Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/10/2013

LA DELINQUANCE DES RICHES.

CHAPITRE 2 de LA VIOLENCE DES RICHES, CHRONIQUE D’UNE IMMENSE CASSE SOCIALE.
Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. ZONES. Suite.


violence des riches.jpg
Extraits. 
La fraude à la Sécurité sociale, c’est la plus terrible et la plus insidieuse des trahisons de l’esprit de 1945. C’est la faute qui ruine les fondements mêmes de la République sociale. «  Cette belle déclaration fut prononcée par Nicolas Sarkozy à Bordeaux le 15 novembre 2011. Il pensait, bien sûr, au salarié prenant quelques jours d’arrêt maladie de complaisance. Pourtant, il n’avait pas beaucoup de grains à moudre : si les fraudes sociales sont estimées à 20 milliards d’euros, les allocataires fraudeurs en représentent seulement 1%, soit 200 millions, d’après la dernière mission d’évaluation des comptes de la Sécurité sociale. En effet, 80% de cette fraude sont liés aux cotisations patronales (16 milliards) que les employeurs ne paient pas parce qu’ils ont recours au travail dissimulé…
La guerre idéologique contre les travailleurs et les personnes les plus démunies ne cesse de les stigmatiser comme assoiffés d’assistanat. Elle porte ses fruits de manière inattendue puisque ce sont chaque année, en France, 4 milliards d’euros dus au titre des prestations qui ne sont pas réclamés par leurs bénéficiaires. En 2012, des chercheurs regroupés dans l’Observatoire des non-recours aux droits et services (Odemore) ont établi que les causes en sont multiples, ntamment le manque d’information, la complexité des démarches ou la timidité sociale des ayants-droits…
En septembre 2013, la demande de la nationalité belge par Bernard Arnault, première fortune professionnelle de France, avec 243 milliards d’euros, selon le palmarès 2013 de l’hebdomadaire Challenges, et onzième fortune du monde selon Forbes, qui le classe derrière Liliane Bettencourt, a déclenché un tohu-bohu médiatique. Cela a été vécu comme une déclaration de guerre aux 9 millions de Français qui vivent en-dessous du seuil de pauvreté…
En ces temps difficiles, le sentiment de trahison est lié à ce qui est apparu comme la recherche d’une fiscalité moins menaçante. Les plus riches souhaitent non seulement s’affranchir de leurs impôts, mais avec le signal du plus doté d’entre eux, ils refusent désormais les contraintes liées à une identité nationale devenue un frein à l’identité mondiale du capitalisme dérégulé et financiarisé dans lequel Bernard Arnault occupe une place de choix…Environ 140 des 420 sociétés du groupe LVMH qu’il dirige sont localisées dans des paradis fiscaux, ce qui laisse penser que l’optimisation fiscale est bien une préoccupation du groupe…
Malgré sa puissance, Bernard Arnault a été obligé en avril 2013 de renoncer à la nationalité belge, l’Office des étrangers et le parquet de Bruxelles ayant donné des avis négatifs. Mais c’est le patriotisme qu’il met en avant !...

