Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2015

REMARQUES SUR UN COMMUNIQUE DU FN.

 

SECOND TOUR DES ELECTIONS DEPARTEMENTALES. Remarques sur le communiqué de Gérard Brazon et de Brigitte Boumeddane, candidats du FN évincés  du second tour, (communiqué consultable sur le blog de Gérard Brazon « Puteaux bleu marine »). 

 

Dans ce communiqué entre les deux tours Gérard Brazon et sa partenaire conseillent à leurs électeurs de ne voter ni pour l’UMP/UDI, ni pour le PS. Ces partis ne représenteraient

pas un choix judicieux. Par mépris pour une monarchie élective, incomplétude de la révolution de 1789, la maire de Puteaux, Madame Ceccaldi-Raynaud, est appelée « la Reine-Maire » et son fils, Vincent Franchi, « son petit Prince héritier ».

Mais Gérard  bleu marine ne sait- il pas  que le fondateur de son parti, Jean-Marie Le Pen, est un « Roi-Père en politique »,  sa fille Marine une «Princesse » et Marion Maréchal-Le Pen une « autre jeune Princesse » déjà active ?

 

Les représentants du PS seraient, selon ce frontiste, les auteurs d’une décadence morale de la France... un abîme sans fond de nos valeurs patriotes... Marine Le Pen a déjà été condamnée 3 fois par la Justice. Gérard est automatiquement assujetti au président « d’honneur »  de son parti  condamné 19 fois par la Justice lui aussi, cas rare, certes pour des « détails », dont l’apologie de crimes de guerre et la banalisation de crimes contre l’humanité ! Qui peut faire pire?

Tartuferie du FN que de déclamer qu’il lave plus blanc !

 

L’UMP/UDI, le PS seraient les auteurs de cette volonté de faire mourir la Nation française au profit d’un projet de dictature européenne basé sur la finance et le commerce...Mais comment, avec une telle critique, Marine Le Pen, députée européenne, accepte-t-elle de recevoir des fonds publics européens pour un investissement personnel si discret et d’en répartir une partie substantielle entre des membres de sa Cour?  La situation incertaine, quant à sa probité, du trésorier  du micro-parti « Jeanne » de Marine Le Pen, ne devrait-elle pas engager le FN à un évitement prudent des thèmes de la finance et du commerce ?

 

En fin de communiqué, Gérard Brazon propose aux électeurs, par exemple, de rester chez eux au lieu d’aller voter au second tour. Or, le Droit de vote n’a été acquis qu’après des luttes très longues. C’est une conquête démocratique insérée dans la République.

Et si ce frontiste respectait le libre arbitre des citoyens de Puteaux plus aptes aux pensées civiques que lui-même ?

 

Les électeurs attendent des «décideurs capables de tracer des perspectives » : ce n’est pas dans les compétences du FN «  au programme liquidateur passéiste ». 

 

L’acte urgent, prioritaire, de nos actuels responsables politiques national et local est, enfin, de combattre la précarité croissante des travailleurs pauvres : ouvriers, employés, familles monoparentales, chômeurs en fin de droits, petits commerçants et artisans... Ces « Inaudibles »*, fractions fragilisées des milieux populaires, condamnés par la République, sont légitimement tentés par un vote FN de ressentiment désespéré. 

 

*Les Inaudibles- Sociologie politique des précaires (Presses de Sciences Po, 292 pages, 24 €). Céline Braconnier et Nonna Mayer. 

 

Annie Keszey.

 

 

 

02/03/2015

PUTEAUX: LE ZOO FRONTISTE DE GERARD BRAZON.

 

Gérard Brazon est un conseiller municipal d’opposition, blogueur, du Front national.

 

Ce compte-rendu de lectures, faites à travers une passoire, porte sur cinq textes de Gérard publiés sur son site et/ou sur celui de Riposte laïque.

Dans ses publications, Gérard mitraille de mots fleuris  le peuple de France, un pauvre peuple intellectuellement démuni, ignorant de toute réalité ou mal informé «... manquant le plus souvent d’historique politique... », »... appelé à ouvrir les yeux... », « ...la plupart des Français ne savent même pas  ce que sont les élections territoriales, comme ils ne savaient pas ce qu’étaient les élections cantonales... », « ... que les Français comprennent bien qu’ils sont manipulés et désinformés... » . « ...Les bobos  bien- pensants sont terrorisés à l’idée  d’admettre qu’ils se sont trompés... »  Etc... Le PS, l’UMP, les communistes, la majorité municipale, les bobos, SOS racisme,  le passé national, les enseignants, les diplômés de l’ENA et le journal Le Monde sont honnis.

Gérard, par contre, a une très haute opinion de lui-même : érudit, grand connaisseur de l’Histoire, éclairé, visionnaire, Il ne pourrait s’émouvoir si d’aucuns le jugeaient orgueilleux ou narcissique puisque lui seul a l’infaillible pensée frontiste.

