Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/03/2016

PUTEAUX. LETTRE OUVERTE A FRANCIS, CONSEILLER MUNICIPAL D'OPPOSITION DU PS.

13 mars 2016.

Francis,

Objet : Ton mensonge sur Twitter « La police municipale est obligée d’entourer le bureau de Grébert pour éviter son agression par la majorité. » . C'est un parfait mensonge par omission qui consiste à diffuser ce qui, parmi le réel ou le probable, convient aux fins poursuivies tout en omettant ce qui nuit à ces fins.

Twitter ne permet pas de douter de la véracité de ton message, c’est en allant sur le site You Tube et en tapant, « Grébert pète les plombs » pour observer un montage, à partir d’un extrait filmé du conseil municipal du 9/03/2016, que l’on comprend que ton tweet est en contradiction avec les faits en images. [Péter les plombs est d’ailleurs un titre courant sur You Tube que l’on rencontre 35 fois sur 3 pages seulement ! Nadine Morano, un mec, un no-life, un videur...etc, sont concernés]. Le journal Le Point confirme aussi le bien-fondé de notre doute.

C’est Christophe Grébert, conseiller d’opposition du MoDem, qui a demandé, il y a un certain temps et légitimement, que les conseils municipaux soient filmés. Or, sur cet extrait filmé, juste avant la pause, le ton de Christophe Grébert est déjà inapproprié à une réunion démocratique que l’on souhaiterait digne, quels qu’en soient les motifs certainement irritants pour lui. A l’annonce de la pause de 5 minutes, stratégique et de circonstance, les conseillers de la majorité se lèvent pour prendre l’air y compris Olivier Kalousdian et Bouchra Sirsalane, de l’opposition, qui commencent aussi à le faire. Francis, tu restes assis ainsi qu’Evelyne, près de toi. Soudainement, Christophe Grébert se lève, furieux et physiquement menaçant vers quelqu’un obligatoirement de la majorité (Manuel qui lui reprochait de lui faire perdre son temps ?), Bouchra Sirsalane a pourtant tenté de le maintenir sur sa chaise...Elle suit Grébert d’ailleurs en le tirant pour le retenir, Olivier Kalousdian le suit aussi, sans aucun geste, mais avec une vigilance particulière inscrite sur son visage devenu sérieux. Tu tapes un message sur ton portable et un conseiller plus lointain prend une photo (peut-être Christophe Hautbourg). Ni Evelyne, ni toi n’intervenez pour calmer le jeu.

L’extrait suivant du journal Le Point confirme cette situation. Très vite, pourtant, l'opposant centriste s'énerve à propos d'un amendement rejeté, provoquant une suspension de séance. Pris à parti par un élu de la majorité, qui lui reproche de faire perdre du temps à tout le monde, Christophe Grébert réagit avec une véhémence inhabituelle. Sur la vidéo mise en ligne sur YouTube par la majorité, on le voit se précipiter sur son opposant qui se plaignait du retard pris, avant qu'un policier municipal n'intervienne pour les séparer.

Ton premier tweet aurait pu être celui-ci : « Bouchra Sirsalane tente de maintenir Christophe Grébert sur sa chaise, afin qu’il ne tente pas d’agresser physiquement un conseiller de la majorité. La police présente, avec retenue et en respectant le Droit, intervient pour rétablir le calme.»

Revenu à sa place, Christophe Grébert n’a pas retrouvé son sang-froid. (Dans son témoignage sur son blog et exceptionnellement, il écrira ultérieurement « J’ai eu tort de répliquer » : répliquer étant un euphémisme.

Une conseillère de la majorité, fatiguée de l’agitation antérieure de Christophe Grébert et de la situation du conseil municipal, s’approche alors de lui pour des réprimandes verbales. Cette conseillère n’a aucun geste physique contre Christophe Grébert, retenu cette fois encore par Bouchra Sirsalane. Un autre conseiller de la majorité intervient et éloigne la conseillère fâchée. La police municipale s’est approchée, avec la même maîtrise, sans avoir l’obligation d’une intervention concrète, d’après l’image, semble-t-il.

Ton tweet, unique et donc mensonger, Francis, se situe à cet instant. Tu as occulté l’acte 1. De plus, ce tweet qui ne concerne que l’acte 2 sans que tu le dises, est excessif.