Les hommes politiques riches et sans complexes vis-à-vis de l’argent, avec une cynique indifférence envers l’éthique sont légion: En vrac : Silvio Berlusconi, Dominique Strauss-Kahn, Jérôme Cahuzac, Sebastian Piñera (Chili), Nicolas Sarkozy, Boris Johnson. ..Les oligarques qui mènent la France, l’Europe et peut-être la planète toute entière à sa perte n’ont jamais reconnu leur responsabilité dans la crise financière de 2008. Ils accusent les peuples de coûter trop cher, d’être trop gourmands, de dépenser trop pour leur santé et leur éducation. Ils cherchent ainsi à se défausser sans jamais, eux, remettre en cause leur cupidité financière…
Les sociologues exposent ensuite la justice à deux vitesses.
Les riches fraudeurs bénéficient d’accords à l’amiable avec l’Etat. En 2009, Eric Woerth met en place une « cellule de dégrisement » destinée à traiter le cas de 3000 fraudeurs détenant des comptes en Suisse non déclarés. La liste venait de fichiers copiés par Hervé Falciani, un informaticien de la banque HSBC. 4725 contribuables demandèrent « la paix des braves » en se livrant au fisc triomphant. Mais sur ces 4725, seuls 68 provenaient de la liste fournie ! Les avoirs français déposés en Suisse, non déclarés, sont évalués entre 50 et 90 milliards d’euros…
L’abandon, par l’Etat, de la politique pénale foncière est total…
Les différents délits sont traités avec une logique de classe. La délinquance contre laquelle on lutte dans les Hauts-de-Seine, c’est essentiellement les stupéfiants. Mais la grande délinquance n’est pas celle- là, elle est à la Défense ou dans l’aménagement des berges de la Seine…
Les comparutions immédiates et les peines planchers sont des procédures expéditives chargées de tenir en respect les jeunes en difficulté, alors que les puissants passent le plus souvent au-travers des mailles du filet juridique…
On peut distinguer dans la bouche de certains sénateurs l’ébauche de la construction d’un « ennemi de l’intérieur » dont les travailleurs qui refusent l’asservissement au profit des dominants seraient la cheville ouvrière…
Les journalistes libéraux ne mentionnent jamais la violence des riches. Ils inversent le sens de la responsabilité en attribuant l’origine de la violence aux plus démunis et se gardent bien de mettre en cause les dégâts provoqués par les spéculateurs et la fraude fiscale…
La démocratie française étant devenue, de fait, censitaire, les candidats appartenant déjà aux élites et les électeurs les plus modestes n’allant plus voter, cela explique que l’oligarchie puisse produire un libéralisme de gauche après un libéralisme de droite. »
www.notreputeaux.com

Annie Keszey

 

10/09/2013

La Défense. La Rose de Cherbourg.

Concertation d’étape sur le projet Rose de Cherbourg de Puteaux, à l’EPADESA. Lundi 10 juillet 2013, 19 H- 21H.

Etaient présents les responsables du projet, de l’EPADESA, le paysagiste choisi, un représentant de Defacto et une trentaine de participants.

Cette concertation suit trois ateliers de discussion et des réunions publiques de novembre et de décembre 2012. D’autres réunions sont prévues.
Le site www.ladefense.fr présente le plan, la plaquette de synthèse du projet intégrant des propositions et le définit :

« - Améliorer le lien entre la dalle de La Défense et la ville de Puteaux mais aussi depuis le quartier Boieldieu jusqu’à l’esplanade et le parvis en retissant des cheminements continus et lisibles;
- Redonner un caractère plus urbain au boulevard Circulaire et réaménager des espaces publics plus agréables et conviviaux ;
- Créer une nouvelle centralité de proximité par la réalisation de bureaux, de services, de commerces et de logements ;
- Créer les conditions de rénovation des immeubles existants le moment venu. »

Le projet Rose de Cherbourg est triple : circulation routière, espaces verts, immeubles… Il porte sur une nouvelle configuration de la circulation routière, plus simple et plus fonctionnelle, circulaire, autour d’une place centrale qui comporterait des transports en commun. Une mission d’étude des zones et des intensités sonores  vient d’être confiée à un spécialiste. Des volontaires putéoliens concernés par le bruit de la circulation routière dans la zone large de ce futur projet peuvent se porter volontaires pour accepter la pose d’un micro-enregistreur sur leur fenêtre. Les zones routières ne seront pas recouvertes, d’autres mesures d’atténuation seraient choisies, dont les murs anti-bruit. 

Un but est de créer des « espaces partagés » par une succession de parcs de 2500 m2, d’immeubles… La conception des espaces verts, dont ceux des espaces suspendus, est confiée à l’entreprise d’architectes de Barcelone Arriola et Fiol à la suite d’un concours entre trois entreprises, les deux autres étant allemande et française. Cette entreprise considère les obstacles comme des opportunités. Le choix d’une entreprise étrangère est critiqué par un participant. Le représentant de cette entreprise présente certaines de leurs réalisations, à Barcelone. 
Le bon travail de cette entreprise est classique: celle d’espaces verts urbanisés, géométriques, disciplinés, sobres mais figés. Les formes « naturelles » sont gommées par les pelouses très rases, les découpes parallélépipédiques des arbustes, les massifs carrés ou triangulaires…Peut-être pourrait-on intégrer quelques parcs « naturels », avec des espaces d’herbes hautes et folles, des arbres libérés de leurs formes coniques et …des moutons ! Cet ensemble de la Défense n’est-il pas trop maîtrisé et contraint par l’homme, qui veut bien faire ?

