Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/04/2015

DEMOCRATIE. DES MAJORITES MINORITAIRES.

 Second tour des élections départementales.

 Des citoyens français disposant théoriquement du droit de vote ne s’inscrivent pas sur les listes électorales bien qu’il s’agisse d’une obligation : 22.50 % du corps électoral n’est donc pas compris dans les inscrits, selon l’Insee. Ils sont «empêchés de voter » du fait de leur désertion civique. 

L’abstention au second tour (50.02 %  des inscrits) les bulletins blancs (2.86 % des inscrits) et nuls (1.30 % des inscrits), au niveau national, soit un total de  54.18 %, dépassent les suffrages exprimés : 45.82 %.  

Le Front National, par exemple, obtient 22.23% des suffrages exprimés, 10.18 % des suffrages des inscrits et  un résultat virtuel de 7 % rapporté au corps électoral français. 

Le danger d’une «  France frontiste » n’est peut-être qu’une hypothèse superficielle des medias qui ignorent « le plafond de verre »! 

La question essentielle pour vaincre le déclin démocratique est de redonner à 85 % des électeurs (évaluation du Cevipof) la confiance perdue dans les partis politiques. Les solutions proposées sont faibles : rendre le vote obligatoire, permettre aux électeurs de s’inscrire jusqu’au 30 septembre sur les listes électorales, simplifier les procurations et le vote par correspondance, étendre les plages horaires des votes, faire des campagnes civiques... «.Le vote blanc reconnu par la loi du 1/04/2014, est « compté » mais toujours pas « comptabilisé » dans les suffrages exprimés. Souvent aussi il devient « nul » tant sa fabrication suit des règles strictes (il doit avoir exactement la dimension d’un bulletin pour être valide). L’enveloppe vide, devenue bulletin blanc, est peu utilisée  à cause de sa légèreté matérielle peut-être décelable par les assesseurs... » (Jérémie Moualek, chercheur en sociologie politique. Votes blancs et nuls. A qui profite la confusion ?) 

La progression nationale des votes blancs et nuls est un autre phénomène politique, peu médiatique. 1 677 620 électeurs ont fait ces choix de ne pas renoncer à voter tout en refusant l’offre politique proposée. Leur nombre dépasse les scores de plusieurs formations : Europe-Ecologie-Les Verts, le Parti communiste, Debout la France, le parti radical de gauche, le Front de gauche, le Modem... 

Les majorités d’électeurs qui ont élu les binômes gagnants sont minoritaires dans le corps électoral. 

Par exemple, le binôme vainqueur du canton de Courbevoie-2, Monsieur Vincent Franchi et Madame Aurélie Taquillan, élu par 63.70 % des suffrages exprimés, (score très honorable)  ne l’est qu’avec un pourcentage de  25. 53 % des inscrits soit un quart des électeurs environ. Le nombre de non-inscrits sur les listes électorales n’est pas connu au niveau du canton. 

Ces élections sont bien sûr légales mais elles insistent sur la nécessité de dépasser les clans idéologiques réduits pour servir l’intérêt général.  Une déclaration récente de Vincent Franchi, dans le journal communal, rassure : « La fraternité et la solidarité sont aussi des règles de sagesse et les premiers de nos devoirs. Nous devons défendre nos valeurs, la liberté d’expression et la liberté de penser, fondements de la démocratie, défendre inlassablement les trois belles idées déclinées dans notre devise républicaine et rester rassemblés ».  

La nouvelle parité n’a pas vaincu l’obstacle de la désignation  d’hommes aux présidences des départements. Les femmes élues ont voté massivement pour des hommes : 91 sur 101.  

Les futures élections régionales vont- elles retomber dans cet abîme d’incompréhension qui sépare les élus des Français ? 

Mais non ! 

Nos chers élus, conscients, travaillent à la reconquête de leur légitimité. 

Annie Keszey. 

Image : learn more.

 

04/04/2015

MESSAGE à VINCENT FRANCHI.

 

Monsieur Vincent Franchi, Adjoint au Maire de Puteaux.

Objet : la fraude électorale. 

  

Monsieur Franchi, 

Vous avez été élu, avec votre partenaire Aurélie Taquillan, représentants du parti UMP, au conseil départemental. C’est indéniable. 

Vous savez cependant  qu’une fraude électorale, dont vos opposants titulaires du PS et du parti Europe- Ecologie - Les Verts sont les victimes, a porté atteinte à la dignité du scrutin. 

L’on peut supposer qu’il existe, quant à la falsification de cette affiche électorale, cinq « présumés innocents », groupe au sein duquel se « planquerait » pourtant le coupable : 

  • Le Parti communiste (n’aurait-il pas, de préférence, falsifié votre affiche ?).

  • Le Front national (il déteste certes l’UMPS, mais au niveau local, son leader éprouve un ressentiment exacerbé contre la majorité en place).

  • La liste Divers droite, « habituelle girouette », et donc au comportement imprévisible. Mais, sauf erreur, cette liste a été victime également d’une fraude électorale et a porté plainte.