Le seul qui « ait pété un plomb » ce soir-là est Christophe Grébert.

Quant à Evelyne et toi, retrouver votre indépendance faciliterait votre sortie d’une pratique politique archaïque.

Francis, en conseil municipal, tu as fait, en particulier, une intervention pour donner ton avis sur la politique de sécurité proposée. Ton attitude comportementale était parfaitement adaptée : stable, tranquille, avec un léger sourire agréable. L’enregistrement laisse entendre des voix de l’opposition qui te coupent la parole sans l’avoir sollicité, ni sans être rappelés à l’ordre républicain par « le boss ». Ils n’ont pas été informés du nouvel idéal démocratique municipal vers Puteaux-« Demain ». Une leçon de bonne conduite ne saurait tarder. Mais, ton contenu, a sans doute aussi favorisé ces décrochages du public parce qu’il était un mélange de technicité, nécessaire, et d’idéologie périmée, cet archaïsme politique déjà cité, inutile. Ton introduction sur le thème de la sécurité est déjà une provocation attristante. Tu dis : « A la lecture du titre de la présentation, Engagements de la ville : une politique solidaire et ambitieuse, je me suis dit, ça y est, Madame Ceccaldi-Raynaud est de gauche ! »

Depuis 2012, la gauche n’est nullement solidaire : solidaire des agriculteurs, des jeunes de 15-24 ans (rapport de Michel Fize), des femmes au travail (rapport de la semaine passée du Conseil supérieur de l’égalité professionnelle sur les inégalités nouvelles de la loi El Khomri) ? Voyons ! La gauche n’a aucune capacité pour des politiques ambitieuses : l’abaissement du chômage, de la précarité, des inégalités, le soutien de la France périphérique, l’accueil correct des immigrés, l’efficacité de l’Education nationale ?...Voyons !

Tous les politiques et surtout ceux du PS doivent se rappeler aujourd’hui que les publicités mensongères ne se gobent plus.

Ensuite tu donnes ton avis sur la vidéo-protection-surveillance dont tu estimes l’efficacité limitée. Il n’y a pas encore, me semble-t-il, d’études scientifiques assez vastes et approfondies pour justifier une position, autre qu’une opinion. Les études sont complexes : qualité et quantité des équipements, nombre et choix des localisations, quantité et formations des professionnels décodeurs d’images, rigueur des enquêtes abouties, aptitude aux synthèses complexes...

Quant à ton avis sur la notion de Mairie vigilante, c’est une caricature politicienne. Cette notion de Mairie vigilante découle obligatoirement de celle de Voisins vigilants, plus ancienne. Ce sont les citoyens de base, d’abord dans des quartiers pavillonnaires, qui sont entrés en contact pour des raisons sécuritaires. Tu dis : ... c’est une mairie qui incite ses administrés à surveiller leur voisinage et à pratiquer la délation à une échelle industrielle... C’était déjà la critique d’un juge faite à Claude Guéant en 2011. Cette peur professionnelle compréhensible n’a pas été justifiée depuis. Les risques actuels seraient plutôt financiers, Voisins vigilants étant maintenant une entreprise. Certains groupes constitués, isolés, craignent parfois la désertification de leurs lieux de vie par les forces de l’ordre officielles. Le rôle d’un voisin vigilant peut relever aussi d’une solidarité élémentaire, sans qu’aucun lien avec une quelconque administration ne soit nécessaire.

Mais au fait, Francis, comment acceptes-tu alors d’appartenir à ta liste d’opposition qui dispose d’un monopole de la délation puisque la tête de liste se proclame lanceur d’alertes ?

«  Ce sur quoi les gens en course pour le pouvoir devraient se concentrer, c’est comment peut-on faire pour que cela aille encore mieux...Pas d’insultes ni de railleries...et certainement pas de violences contre d’autres compatriotes... » Barack Obama, après l’annulation du meeting de Donald Trump, prévu à Chicago.

Donald Trump qui joue au pompier incendiaire, qui invite ses supporteurs à cogner ses opposants puisqu’il paiera leurs avocats, qui s’attire des violences contre lui et rejette la faute sur ses adversaires. Quelle chance de n’être pas actuellement aux Etats-Unis !

Annie Keszey.

28/02/2016

Jacques Lang s'oppose à Martine Aubry.

