Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2013

L'IMMIGRATION. LA VERITE DES NOMBRES.

Pierre Henry, directeur de France Terre d’Asile et auteur du dico Atlas des migrations, chez Belin. D’après une publication du Nouvel Observateur n° 2532- 16 mai 2013.


Sur les 7 milliards d’habitants de la planète, seuls 215 millions migrent d’un pays vers un autre pour y résider : 3% de la population mondiale.
Beaucoup d’Européens croient encore que ces 3% viennent frapper à leur porte. Il n’en est évidemment rien.
Les migrations Sud/Sud, des pays en développement vers des pays en développement, concernent 1/3 des migrations, soit 73 millions, à peu près autant que les migrations Sud/Nord, des pays en développement vers les pays à fort développement économique, soit 74 millions.
En Afrique subsaharienne, les « cerveaux » représentent 3% de la population mais 35% des migrants, dont les 2/3 migrent en Afrique. 40 % des travailleurs africains hautement qualifiés  ont quitté leur pays ces dernières années dont 67% du Cap-Vert et 63% de la Gambie.
De 1926 à 2009, la proportion d’étrangers dans la population en France est restée constante: 6%. Ce taux est loin d’être le plus élevé du monde:
-    7.5% en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, en Autriche…
-    35 % au Luxembourg,
-    69 % au Koweït,
-    86.5% au Qatar !
La France n’est pas non plus la nation qui octroie le plus facilement sa nationalité. En 2010, avec un taux d’acquisition d’environ 2 pour 1000 habitants, elle se plaçait en 8ème position en Europe, loin derrière le Luxembourg, premier pays sur la liste, avec 8 pour 1000 habitants et derrière la Suède, la Belgique, le Royaume-Uni, l’Espagne…
L’Allemagne a accueilli un million d’immigrés en 2012!
L’immigration augmente actuellement à partir des victimes des méfaits du changement climatique. Des milliers de personnes quittent des zones définitivement inondées.
Pourquoi, dans la masse des informations quotidiennes, choisir des données statistiques, de source fiable, sur l’immigration ? Parce que les politiques d’extrême droite tentent de manipuler, tétaniser, effrayer, désespérer les peuples en agitant déraisonnablement l’épouvantail d’une multitude inéluctable, dévastatrice, d’islamistes radicaux en France et en Europe.

Une seconde pratique idéologique destructrice de ces extrêmes est d’ignorer les populations musulmanes équilibrées, modérées, de l’Indonésie pacifique, de la Tchétchénie martyre, du Pakistan, de l’Egypte, de la Turquie, de la Tunisie, de l’émigration… qui militent pour instaurer la démocratie en terre d’Islam ou respectent les démocraties d’accueil.
Habib Kazdaghli, par exemple, est un combattant humble et prestigieux à la fois, doyen de la faculté de lettres de la Manouba, qui a maintenu la laïcité dans son établissement tunisien, depuis la révolution du printemps arabe, malgré la rudesse des oppositions religieuses fanatiques. Ces intelligences libératrices souhaitent être soutenues et non fondues dans un amalgame, par des opportunistes, uniquement soucieux d’accaparer quelques pouvoirs nés de populismes.

David Cameron, Premier ministre britannique, a déclaré que l’acte meurtrier commis le mercredi 22 mai 2013, à Londres, par deux hommes au discours d’extrémistes islamistes, à l’encontre d’un militaire, était « une trahison de l’Islam ». Il a estimé que ce geste nuisait énormément à la communauté musulmane « qui apporte tant à la Grande Bretagne »… « L’extrémisme sera vaincu en restant unis »…
www.atelier-idees.org        www.notreputeaux.com        Annie Keszey.

17/11/2012

DECRYPTAGE D'UN TEXTE FAUX SUR LES MUSULMANS.

Il s’agit d’un court extrait construit pour propager la crainte des musulmans, pris au hasard, dans un argumentaire populiste sur la Belgique. Il permet de clarifier un procédé d’écriture, trompeur, au service d’une idéologie périlleuse.

désinformation.jpg« …Sur l'immigration, faut-il rappeler que Bruxelles sera à majorité musulmane en 2030. Que des quartiers entiers sont musulmans en Belgique, que des partis islamiques existent et que deux élus aux dernières élections municipales belges ont annoncé que la Belgique sera un état islamique dans les années qui viennent déclenchant de fait une réaction vivace des partis belges. Si l'immigration était anodine, pourquoi donc des quartiers entiers islamisés où déjà  la femme ne peut plus circuler librement? Faut-il rappeler qu'un Parti Musulman de France existe à Roubaix dont presque plus de la moitié des habitants sont musulmans!... »

Refus de "distorsions": proposition d’une écriture informative, à partir de sources reposées.  

