Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/04/2015

LA CLAN FAMILIAL ET LE POUVOIR.

Chantal Delsol, philosophe. Extraits.

Un parti dirigé par une famille se donne des atouts pour durer et en même temps avance les poches bourrées d’explosifs...

Le vieux chef est à la fois père et roi. Son autorité s’immisce partout. Quand la raison renâcle, il pose l’argument de l’affection sur la table.

Il s’agit d’une politique tout à fait antidémocratique dans ses formes...Le pouvoir démocratique est « rationnel-légal ». Il s’établit sur des convictions et met en jeu des individus dont chacun possède par ailleurs une vie privée, indépendante...Dans le pouvoir clanique tout est lié. Les réunions de famille sont des réunions politiques. Les affections conditionnent les convictions et inversement...

Trop mêlé à l’affection, ce pouvoir approche toujours la violence. A tous les échelons le pouvoir humain se grandit en se hissant au-dessus de celui du cyclope, ce patriarche des premiers temps dont parlaient les Anciens, chef arrogant à l’autorité discrétionnaire. On peut difficilement nier que la séparation de l’ordre familial et de l’ordre politique fut une conquête de civilisation...

Comme on le sait pour les pays non occidentaux, adopter la démocratie ne signifie pas seulement se mettre à croire en certains principes – car la démocratie est une culture plus qu’une institution - et la culture ne s’invente pas en un jour...

Le FN, s’il veut être pris au sérieux, devra perdre la culture clanique et se comporter en structure « rationnelle légale »...

 

10/04/2015

DEMOCRATIE. DES MAJORITES MINORITAIRES.

 Second tour des élections départementales.

 Des citoyens français disposant théoriquement du droit de vote ne s’inscrivent pas sur les listes électorales bien qu’il s’agisse d’une obligation : 22.50 % du corps électoral n’est donc pas compris dans les inscrits, selon l’Insee. Ils sont «empêchés de voter » du fait de leur désertion civique. 

L’abstention au second tour (50.02 %  des inscrits) les bulletins blancs (2.86 % des inscrits) et nuls (1.30 % des inscrits), au niveau national, soit un total de  54.18 %, dépassent les suffrages exprimés : 45.82 %.  

Le Front National, par exemple, obtient 22.23% des suffrages exprimés, 10.18 % des suffrages des inscrits et  un résultat virtuel de 7 % rapporté au corps électoral français. 

Le danger d’une «  France frontiste » n’est peut-être qu’une hypothèse superficielle des medias qui ignorent « le plafond de verre »! 

La question essentielle pour vaincre le déclin démocratique est de redonner à 85 % des électeurs (évaluation du Cevipof) la confiance perdue dans les partis politiques. Les solutions proposées sont faibles : rendre le vote obligatoire, permettre aux électeurs de s’inscrire jusqu’au 30 septembre sur les listes électorales, simplifier les procurations et le vote par correspondance, étendre les plages horaires des votes, faire des campagnes civiques... «.Le vote blanc reconnu par la loi du 1/04/2014, est « compté » mais toujours pas « comptabilisé » dans les suffrages exprimés. Souvent aussi il devient « nul » tant sa fabrication suit des règles strictes (il doit avoir exactement la dimension d’un bulletin pour être valide). L’enveloppe vide, devenue bulletin blanc, est peu utilisée  à cause de sa légèreté matérielle peut-être décelable par les assesseurs... » (Jérémie Moualek, chercheur en sociologie politique. Votes blancs et nuls. A qui profite la confusion ?) 

La progression nationale des votes blancs et nuls est un autre phénomène politique, peu médiatique. 1 677 620 électeurs ont fait ces choix de ne pas renoncer à voter tout en refusant l’offre politique proposée. Leur nombre dépasse les scores de plusieurs formations : Europe-Ecologie-Les Verts, le Parti communiste, Debout la France, le parti radical de gauche, le Front de gauche, le Modem... 

Les majorités d’électeurs qui ont élu les binômes gagnants sont minoritaires dans le corps électoral. 

Par exemple, le binôme vainqueur du canton de Courbevoie-2, Monsieur Vincent Franchi et Madame Aurélie Taquillan, élu par 63.70 % des suffrages exprimés, (score très honorable)  ne l’est qu’avec un pourcentage de  25. 53 % des inscrits soit un quart des électeurs environ. Le nombre de non-inscrits sur les listes électorales n’est pas connu au niveau du canton. 