Février 2016.

Après la violente critique de Martine Aubry contre François Hollande dans le journal Le Monde, Jack Lang, directeur de l’Institut du monde arabe répond aux questions du journal Le Parisien.

Un extrait.

Aubry a-t-elle eu tort ?

Oui. Affirmer avec force des convictions, d'accord. Mais s'attaquer avec cette hargne aux personnes, non. Quand on publie un texte aussi brutal, on a le devoir de l'accompagner d'un projet. Les citoyens ne peuvent être que désemparés : d'un côté, une dénonciation sans réserve avec des mots durs et, de l'autre, une absence totale de vision, de projet, de propositions. Qu'une personnalité de talent, qui exerce des responsabilités, se livre à un tel jeu de massacre réduit la politique à une foire d'empoigne...

Jacques Lang a raison.

Annie Keszey

26/03/2015

REMARQUES SUR UN COMMUNIQUE DU FN.

 

SECOND TOUR DES ELECTIONS DEPARTEMENTALES. Remarques sur le communiqué de Gérard Brazon et de Brigitte Boumeddane, candidats du FN évincés  du second tour, (communiqué consultable sur le blog de Gérard Brazon « Puteaux bleu marine »). 

 

Dans ce communiqué entre les deux tours Gérard Brazon et sa partenaire conseillent à leurs électeurs de ne voter ni pour l’UMP/UDI, ni pour le PS. Ces partis ne représenteraient

pas un choix judicieux. Par mépris pour une monarchie élective, incomplétude de la révolution de 1789, la maire de Puteaux, Madame Ceccaldi-Raynaud, est appelée « la Reine-Maire » et son fils, Vincent Franchi, « son petit Prince héritier ».

Mais Gérard  bleu marine ne sait- il pas  que le fondateur de son parti, Jean-Marie Le Pen, est un « Roi-Père en politique »,  sa fille Marine une «Princesse » et Marion Maréchal-Le Pen une « autre jeune Princesse » déjà active ?

 

Les représentants du PS seraient, selon ce frontiste, les auteurs d’une décadence morale de la France... un abîme sans fond de nos valeurs patriotes... Marine Le Pen a déjà été condamnée 3 fois par la Justice. Gérard est automatiquement assujetti au président « d’honneur »  de son parti  condamné 19 fois par la Justice lui aussi, cas rare, certes pour des « détails », dont l’apologie de crimes de guerre et la banalisation de crimes contre l’humanité ! Qui peut faire pire?

Tartuferie du FN que de déclamer qu’il lave plus blanc !

 

L’UMP/UDI, le PS seraient les auteurs de cette volonté de faire mourir la Nation française au profit d’un projet de dictature européenne basé sur la finance et le commerce...Mais comment, avec une telle critique, Marine Le Pen, députée européenne, accepte-t-elle de recevoir des fonds publics européens pour un investissement personnel si discret et d’en répartir une partie substantielle entre des membres de sa Cour?  La situation incertaine, quant à sa probité, du trésorier  du micro-parti « Jeanne » de Marine Le Pen, ne devrait-elle pas engager le FN à un évitement prudent des thèmes de la finance et du commerce ?

 

En fin de communiqué, Gérard Brazon propose aux électeurs, par exemple, de rester chez eux au lieu d’aller voter au second tour. Or, le Droit de vote n’a été acquis qu’après des luttes très longues. C’est une conquête démocratique insérée dans la République.

Et si ce frontiste respectait le libre arbitre des citoyens de Puteaux plus aptes aux pensées civiques que lui-même ?

 

Les électeurs attendent des «décideurs capables de tracer des perspectives » : ce n’est pas dans les compétences du FN «  au programme liquidateur passéiste ». 

 

L’acte urgent, prioritaire, de nos actuels responsables politiques national et local est, enfin, de combattre la précarité croissante des travailleurs pauvres : ouvriers, employés, familles monoparentales, chômeurs en fin de droits, petits commerçants et artisans... Ces « Inaudibles »*, fractions fragilisées des milieux populaires, condamnés par la République, sont légitimement tentés par un vote FN de ressentiment désespéré. 

 

*Les Inaudibles- Sociologie politique des précaires (Presses de Sciences Po, 292 pages, 24 €). Céline Braconnier et Nonna Mayer. 

 

Annie Keszey.