Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2015

"LES REPUBLICAINS"? Un nouveau scandale de l'UMP.

 La République appartient à tous et ne saurait être annexée par ce seul parti politique de droite, qui souhaite changer de nom pour la 7ème fois en 70 ans afin de repolir une image cassée par les affaires.

Par ce nom, volé aux 66 millions de républicains français, par une minorité d’encartés (0.6 % ?), Nicolas Sarkozy colle au Tea-Party américain, réactionnaire, peu soucieux du concept français, difficilement conquis, de « souveraineté du peuple ».

Jean-Noël Jeanneney, historien et auteur de «L' Etat blessé » (Flammarion 2012), dans le journal Le Monde du 15/04/2015, s’insurge contre cette scandaleuse opération de retournement politique. Les changements de noms précédents souhaitaient défendre la forme récente d’un régime, nullement l’affirmation d’un monopole. Au lieu de « Les  Républicains », il conseille « La droite républicaine ».

L’usage du mot « droite » permettrait peut-être aux adhérents de l’UMP de « savoir enfin qui ils sont et ce qu’ils veulent » (Guillaume Perrault- Le Figaro du 15/04/2015).

 

Une citoyenne qui revendique son identité de « Républicaine », hors UMP.

26/03/2015

REMARQUES SUR UN COMMUNIQUE DU FN.

 

SECOND TOUR DES ELECTIONS DEPARTEMENTALES. Remarques sur le communiqué de Gérard Brazon et de Brigitte Boumeddane, candidats du FN évincés  du second tour, (communiqué consultable sur le blog de Gérard Brazon « Puteaux bleu marine »). 

 

Dans ce communiqué entre les deux tours Gérard Brazon et sa partenaire conseillent à leurs électeurs de ne voter ni pour l’UMP/UDI, ni pour le PS. Ces partis ne représenteraient

pas un choix judicieux. Par mépris pour une monarchie élective, incomplétude de la révolution de 1789, la maire de Puteaux, Madame Ceccaldi-Raynaud, est appelée « la Reine-Maire » et son fils, Vincent Franchi, « son petit Prince héritier ».

Mais Gérard  bleu marine ne sait- il pas  que le fondateur de son parti, Jean-Marie Le Pen, est un « Roi-Père en politique »,  sa fille Marine une «Princesse » et Marion Maréchal-Le Pen une « autre jeune Princesse » déjà active ?

 

Les représentants du PS seraient, selon ce frontiste, les auteurs d’une décadence morale de la France... un abîme sans fond de nos valeurs patriotes... Marine Le Pen a déjà été condamnée 3 fois par la Justice. Gérard est automatiquement assujetti au président « d’honneur »  de son parti  condamné 19 fois par la Justice lui aussi, cas rare, certes pour des « détails », dont l’apologie de crimes de guerre et la banalisation de crimes contre l’humanité ! Qui peut faire pire?

Tartuferie du FN que de déclamer qu’il lave plus blanc !

 

L’UMP/UDI, le PS seraient les auteurs de cette volonté de faire mourir la Nation française au profit d’un projet de dictature européenne basé sur la finance et le commerce...Mais comment, avec une telle critique, Marine Le Pen, députée européenne, accepte-t-elle de recevoir des fonds publics européens pour un investissement personnel si discret et d’en répartir une partie substantielle entre des membres de sa Cour?  La situation incertaine, quant à sa probité, du trésorier  du micro-parti « Jeanne » de Marine Le Pen, ne devrait-elle pas engager le FN à un évitement prudent des thèmes de la finance et du commerce ?

 

En fin de communiqué, Gérard Brazon propose aux électeurs, par exemple, de rester chez eux au lieu d’aller voter au second tour. Or, le Droit de vote n’a été acquis qu’après des luttes très longues. C’est une conquête démocratique insérée dans la République.

Et si ce frontiste respectait le libre arbitre des citoyens de Puteaux plus aptes aux pensées civiques que lui-même ?

 

Les électeurs attendent des «décideurs capables de tracer des perspectives » : ce n’est pas dans les compétences du FN «  au programme liquidateur passéiste ». 

 

L’acte urgent, prioritaire, de nos actuels responsables politiques national et local est, enfin, de combattre la précarité croissante des travailleurs pauvres : ouvriers, employés, familles monoparentales, chômeurs en fin de droits, petits commerçants et artisans... Ces « Inaudibles »*, fractions fragilisées des milieux populaires, condamnés par la République, sont légitimement tentés par un vote FN de ressentiment désespéré. 

 

*Les Inaudibles- Sociologie politique des précaires (Presses de Sciences Po, 292 pages, 24 €). Céline Braconnier et Nonna Mayer. 

 

Annie Keszey.

 

 

 

28/07/2014

LE SPECTACLE DE L'UMP.

Joseph Macé-Scaron. Marianne 897.Extraits. 

Nous ne saurions mieux dire ! 

« Il n’y a pas d’intermittents du spectacle à l’UMP, les acteurs jouent sans discontinuité et à guichets fermés. La comédie Bygmalion, la tragédie Karachi et l’impromptu libyen vont continuer, cet été, leurs représentations…Voilà assurément un mouvement convivial où chacun tente de se sauver en passant « le compagnon » par-dessus le bastingage du navire…Peut-être faudrait-il karchériser les locaux pour nettoyer toute trace de sarkozysme, s’interrogent ceux qui s’effrayent d’un retour hypothétique de l’ancien président de la République, non pas pour sauver son parti mais pour se sauver lui-même… 

Pendant dix ans l’UMP a été au pouvoir, ses élus, les ministres issus de ses rangs, ont contrôlé les comptes de la nation. Pendant dix ans, les Raffarin, les Sarkozy, Les Fillon, les Juppé et autres Copé ont discouru sur ce qu’était la bonne et la mauvaise gouvernance. Pendant dix ans, ils se sont amusés de tous ceux qui proposaient une autre politique sous prétexte que ces derniers étaient de piètres gestionnaires et qu’ils conduiraient dans le mur les finances du pays. Ils nous ont fait la morale économique  sur un ton de maître d’école. Et, aujourd’hui, on découvre que leur propre formation politique est au bord de la faillite, que, gavés de fonds publics comme une dinde électorale, ils ont dépensé sans compter, qu’ils ont choisi comme fournisseurs les plus étourdissants margoulins de la place de Paris. Ainsi incapables de gérer leur petite boutique des erreurs, ils seraient aptes à assurer le redressement de la France et le retour de la croissance ? Sans rire ? Que fument-ils ? Qui est leur fournisseur ? Et comment interpréter cette phrase qui revient en permanence dans les propos d’un grand nombre de responsables de l’UMP «  La droite doit revenir aux affaires. » Mais elle y est, aux affaires ! Elle est même plongée dedans jusqu’au cou… »

 

www.notreputeaux.com