Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2018

Le numérique, la robotique et l'Intelligence Artificielle (IA), à Puteaux.

En 2014, la mairie de Puteaux présageant « le grand chambardement » du futur avait acquis deux robots, Nao 1er et Nao 2, équipés du logiciel Zora, et présenté leurs performances au public lors d’une conférence au Palais de la Culture. Ils étaient destinés aux écoles et aux lieux d’activités périscolaires et devaient s’attaquer aux échecs. Le conférencier Sylvain Joseph avait exposé les matériels numériques des établissements de Puteaux. Depuis, les robots se multiplient dans le monde et à partir de leurs algorithmes exécutent constamment de nouvelles tâches. Ross, par exemple, sorti des laboratoires d’IBM, au service de la Justice,  analyse en un temps record des milliers de documents là où il aurait fallu des milliers d’avocats...Les robots sont déjà à l’œuvre auprès des personnes âgées pour lire des informations, animer des cours de gymnastique : ils pourront bientôt les porter, surveiller leur prise de médicaments et donner l’alarme en cas de chute...En Angleterre, un robot, petit cousin de C- 3P0, vedette androïde de Star Wars, fait progresser des enfants autistes...

La mairie a organisé, du 27/01/2018 au 17/02/2018, au Palais de la Médiathèque, un programme important et remarquable d’animations pour voyager dans le futur et comprendre les enjeux de la robotique et de l’Intelligence artificielle. Une séquence concernait les applications positives pour les handicaps.

La mairie a obtenu, le 8/02/2018, pour la quatrième année consécutive le label national : Territoires, villes et villages Internet 2018, avec 5@. Elle avait obtenu  précédemment le label Les interconnectés, label Territoires innovants et, en 2015, le prix Territoria, en particulier pour la qualité des services numériques mis à la disposition de personnes handicapées. Le compte officiel Instagram de Puteaux est le plus performant et le plus actif de l’Île de France. Puteaux est influente sur Twitter. Les Putéoliens peuvent se connecter à la ville sur Puteaux Mobile...

L’Institut de l’Internet et du Multimedia de La Défense propose à ses étudiants une formation aux nouvelles technologies de l’Intelligence artificielle. L’intelligence artificielle c’est l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence...

Depuis le début de l’année, la société Linagora, soutenue par la mairie, a ouvert à Puteaux un centre de formation Openhackademy axé Open Source. Deux formations ouvertes à  tous, certifiantes et gratuites y sont dispensées : développeur Web et administrateur système et réseaux avec une spécialisation Cloud. L’initiative est d’une utilité indiscutable, de nouveaux métiers nécessaires devant se substituer aux métiers devenus obsolètes.

La ville a rendu hommage à Christian Cavadia, créateur en 1977 (déjà !) d’un centre de ressources en génie logiciels adaptés aux arts plastiques et graphiques : aujourd’hui il dispose de 10 000 œuvres numériques dont certaines  ont été exposées au Palais de la Culture.

Sur l’esplanade de la Défense une navette « autonome », puisque sans chauffeur, Navya, a transporté des voyageurs d’une station à l’autre, à partir d’automatismes complexes et complets. Les portes  s’ouvraient et se fermaient seules. Aucun personnel de  contrôle n’était visible.

La mairie de Puteaux a organisé le 11/12/2017, à l’Hôtel de ville, un « Digital day » pour aider les entreprises à se développer. Deux ateliers avaient exposé les outils indispensables au déploiement d’une stratégie digitale en marketing, communication, e-commerce et marketplace. D’autres ateliers ont travaillé sur l’optimisation du lieu de vente, les outils de communication/marketing et l’animation des points de vente. Cette journée était consacrée aux dirigeants de TPE-PME, aux start-up, aux porteurs de projets, aux artisans et commerçants.

Depuis le 7/11/2017, une salle du Palais des sports offre aux sportifs une salle « cardio » aux nombreux appareils. Le 20/02/2018, une matinale sur la dématérialisation des marchés publics dans la salle du conseil de l’Hôtel de  ville devait aider les PME à se référencer sur les plateformes Web pour répondre à des marchés publics locaux.

La mairie de Puteaux, par l’évolution de son organisation vers une e-administration, évite des déplacements à ses citadins. Par exemple, les familles peuvent s’inscrire et payer en ligne, 7j/7 et 24h/24, accéder à leur compte, réaliser des pré-inscriptions aux activités scolaires, périscolaires, aux activités de loisirs et consulter et régler toutes leurs factures...De nombreuses fiches sont téléchargeables...

La ligne n° 1 du métro reliant La Défense à Vincennes, composée de trains MP05 est également entièrement automatique, depuis le 16/02/2013, sans chauffeur « humain ». Le métro s’arrête avec une grande précision puisque ses portes font face précisément aux portes palières de la protection des quais. Il applique automatiquement tous les principes de circulation et de sécurité. Le bug dans le système de pilotage automatique du 22/01/2016 entraînant une panne générale avait imposé l’évacuation des nombreux voyageurs retenus sous terre entre deux stations.

