficacité. Les professeurs confrontent leurs pratiques et choisissent les meilleures, ils analysent les résultats de leurs élèves et modifient les cours dans leurs parties inefficaces pour ne pas les renouveler à l’identique l’année suivante. Ils se considèrent co-responsables des notes obtenues par leurs élèves y compris des « mauvaises notes » et c’est une transformation importante  des mentalités du corps enseignant. Cette méthode expérimentale  des équipes est au service de la réussite croissante du plus grand nombre. Plusieurs classes ayant des cours parallèles dans une même discipline, les professeurs concernés peuvent appliquer, pendant une durée définie, une  souplesse dans les effectifs des classes, pour des activités différenciées d’approfondissement pour les uns ou de reprises des connaissances non acquises pour les autres, par exemple...

 

Les professeurs sont inspectés et évalués. Les inspecteurs devraient entendre les délégués des élèves exprimer leur point de vue sur leurs professeurs, en termes obligatoirement « apaisés ». Ainsi ces spécialistes pourraient-ils intervenir sur les excès de charges ou les graves insuffisances imposées aux élèves, comprendre l’imparable ennui scolaire quand les cours sont des discours  dictés, répétitifs des manuels scolaires, réguler le rythme des contrôles et vérifier l’objectivité des évaluations... Ils entendraient des propositions pertinentes de mineurs, à ne pas négliger...Ce n’est certes pas encore dans l’air du temps ! 

 

L’inclusion scolaire est un droit pour tous. Or, les enfants et adolescents autistes, concrètement, sont négligés par l’État, malgré l’existence de plans précis et ambitieux. depuis 2015. La Cour des comptes vient de critiquer sévèrement la réalité de la politique pour les autistes. Je vous joins une synthèse de la vie d’un adolescent, autiste de Puteaux, que je viens de rédiger par solidarité élémentaire avec sa famille. C’est malheureusement la concrétisation parfaite des multiples difficultés, ruptures, contradictions et incertitudes que dénonce la Cour des comptes. Monsieur le Ministre examinez à nouveau le rôle accordé aux Commissions des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) afin d’éviter leurs  « excès de pouvoir » par « excès de leurs (impossibles) certitudes ». Les parents d’autistes, très engagés, ne peuvent être « déshérités »  de leur volonté  permanente de refuser l’exclusion sociale de leurs enfants.   

Des consignes pour l’enseignement des mathématiques aux élèves autistes seront-elles publiées, comme elles viennent  de l’être pour l’enseignement « ordinaire » ?

Avec ma reconnaissance  très respectueuse.

Annie Keszey.

08/04/2017

L'obscurantisme dictatorial du logiciel "APB". (Admission post-bac.)

Benoît Hamon fut un ministre éphémère de l’Education nationale, il est actuellement un candidat socialiste à l’élection présidentielle. Najat Vallaud- Belkacem, actuelle ministre de l’Education nationale, soutient la campagne de Benoît Hamon. Tous deux socialistes, ils devraient accorder leurs actes à leurs discours, quand ils militent en particulier pour la transparence ! Or, le logiciel d’orientation après le bac, dont ils sont co-responsables, méprise les parents d’élèves et les élèves tant il est d’une « opacité extrême* ».

En juillet 2016 pourtant, Thomas Piketty*, directeur d’études à l’EHESS, un des conseillers actuels de Benoît  Hamon, dans une chronique pour le journal Le Monde, s’élevait contre le logiciel APB qui organise l’orientation et l’affectation dans l’enseignement supérieur de quelque 700 000 bacheliers chaque année en France. Il souhaitait  que le débat sur le logiciel et la sélection à l’université soit inscrit dans la campagne électorale ! Thomas Piketty a-t-il  été entendu ? Pas encore !

Extraits de la chronique.

« Disons-le clairement : l’attitude du Ministère de l’Education nationale sur ce dossier est proprement scandaleuse. Il maintient une opacité extrême sur les critères utilisés dans le logiciel et ne distille les informations qu’au compte-gouttes, tout en promettant régulièrement une plus grande transparence, jamais réellement appliquée. C’est d’autant plus regrettable que le système APB pourrait permettre de sortir par le haut de cette très ancienne querelle française sur la question de la sélection à l’université.