Ces élections sont bien sûr légales mais elles insistent sur la nécessité de dépasser les clans idéologiques réduits pour servir l’intérêt général.  Une déclaration récente de Vincent Franchi, dans le journal communal, rassure : « La fraternité et la solidarité sont aussi des règles de sagesse et les premiers de nos devoirs. Nous devons défendre nos valeurs, la liberté d’expression et la liberté de penser, fondements de la démocratie, défendre inlassablement les trois belles idées déclinées dans notre devise républicaine et rester rassemblés ».  

La nouvelle parité n’a pas vaincu l’obstacle de la désignation  d’hommes aux présidences des départements. Les femmes élues ont voté massivement pour des hommes : 91 sur 101.  

Les futures élections régionales vont- elles retomber dans cet abîme d’incompréhension qui sépare les élus des Français ? 

Mais non ! 

Nos chers élus, conscients, travaillent à la reconquête de leur légitimité. 

Annie Keszey. 

Image : learn more.

 

07/06/2014

REMERCIEMENTS A MADAME CECCALDI-RAYNAUD, MAIRE.

 

REMERCIEMENTS A MADAME CECCALDI-RAYNAUD, MAIRE DE PUTEAUX.

 

Les résultats de l’élection européenne dans cette ville dont vous êtes maire se démarquent largement et positivement des résultats nationaux, dangereux.

 

L’abstention est moindre même si elle reste encore la première interrogation démocratique. Votre parti, l’UMP, localement, n’a pas été surpassé par le FN : son résultat local de 29.72 %, dépasse le résultat national de 20.79 %. Le FN  a fait un score national de 24.95 %, à Puteaux, ce score  est  de 14.73 %! Le nouveau scandale Bigmalion, au sommet de l’UMP, n’a pas interféré, ici. Puteaux n’a connu ni séisme, ni éruption volcanique, ni tsunami venus de « Bleu Marine ». L’union  locale UDI- MODEM  réussit mieux qu’au niveau national et son score assure ainsi aux Putéoliens une protection supplémentaire contre une aventure politique hasardeuse.

 

 Le PS local, affaibli, doit œuvrer à son rétablissement : la démocratie le requiert.

 

Merci donc !

 

Un maire n’est nullement responsable de l’instruction, dans sa commune. Cette mission essentielle incombe à l’Education Nationale. Cependant les très mauvais résultats durables et incompréhensibles du lycée Agora  prouvent la grave inefficacité locale du système éducatif. Le Conseil  régional, co-responsable du lycée, aurait pu participer à des actions complémentaires de soutien or c’est la ville de Puteaux qui vient de prendre une première et remarquable initiative, en dehors de ses obligations. Le site de la mairie a  informé  les familles  qu’une salle de révisions pour préparer le « bac », d’une capacité de 24 élèves,  très équipée, était mise à la disposition des élèves du 12 mai au 7 juin, selon des horaires précisés. Un soutien pédagogique est proposé en mathématiques et physique. Le prix est symbolique : 3 €/h. Les fonds publics d’une commune n’ont d’ailleurs pas à être utilisés pour assurer la gratuité de ce soutien extérieur à ses missions.

 

Il est impossible de prévoir la fréquentation, ni le fonctionnement de cette salle d’études. Un bilan sera donc utile, à partir des observations des lycéens utilisateurs, afin d’adapter au mieux, pour les années à venir, cette aide précieuse à la réussite scolaire. L’instruction et la recherche sont les deux domaines nationaux prioritaires.

 

D’autres initiatives communales de même nature pourraient suivre.  Ainsi, par exemple, les activités périscolaires au niveau de l’école élémentaire proposeraient des renforcements de l’apprentissage de la lecture, du calcul, de l’écriture, de l’expression orale ou de l’usage d’un ordinateur… aux élèves en difficultés, avant l’escrime ou le football, remis à plus tard…L’introduction des pratiques de la « Khan Académie », par exemple, ferait de Puteaux une ville pionnière en recherche de meilleure efficacité scolaire.

 

Merci Madame Ceccaldi-Raynaud.

 

www.atelier-idees.org                  www.notreputeaux.com          Annie Keszey.