Monoprix, rue Jean-Jaurès, a joint des caisses autonomes, sans caissier, à ses caisses traditionnelles. Ce sont les clients qui commandent à ces nouvelles caisses/ machines pour obtenir leur addition et payer. Un seul employé, polyvalent, surveille et aide les utilisateurs des sept caisses, Contrairement au nouveau magasin, sans aucun employé, ouvert par Amazon à Seattle, les sites français de la grande  distribution évoluent avec prudence parce qu’ils craignent les réticences de leurs clients. Dans  ce même magasin on peut aussi réaliser seul des photos de soi-même, depuis longtemps...

Vous pouvez payer vos factures par téléphone mobile dans plusieurs magasins de Puteaux.

La poste centrale de Puteaux a rationalisé son intérieur par des travaux. Il n’y a plus que deux guichets pour recevoir la clientèle sans rendez-vous : l’un pour les opérations postières et l’autre pour les opérations bancaires de la Banque postale. Les queues permanentes cependant sont une contrainte inutile, sans doute involontaire, pour les usagers. De nombreuses et nouvelles machines ont été introduites dont les manipulateurs sont la clientèle et non plus les employés. Vous devez préparer seul vos envois en recommandé, mais vous avez encore le choix, provisoire sans doute, de choisir un automatisme complet ou de vous adresser à un « humain » pour achever votre envoi. Vous pouvez envoyer un chèque à la banque centrale de La Source sans passer par un employé, en le déposant dans une machine. Son montant  arrivera sur votre compte bancaire.

Depuis votre téléphone portable vous pouvez réserver à distance, une voiture électrique stationnée dans une des stations de la ville et la trouver à votre disposition quand vous arrivez sur le lieu dans la demi-heure suivant la commande.

Quand vous avez besoin d’une radio, vous savez que des systèmes experts d’aide au diagnostic  facilitent la lecture des données, pour le radiologue, dont la profession est en constante évolution mais qui reste maître de l’évaluation et de la décision finales.

La banque « Crédit mutuel CIC »  a commencé à utiliser le logiciel d’IBM, Watson, pour qu’il comprenne les intentions, les questions et les réponses de la clientèle française. Aux Etats-Unis, le logiciel d’IPsoft et d’Accenture, Amelia, répond en direct aux questions des clients. En Scandinavie, avec Amelia, un conseiller-client gère 10 000 comptes alors qu’en France c’est un conseiller pour 500 !

Depuis notre domicile, par ordinateur, nous pouvons réserver, payer  et recevoir des billets de train ou d’avion, nous automédicaliser, envoyer de l’argent en France ou à l’étranger et nous former par les Mooc, par exemple, cours à distance à audience massive à partir de technologies numériques. LaREM a proposé récemment à ses adhérents une formation à l’entraide civique à partir d’une succession de séquences avec validations diverses et la possibilité permanente de donner son avis. Des avis positifs ont été développés. On peut ne pas les partager quand on sait que l’entraide civique n’a pas attendu 2018. En éducation, un algorithme peut être redoutable. Ce fut le cas du logiciel d’orientation après le baccalauréat, APB, qui pratiquait un tirage au sort entre les candidats aux résultats injustes et parfois traumatisants pour les candidats. APB vient d’être banni de l’Education nationale.

Les big data associés à l’ensemble des moyens de connexion affaiblissent cependant la protection de nos données individuelles, de façon irréversible.

A la maison, les aides techniques accessibles sont nombreuses : un seul bouton peut vous permettre d’activer l’éclairage et le chauffage dans toute la maison. Vous pouvez collectionner tous les appareils facilitateurs : tire-bouchon et épluche fruits électroniques, balai télescopique, aspirateur autonome...Si vous entendez mal, Audi-son, récemment installé à Puteaux, vous propose les dernières technologies en matière d’appareillages...

Lors de la campagne présidentielle de 2017, les candidats avaient peu traité les conséquences de l’Intelligence artificielle. Seul, Benoît Hamon avait proposé un revenu universel qui laissait supposer qu’il envisageait la disparition d’emplois techniques, ce qui est inéluctable, mais sans envisager les nouvelles créations d’emplois complémentaires et il avait tort. Emmanuel Macron a demandé au mathématicien et député de LaREM Cédric Villani de lui rédiger, pour mars 2018, un rapport sur la stratégie française face à l’IA.

En trois pages, tout ne peut être dit. Puteaux va poursuivre sa marche vers « La ville intelligente ».

La  notion de ville intelligente, suppose aussi, en effet, l’accroissement du « collaboratif ». En ce mois de mars 2018, la ville de Puteaux lance un nouvel outil de démocratie participative : l’appel aux projets citoyens pour construire ensemble le Puteaux de demain.