  • Vous-même et votre partenaire, puisque responsables, aussi, de vos adeptes.

    A votre décharge, vous n’aviez cependant objectivement aucune raison de vous situer hors-la-loi. Le premier tour vous attribuait 47.78 % et le total de vos concurrents était certes de 52.21% mais totalement abstrait puisqu’impossible à exister concrètement.

    De plus, vous-même disposez d’un atout connu de tous. Vous êtes au cœur d’une « Monarchie élective », ancienne d’un demi-siècle, qui favorise, pour de multiples raisons complexes, les carrières politiques.

    Dans un monde incertain, Puteaux a la chance d’être une ville très riche, sans difficulté majeure. Elle a des « engagés » de valeur. Pour avoir été assesseur plusieurs fois dans des bureaux de vote, par chance, j’ai constaté la rigueur et la « fraternité » des responsables présents, de toutes convictions. Les déviances ne peuvent venir que d’une minorité ignare ou délinquante à instruire et éduquer.

    Les victimes de la falsification électorale ont porté plainte en Justice. Les caméras de surveillance favoriseront l’enquête. Tenez-nous informés, s’il vous plait, des conclusions.

    Vous êtes jeune, Monsieur Franchi, attachez-vous la confiance sereine de tous les électeurs par votre attachement indéfectible aux rigoureuses valeurs républicaines.

    Respectueusement.

    Annie Keszey.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

 

 

 

26/03/2015

REMARQUES SUR UN COMMUNIQUE DU FN.

 

SECOND TOUR DES ELECTIONS DEPARTEMENTALES. Remarques sur le communiqué de Gérard Brazon et de Brigitte Boumeddane, candidats du FN évincés  du second tour, (communiqué consultable sur le blog de Gérard Brazon « Puteaux bleu marine »). 

 

Dans ce communiqué entre les deux tours Gérard Brazon et sa partenaire conseillent à leurs électeurs de ne voter ni pour l’UMP/UDI, ni pour le PS. Ces partis ne représenteraient

pas un choix judicieux. Par mépris pour une monarchie élective, incomplétude de la révolution de 1789, la maire de Puteaux, Madame Ceccaldi-Raynaud, est appelée « la Reine-Maire » et son fils, Vincent Franchi, « son petit Prince héritier ».

Mais Gérard  bleu marine ne sait- il pas  que le fondateur de son parti, Jean-Marie Le Pen, est un « Roi-Père en politique »,  sa fille Marine une «Princesse » et Marion Maréchal-Le Pen une « autre jeune Princesse » déjà active ?

 

Les représentants du PS seraient, selon ce frontiste, les auteurs d’une décadence morale de la France... un abîme sans fond de nos valeurs patriotes... Marine Le Pen a déjà été condamnée 3 fois par la Justice. Gérard est automatiquement assujetti au président « d’honneur »  de son parti  condamné 19 fois par la Justice lui aussi, cas rare, certes pour des « détails », dont l’apologie de crimes de guerre et la banalisation de crimes contre l’humanité ! Qui peut faire pire?

Tartuferie du FN que de déclamer qu’il lave plus blanc !

 

L’UMP/UDI, le PS seraient les auteurs de cette volonté de faire mourir la Nation française au profit d’un projet de dictature européenne basé sur la finance et le commerce...Mais comment, avec une telle critique, Marine Le Pen, députée européenne, accepte-t-elle de recevoir des fonds publics européens pour un investissement personnel si discret et d’en répartir une partie substantielle entre des membres de sa Cour?  La situation incertaine, quant à sa probité, du trésorier  du micro-parti « Jeanne » de Marine Le Pen, ne devrait-elle pas engager le FN à un évitement prudent des thèmes de la finance et du commerce ?

 

En fin de communiqué, Gérard Brazon propose aux électeurs, par exemple, de rester chez eux au lieu d’aller voter au second tour. Or, le Droit de vote n’a été acquis qu’après des luttes très longues. C’est une conquête démocratique insérée dans la République.

Et si ce frontiste respectait le libre arbitre des citoyens de Puteaux plus aptes aux pensées civiques que lui-même ?

 

Les électeurs attendent des «décideurs capables de tracer des perspectives » : ce n’est pas dans les compétences du FN «  au programme liquidateur passéiste ». 

 

L’acte urgent, prioritaire, de nos actuels responsables politiques national et local est, enfin, de combattre la précarité croissante des travailleurs pauvres : ouvriers, employés, familles monoparentales, chômeurs en fin de droits, petits commerçants et artisans... Ces « Inaudibles »*, fractions fragilisées des milieux populaires, condamnés par la République, sont légitimement tentés par un vote FN de ressentiment désespéré. 

 

*Les Inaudibles- Sociologie politique des précaires (Presses de Sciences Po, 292 pages, 24 €). Céline Braconnier et Nonna Mayer. 

 

Annie Keszey.