Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/03/2016

PUTEAUX. Mme Ceccaldi-Raynaud, une autre spécialiste en thérapie systémique.

Emmanuelle Piquet, de Macon, est diplômée de l’Institut Gregory Bateson, en thérapie systémique.

Aller sur You Tube puis écrire Emmanuelle Piquet.

Dans cette conférence, elle explique comment les enfants vulnérables harcelés par leurs camarades dans les cours de récréation scolaires, lieux potentiellement dangereux relationnellement, peuvent se défendre seuls, sans adultes intermédiaires. Mobiliser les adultes avec sa méchanceté est en effet un signe de popularité et, d’autre part, moraliser n’est pas efficace.

Il faut avoir foi dans les enfants malmenés.

Emmanuelle Piquet, à partir d’une histoire brève, utilise une image : celle des enfants harcelés « mille-pattes tétanisés » exposés « aux oiseaux de proie plus populaires. »

Juliette, sait-on aujourd’hui, 10/03/2016, s’est suicidée parce que ses « copains », non éclairés, auraient fait circuler sur Facebook, une photo d’elle, désobligeante.

L’enfant harcelé pleure, souvent parce que les agressions sont récurrentes, or, il ne faut pas pleurer dans ces situations.

La thérapie appliquée est celle des flèches verbales d’arrêt, flèches maîtrisées. Emmanuelle Piquet donne plusieurs exemples de réponses verbales spécifiquement adaptées à chaque cas de morsures, de coups quotidiens ou d’insultes sur Facebook. Ces « réponses » sont tellement fines et ciblées psychologiquement que les harceleurs s’arrêtent!

Un conseil municipal peut s’apparenter parfois à une cour de récréation pour adultes. A Puteaux, un conseiller d’opposition du MoDem, blogueur excessivement amoureux du buzz, voulait absolument raviver sa recherche inépuisable de notoriété en remettant à Mme Ceccaldi-Raynaud, maire, une casserole, cadeau d’Anticor. (On passera sur le contexte antérieur parce que ce n’est pas le sujet.) C’était, pendant ce conseil municipal du 9 mars, le second essai de l’opposant souhaitant ainsi devenir la vedette, certes éphémère mais au moins cela, d’une partie du public présent et, de préférence, de medias. L’opposant a donc pris la parole pour faire part à la maire de son désir de lui remettre la casserole, qu’il avait apportée : souhait cynique de vexer, d’aplatir, d’humilier, de laminer l’autre en justicier amateur.

Mais, oh surprise, Mme Ceccaldi- Raynaud, affable, (sans pleurer !) a remercié pour ce cadeau et a demandé publiquement, à l’opposant, si la marque de la casserole était « Tefal », parce que, dans ce cas, du fait de la qualité du produit, elle pourrait l’offrir à une cuisine de la municipalité qui en ferait bon usage.

Donc, un exemple spirituel et habile de flèche contre le harcèlement. Ce n’était pas la réaction affective apeurée et espérée logiquement par celui qui veut blesser.

La thérapie systémique, intelligente, a gagné !

Annie Keszey