Son Histoire de France, répétitive à l’excès, interpelle et mériterait quelques sérieuses corrections : le premier ennemi de Gérard est le Parti socialiste. Il fait ainsi remonter «  le socialisme » à la Terreur révolutionnaire de 1793 pour lui attribuer un massacre  géant. Or, chacun sait, à part notre savant putéolien, que la Révolution française ne fut pas socialiste. Le mot socialisme n’est apparu qu’un bon demi-siècle plus tard. Gérard se piège dans sa critique : « ... en Histoire, contrairement à ce que font les socialistes, il ne faut pas faire de raccourcis entre deux époques... ».

Ses textes révèlent un zoo qui mérite un temps d’arrêt. «  Nos bobos, dans la mosquée de Bordeaux font les autruches. Ou plutôt font comme les trois petits singes... » -« Le socialisme est cette idéologie qui a toujours pris les Français pour des imbéciles, de la volaille, des moutons à tondre... » - « ...la mise au pas du troupeau dont ils (les contribuables) font partie, de ces vaches à traire des euros, de ces moutons à tondre et de ces volailles à décapiter ...» - « ...Les électeurs sont les dindons de la farce électorale ... » - « ...les dindons politiciens s’arrachent la plume et s’affolent... »- « Certes nous allons voter pour des conseillers dont on ignore à quoi ils vont servir, pour des couples. Des couples de moineaux comme si le pouvoir socialiste envisageait de faire de l’élevage... » - « Cela fait tellement d’années qu’ils  (de la droite) bouffent aux mêmes râteliers (de la gauche) que l’on peut reprendre cette même citation Asinus asinum fricat (?), l’âne frotte, l’âne, c’est-à-dire les imbéciles qui se congratulent... »

Récapitulons ! Autruches, singes, (des immigrés) volaille, moutons, troupeau, vaches, dindons, moineaux (autres bêtes de souche)...tondre, décapiter, arracher les plumes, bouffer ! 

 

Gérard est le premier mouton au centre de l’image. Pour la première fois il bêle publiquement  qu’il nous manipule et nous met en garde. Enfin !

 

La fraternité culturelle, tolérante et lucide, prévaut sur le choc des civilisations.

 

Les cinq textes : Elections territoriales 2015 : un homme, une femme, la parité pour tous. Le socialisme est historiquement la matrice de toutes les dictatures. Les profs « bien- pensants » se mobilisent contre Marine Le Pen. Je suis Charlie n’a pas effacé l’ardoise. Les bobos, ces nouveaux pacifistes qui nient la réalité de la guerre islamique.

 

Image : Riposte laïque.

 

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

 

 

25/02/2015

PUTEAUX. INCITATION MUETTE AU REJET RACIAL ET RELIGIEUX.

 

Le « Gaulois » Gérard Brazon, conseiller municipal d’opposition du FN, à la fonction incertaine puisque la régularité de son élection est étudiée par la Justice,  a posté  cette photographie sur Facebook.

 

Or, l’homme est noir et la femme porte un foulard. Le choix de Gérard  ne relève pas du hasard. Le panneau électoral, les lampadaires et les grilles symbolisent la terre sacrée, l’âme de la France, terre des ancêtres,  Puteaux, victime du « grand remplacement ».

 

Le « grand remplacement » de Renaud Camus, cloîtré, terrorisé, dans un château médiéval de province, ignore bien sûr l’ensemble des statistiques sur l’immigration. Gérard oublie, quant à lui, la loi du 6/01/1978, interdisant clairement les statistiques ethniques.

 

Le titre d’apparence banal, «  Les nouveaux Putéoliens » renvoie, par l’ambiguïté du sous-entendu implicite, au livre récent « Marine Le Pen prise aux mots ». C’est un exemple parfait des procédés formels du double-langage frontiste. Par le « silence », la « mise en sourdine » des scories xénophobes, Gérard se masque (se « voile » !) en imputant aux seuls lecteurs toute interprétation raciste de l’image.  

 

Lors de son discours du 1er mai 2013, Marine Le Pen assurait « Nous croyons à l’égalité des citoyens français, quelles que soient leurs origines ou leurs croyances ».

 

En 2012, elle avait préféré une définition exclusive de l’appartenance à la nation. « La maison du peuple français, c’est la France, et il (le peuple) a le droit, chez lui, de décider qui vient et qui reste... » ?

 

Gérard manque d’une bouée  linguistique lui permettant de surnager dans le langage « diaboliquement dédiabolisé » de son héroïne Marine, à moins qu’il ne s’en délecte (Oh non, surtout pas !) : double langage et double jeu.

 

Mais, attention, nous, citoyens démocrates, avons-lu « Le FN pour les Nuls ! ».

 

Quelqu’un a dit (?) « Aime ton prochain comme toi-même ! » Gérard le mariniste est donc invité à partager un délicieux couscous chez Aïcha, puis à écouter François Gemenne, spécialiste belge passionnant des flux migratoires. (Florian Philippot, énarque du FN, a déjà subi « cette dernière salutaire épreuve au nom de l’objectivité » : ce fut difficile, mais apaisant, pour lui.)

 

Le FN serait un parti républicain. Cette image viole pourtant l’article 1er de la constitution française.

 

Annie Keszey.