 
Il n’existe en Belgique aucune étude démographique, au sens mathématique et scientifique, sur les appartenances  religieuses ou philosophiques de la population: ce qui explique les données statistiques mouvantes, floues et contradictoires du présent. Les projections sur 20 ans ne sont alors que des gageures.
La première phrase de l’extrait, affirmative ici, mais interrogative à son origine, amputée d’une partie, ce qui en dénature le sens, est celle d’une invitation à un colloque de la droite laïque radicale publiée, en particulier, dans le quotidien belge « Le Soir », en  2010. Une majorité musulmane à Bruxelles en 2030: comment nous préparer à vivre ensemble ? Felice Dassetto, sociologue qui étudie l’islam depuis 40 ans, expert  légitimé, était interrogé sur ce colloque, par le même quotidien, le 13/11/2010 : Une majorité musulmane à Bruxelles en 2030 : info ou intox ?
« Crier au loup est une erreur.  Cette façon de présenter les choses témoigne à la fois d’une méconnaissance des réalités du terrain et d’une crainte de principe. Cela relève un peu du fantasme, d’une attitude typique du 19e siècle qui consiste à faire front face aux dynamiques religieuses. (...) C’est une approche purement quantitative qui soulève un épouvantail démographique. Et de manière erronée, elle assimile toutes les personnes d’origine musulmane à des « religieux ». Parmi les citoyens d’origine musulmane, il y a beaucoup d’indifférents, d’agnostiques ou d’athées. Et, parmi les religieux, tous n’ont pas la même conception de l’islam et leurs conceptions évoluent dans le temps. L’islam est multiple, beaucoup plus complexe qu’on ne l’imagine. »
Felice Dassetto était interrogé dans «  le Soir » à l’occasion d’une conférence qu’il faisait à l’Académie royale des sciences intitulée simplement : Bruxelles, ville musulmane ? Il s’agissait pour lui de répondre à la question : comment penser la présence musulmane à Bruxelles, du point de vue du territoire ? « D’autres ont ce questionnement, mais essentiellement sur base démographique, en postulant –par erreur – que toute personne d’origine musulmane est nécessairement musulmane. Avec, en toile de fond, une vision de l’ombre de l’Islam menaçant qui plane sur Bruxelles. Mon approche est plus scientifique : c’est celle du sociologue et de l’anthropologue. (...) Beaucoup de recherches ont porté sur la ville, sur les relations interculturelles, mais on y aborde très peu l’Islam. Il fait partie du non-dit implicite. En revanche, l’Islam est devenu le cheval de bataille de polémistes et d’imprécateurs, voire de certains politiciens qui clament la peur de l’Islam (...)
Dans le livre qu’il a  publié en 2011, L’Iris et le Croissant, le sociologue dépeint une communauté arabo-musulmane multiple, en mutation. Au terme de 150 entretiens de terrain, il a dressé une typologie de la population islamisée de Bruxelles. Sept façons très différentes, voire antagoniques, de vivre son islamité. Une évolution plurielle qui démontre, selon lui, à quel point il serait abusif d’imaginer Bruxelles sous la coupe d’une « majorité musulmane » homogène, d’ici 20 ans. Il craint qu’à force d’agiter la prétendue menace islamique, on accroisse les antagonismes plutôt qu’œuvrer à la coexistence pacifique. «  Bien entendu, il faut rester attentif aux courants qui traversent l’islam. La société, les musulmans et non-musulmans, doivent être lucides au sujet de l’islam et de son devenir. Il faut connaître et être conscients des formes radicales et fondamentalistes : c’est une question à débattre, à gérer, mais pas par des peurs irrationnelles et inutiles. La stratégie qui consiste à crier au loup, à se scandaliser « entre nous », me semble politiquement erronée. »
Les autres propos de l’extrait idéologique ne résistent pas davantage aux analyses des experts. Non, il n’y a pas de quartiers entièrement musulmans à Bruxelles, mais 5 quartiers sur 17 à fortes concentrations. Corinne Torrekens,  politologue et chercheuse-doctorante au Groupe d’études sur l’Ethnicité, le Racisme, les Migrations et l’Exclusion (GERME) de l’Université Libre de Bruxelles justifie cette répartition géographique par de nombreux critères: lieux des emplois occupés par une population étrangère massivement appelée par l’Etat dans les années 1960, bas coût des logements en centre - ville, lieux d’entraide…Son étude complète est accessible sur le site www.flw.ugent.be
En Belgique, les étrangers, sous conditions précises, ont le droit de vote et le droit de se présenter aux élections.  Qu’il y ait X élus de confession musulmane est une conséquence prévisible. La chercheuse Fatima Zibouh précise que le débat ne sera pas de savoir combien de députés musulmans siègent au Parlement bruxellois mais bien "d’examiner comment ils vont s’inscrire dans le registre de la défense de l’intérêt des Bruxellois, tout en faisant de leur différence une plus-value au service des quartiers ou des citoyens les plus fortement touchés par les discriminations et la précarité". Quant au fait que ces élus menaceraient la Belgique d’y promouvoir un Etat islamique, ils ne seraient pas les seuls à prendre leurs rêves pour des réalités! Cet argument idéologique sert d’ailleurs l’épouvantail classique en France et en Europe agité par Pierre Cassin, Oskar Freysinger, Renaud Camus, Yvan Rioufol, Christopher Caldwell, Michèle Tribalat, Eric Zemmour, Alain Finkielkraut, Jean Sevillia du Figaro-Magazine !... 
Pour finir, provisoirement,  abordons la « perle de l’extrait idéologique » : Faut-il rappeler qu'un Parti Musulman de France existe à Roubaix dont presque plus de la moitié des habitants sont musulmans!... »  Damien Roustel a déjà, en 1997, réfuté cette ânerie, par une longue enquête publiée dans le Monde Diplomatique : Anatomie d’une DESINFORMATION, comment Roubaix est devenue « une ville à majorité musulmane ». Le Maire de Roubaix conteste le chiffrage et y décrit la situation de sa ville avec finesse et justesse. La mise au point de Damien Roustel qui dénonce les malhonnêtetés imbriquées, dont celles d’une certaine presse nationale, nécessaires à  ce mensonge  stratégique  est toujours consultable sur:

www.monde-diplomatique.fr/1997/06/ROUSTEL/8738
Une idéologie serait-elle obligatoirement incompatible avec LE VRAI ? Diable !

Image:unionlibre.net
www.atelier-idees.org            www.notreputeaux.com
Annie Keszey.