Une longue «  promenade » verte est prévue entre Boieldieu et la Défense. Un espace non constructible séparera le quartier Boieldieu de l’avenue du Général de Gaulle
Le PLU est en cours d’évolution. Il y a une volonté de ne pas construire des tours de 360 m de hauteur, telles que celles existantes ou nouvelles présentées sur www.defense-92.fr , mais d’un maximum de 200 m, avec cependant le principe d’une coiffe additive (+ 15% maximum de la hauteur) comme celle de la tour First, par exemple. Ceci afin de rompre avec les tours aux toits plats et aux formes régulières. Les tours prévues  Rose A, B, F (pourquoi F ? Pas de réponse) sont de hauteurs différentes avec l’intégration du concept de mixité des populations. Ce principe de fractionnement utilisé répond à des impératifs de sécurité. La part entre les commerces et les logements n’est pas connue, pas davantage le nombre de personnes  appelées à vivre sur ce vaste espace neuf.
Mais pourquoi construire encore des tours ? Pour des raisons humaines ou strictement financières ?
Un habitant de la tour Défense 2000, semble-t-il, regrette la restriction du champ visuel que ces nouvelles tours vont provoquer. La même observation pourrait concerner la résidence Boieldieu. Des questions restreintes portant sur la possibilité de piqueniquer dans les futurs jardins ou d’y promener son chien, des propositions de construire des écoles et des terrains de sport mais non fondées sur des études de nécessités, restent sans réponses.

Il n’y a encore ni  financement connu, ni bureau d’études techniques désigné, la réussite du projet ne peut donc être affirmée. Son achèvement prévu hypothétiquement pour 2018  coïnciderait avec l’ouverture de la ligne du RER Eole et le risque de peser davantage encore sur les transports en commun serait évité.

La maquette concrète et complète de la Défense est présentée aussi sur écran. L’on peut comprendre alors pourquoi les présents sont, actuellement, dans l’impossibilité de juger de la pertinence du projet « Rose de Cherbourg », qui tente une cohérence interne,  quant à son intégration dans l’ensemble confus de la Défense. Aucune ligne de force architecturale n’est perceptible, à part la voie centrale d’origine. Les harmonies sont introuvables. La Défense n’a pas les qualités du plan de Brasilia, aux satellites d’extension prévus, ville inaugurée pourtant en 1960 ! A la Défense, le hasard des formes, des hauteurs, des couleurs et des matériaux semble prévaloir. Le «  conférencier » de l’EPADESA, admet parfaitement cette situation et prévoit de faire travailler un groupe d’experts sur la recherche d’une esthétique architecturale globale. Un peu tard ? 

Le projet Chantecoq va être soumis à un architecte. Les constructions prévues auront deux hauteurs différentes : R+8 sur le boulevard circulaire et R+4 sur l’autre face.
Le seul projet  confirmé est celui  de la possibilité de tourner sur une voie de gauche, depuis l’avenue Jean Moulin, pour accéder plus directement au boulevard circulaire. La réalisation est prévue pour septembre 2013.

Le JDD du 8 septembre 2013.
L'hebdomadaire publie une interview de l’architecte Jean Nouvel. Il rappelle ses déceptions, les projets de la Tour sans fins et de la tour Signal n’ont pu aboutir. Il sera chargé du projet « la Rose de Cherbourg ». La tour de bureaux qu’il prévoit, de 200 m, arborera des variations sur ses différentes faces  et une esthétique qui évoquera le cristal grâce à ses protections solaires extérieures. Elle changera de profil au fur et à mesure qu’on en fera le tour. Son sommet accueillera des arbres. Ce projet, au sud de la Défense par rapport à l’axe, va rééquilibrer, changer le skyline de la Défense.

Annie Keszey.