Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/11/2018

DOCUMENT 3. Plainte en justice.

24/11/2018. Deux « historiens » novices, que je ne fréquente pas, publient, en 10 lignes,  sur  #Puteaux, l’histoire, inventée bien sûr, de 10 ans de ma vie, dans le but de me « tuer », semble-t-il,  avec un  clavier  «Kalachnikov»!

Les tweets sont photographiés et conservés dans la perspective du procès en justice.

[Catherine POMMERE]. Depuis qu’elle a perdu la municipale en 2008 avec la liste de CG, « elle » est l’outil consentant des Ceccaldi Franchi pour cracher sur ses anciens partenaires-

[Adama TRAORE]...Elle a atteint son apogée alors 10 a (ans) après...

Elle a en face d’elle une autre mentalité & façon de faire ! Nous respectons sa seniorité (séniorité) toutefois !

...Oh que oui, (.) J’ai appris ce qu’elle a comme palmarès (.)

[Catherine POMMERE et Adama TRAORE] Raccrochez-vous, défendez-vous, maquillez votre haine...

[Catherine POMMERE] énervée? agacée? frustrée? (Mettre des majuscules après les points d’interrogation.)

[Adama TRAORE] Chère @carpom27, c’est sûrement la chargée de communication de la mairie ! ça (majuscule) confirme bien l’historique de cette porte parole (porte-parole) se faisant passer pour une marcheuse de LaREM (.)

Ces tweets délirants, maléfiques, construits sur des infox et qui me prêtent des actions et des comportements étrangers à qui je suis, nés du  néant d’une histoire non écrite, ne me semblent plus, cependant, inexplicables. Je pourrai valider ou invalider ultérieurement une hypothèse éclairante. Je la développerai dans le récit de ces dix ans de ma vie  que je m’estime contrainte de faire, pour la justice, en contradiction avec ces opinions ignorantes de toute information fondamentale. Ce récit, « mon vrai palmarès », synthétique, fondé normalement sur l’éthique et la morale, buts de ma vie  et buts de nombreuses vies citoyennes bien sûr, rappellera en effet mes critiques contre  ceux qui trahissent la charte des valeurs de LaREM : trahison de la courtoisie, du respect d’autrui, de  la bienveillance (mot particulièrement utilisé par le comité secondaire de LaREM !!!), du langage de vérité,  de l’honnêteté...et du respect évident des lois de la République.

Hypothèse : Adama TRAORE, proche de Christophe GREBERT et Catherine POMMERE, proche de Sylvie CANCELLONI, citent ces deux amis dans leurs tweets diffamatoires à mon égard. Or, j’ai critiqué publiquement, de plein droit, les déviances à l’éthique, à la morale  et à deux « chartes » des valeurs, au moins, (celle de LaREM pour S. CANCELLONI et celle des journalistes pour Ch. GREBERT), de ces deux politiciens traditionnels, opposants endémiques au Maire de Puteaux. Ne doit-on pas me « supprimer » afin que certains politiciens traditionnels du comité secondaire de LaREM de Puteaux puissent apparaître, immaculés, en bonne position, sur une future liste électorale de Puteaux ?

Mon hypothèse est que ces tweets sur #Puteaux tentent de transférer sur mon nom les trahisons à l’éthique, à la morale et au droit dont les responsables sont dans le comité secondaire de LaREM, auquel je refuse d’appartenir.  

En déduire que je sers le Maire de Puteaux serait certes commode mais faux. Faire de la politique autrement ne nie pas le droit à la critique démocratique, mais négative et positive, critique non pas d’une personnalité mais d’un projet auquel il convient d’opposer un meilleur projet, à condition d’en avoir la capacité. Les pratiques déviantes de politiciens traditionnels du comité secondaire et de leurs amis extérieurs (pour l’instant !) sont à combattre. Les membres de la société civile, membres de ce même comité,  devraient œuvrer pour avancer vers une République exemplaire : ils ont les qualités personnelles pour le faire.

J’assume les contenus de la totalité de mes tweets, utiles au procès, que j’adresserai, en particulier, à LaREM nationale et je maintiens bien sûr l’ensemble de mes textes publics.

Annie Keszey

01/06/2012

LA NORMALITE EXTRAORDINAIRE.

Clothilde LEGUIL, psychanalyste.

La majorité des Français a exprimé ce qui lui manquait : une idée de notre humanité.

Hollande-President-of-France.jpg



Au président super actif, superhéros, une majorité de Français, pas tous certes, mais la majorité  tout de même, a préféré l’homme normal, François Hollande, sobre, presque discret, simple, qui jusque- là se déplaçait en scooter, et ressemblait à certains égards à tout le monde (bien qu’en réalité son parcours personnel soit exceptionnel). Peut-être alors faut-il s’interroger sur le sens de cette normalité qu’Hollande a lui-même déclinée comme une exemplarité, soit non pas tant la normalité de l’homme du commun, que celle de l’homme juste qui est à même d’incarner la norme pour donner l’exemple…
N’est-ce pas l’homme qui incarne modestement une éthique le traversant, plutôt que celui qui se veut hors du commun et que rien n’arrête qui est l’homme de la situation ? N’est-ce pas l’homme qui n’a pas d’ego ni de narcissisme- puisque c’est ce qui est dit de François Hollande par ceux qui le fréquentent (cela lui permet d’ailleurs d’avoir de l’humour, autre trait nouveau pour un président)- plutôt que l’homme qui en met plein la vue et subjugue tout un chacun par ses performances?...
L’homme normal, celui dont le surmoi lui dit  peut-être de s’effacer derrière la fonction qu’il occupe, devient alors un homme exceptionnel qui, derrière une discrétion et une absence d’extravagance, laisse apparaître une détermination précisément hors du commun…
En ces temps de crise, en choisissant l’homme normal, les Français ont dit ce qui leur manquait, ce qu’ils désiraient : non pas tant de tout avoir et de croire que tout sera un jour possible, mais de préserver, malgré les turbulences économiques, une idée de notre humanité, une idée de la valeur de notre parole et de nos existences, par-delà l’accélération du temps et l’exigence de nouveautés incessantes qui caractérisent les égarements d’une époque insatiable et déshumanisante.
Extraits de la page 29 du n°  787 de Marianne.
www.atelier-idees.org
Annie Keszey.