Rappelons les faits : sur l’accès à l’enseignement supérieur, la France se caractérise par la cohabitation d’un modèle hyper-sélectif (les classes préparatoires aux grandes écoles richement dotées) et d’un secteur universitaire supposé parfaitement égalitaire (chaque bachelier est censé y avoir accès, sans sélection, mais les moyens sont faibles). APB conduit à exposer au grand jour les contradictions du système : les lycéens classent leurs choix dans le logiciel (prépas, universités, IUT etc..), les filières sélectives classent les lycéens, mais les universités ne classent rien du tout. Sauf qu’en pratique il existe de multiples exceptions et rafistolages dans le système, jamais assumés publiquement par le ministère. Lorsqu’il existe un trop plein de candidatures, on pratique allègrement le tirage au sort, alors qu’on pourrait prendre en compte des critères objectifs, comme les notes, la distance à l’établissement, ou bien un objectif clair de mixité sociale, ou encore un mélange assumé de tout cela. On laisse les étudiants s’entasser dans des premières années surchargées, comme en médecine, avant de pratiquer une sélection drastique à la fin de la première année, où le premier critère de réussite est souvent la capacité des parents à payer des cours privés en lieu et place des amphis saturés. En 2013, les députés avaient voté un dispositif visant à réserver des places en filières sélectives aux meilleurs élèves des lycées défavorisés. Mais cette mesure n’a jamais été évaluée, et la façon dont elle a été paramétrée dans APB est totalement obscure.

Cette opacité ne peut plus durer... »

« Thomas Piketty propose alors des modifications d’APB pour promouvoir un modèle européen d’égalité et de justice dans l’éducation défini dans les pages 258 et 259 de son livre « Aux urnes citoyens ! », éditions «  Les liens qui libèrent », publié en octobre 2016. »

Le logiciel APB ne peut être modifié positivement que si l’Education nationale devient efficace en luttant contre l’échec scolaire pour atteindre, dans les résultats, l’égalité des chances.

L’orientation en classes supérieures d’élèves en difficultés scolaires est insensée.

Les programmes pour l’Education des candidats à l’élection présidentielle ne sont pas  à la hauteur de la situation. Ils ne prennent pas suffisamment en compte la nécessaire formation  disciplinaire et interdisciplinaire des professeurs à un  métier complexe, mal théorisé, mal explicité, mal transmis par la plupart des formateurs. Les structures de l’école restent trop figées : nul candidat à la présidentielle n’envisage le travail en équipe des professeurs, à moyens financiers constants ce qui est possible,  pas davantage la possibilité de structurer des classes parallèles en groupes de besoins occasionnels, à partir d’emplois du temps novateurs. Les soutiens scolaires, indispensables à l’intérieur des horaires des disciplines,  tout au long de la scolarité, restent rares, et leurs modalités concrètes indéfinies. Le statut des enseignants, rigide, devrait être assoupli en ajoutant aux heures de cours  des heures de présence dans l’établissement, pour le travail en équipe hebdomadaire ou pour la formation continue rendue obligatoire...Il sera certes difficile de convaincre cet électorat attaché à son actuel statut. Mieux vaudrait s’attaquer aussi à des réformes qualitatives plutôt que quantitatives. Aucun rapport n’assure que la diminution des effectifs des classes, par exemple, soit liée à une amélioration des résultats s’il n’y a pas une transformation des pratiques professorales. Un assouplissement de la mentalité collective impliquerait que chaque professeur se sente co- responsable des notes  qu’il attribue aux élèves et s’engage à lutter contre les mauvaises notes en travaillant à une amélioration  de son efficacité professionnelle. La priorité est accordée pour le primaire et des moyens prévus pour y combattre l’échec scolaire inégal selon les appartenances sociales, mais il faut aussi accroître considérablement l’apprentissage du vocabulaire à l’école maternelle, afin de faciliter l’apprentissage de la lecture, par exemple...Ces mesures et d’autres, oubliées, sont connues des enseignants, des parents d’élèves et des élèves : peut-être n’est-il pas trop tard pour en informer les candidats ? 

Annie Keszey.