Mais quelles seront les incidences de - « big data, algorithmes, intelligence, robotique » - : l’homme de plus en plus intimidé par l’énorme puissance de cette tétrade magique, ne sera-t-il pas incité à moins penser et à déléguer cette tâche aux machines ? La question posée est celle d’Axel Kahn. Il y a répondu dans le numéro 1090 de « Marianne », d’autres aussi. L’essentiel en sera publié ultérieurement. A suivre.

Sources diverses : Internet, blogs, journaux, hebdomadaires dont Marianne, publications et sites communaux.

Annie Keszey.

 

 

 

 

 

19/03/2012

La ville de Puteaux en 2050

 

puteaux_ville_futur_2050.jpg

 Depuis plus d'un demi-siècle, comme toutes les villes, Puteaux a proliféré sur un « impensé » de la ville, sorte de mouvement naturel irrépressible, irréversible, immaîtrisable. La capacité d’entreprendre pour dépenser les fonds s’y est substituée à la capacité de PREVOIR UNE VILLE INTELLIGENTE, d’harmoniser, d’ordonner et de contrôler.

La ville de l’avenir s’oppose aux anciennes conceptions : c’est une politique, à très long terme, de vastes communautés d’agglomérations en réseaux latéraux, démocratiques, moins consommatrices des ressources naturelles mondiales, ce qui suppose la mise en place d’une série d’interactions, complexes, entre la ville et la biosphère. (La seule minimisation des effets négatifs de la ville sur l’environnement est dépassée). La ville sera multipolaire, faite de mixités fondamentales fonctionnelles, contre la spécialisation des espaces, et sociales. Tous les espaces auront une « âme » et le même droit à la beauté. La production de richesses éradiquera les taudis, développera l’emploi et combattra la paupérisation croissante…*Dans quelques années, la gestion de la ville sera rationalisée à partir du "big data", l'analyse des données numériques à grande échelle, pour extraire des informations utiles. Le centre d'opérations intelligent d'IBM, précurseur, à Rio, est déjà une ville intelligente dans une boîte.

Evelyne Hardy, Conseillère municipale indépendante d’opposition à la mairie de Puteaux, analyse, chaque année, l’orientation budgétaire proposée par Mme La Maire, Madame Ceccaldi-Raynaud.

L’avis d’Evelyne Hardy sur la dernière orientation budgétaire qui devait être débattue en Conseil municipal le 16/02/2012 et qui n’a pu l’être du fait de conflits répétitifs entre l’UMP et l’opposition du MoDem,  est accessible sur son site : www.evelynehardy.com

La conclusion d’Evelyne Hardy, qui répète ses observations antérieures, négligées par le pouvoir communal UMP, reste une critique fondamentale.

« Depuis que vous gérez Puteaux, Madame (la Maire), vous nous direz ce que vous avez créé comme richesse à Puteaux, comment vous avez anticipé l’avenir  en matière d’économies, d’investissements rentables et durables, comment vous avez inscrit la ville de Puteaux dans la voie de l’excellence. Vous avez égrené des mesures et des projets un peu dans tous les domaines,  mais sans véritable ambition ni priorités, sans  objectifs clairs, valorisés, mesurés. Ce projet de budget 2012 est toujours aussi indigent».

Cette critique trouve sa justification dans les importants rapports du Sénat *sur l’avenir des villes, publiés sous la responsabilité de Joël Boudin (UMP), président de la délégation à la prospective et de Jean-Pierre Sueur (PS), rapporteur. D’éminents spécialistes ont participé à cette réflexion, dont Julien Damon, Christian de Portzamparc  et Saskia Sassen, qui propose en conclusion 50 propositions pour les villes. http://www.senat.fr

D'après le Sénat, la gouvernance des villes est, en général, inadaptée, peu démocratique. Des groupes d’experts, pour l’Etat, étudient une autre gouvernance, par des commissions d’élus, avec une forte participation citoyenne et une extension importante du périmètre d’intervention : les villes en réseaux, coordonnées, succédant à la ville isolée. Le Ministère de la ville, mieux relié aux autres ministères concernés, devrait voir son champ d’intervention élargi à toutes les fonctions de toutes les villes.

Actuellement, La Maire, planifie, par une liste d’opérations aux coûts élevés, sans hiérarchie visible, l’évolution de la ville sur des temps politiques courts, entre deux élections, sans schéma d’ensemble à long terme, 30 ans par exemple, fondé sur des études prospectives.  Le nouveau Plan Local d’Urbanisme, positif (et impuissant) quant à son éternel rappel d’éradication de l’habitat insalubre, intègre peu l’innovation, l’initiative économique, les réseaux intelligents, les économies de fonctionnement, le développement durable et la production de richesses. Les décisions d’aujourd’hui construisent la ville de 2050 en se fondant encore parfois sur des pratiques passéistes. La conception concrète de la ville de Puteaux, depuis près d’un demi-siècle,  repose sur une seule famille : les Ceccaldi-Raynaud, à gestion de type théorique autoritaire. Deux maires ont appliqué, (comme ailleurs), les principes étatiques antérieurs, avec conviction et engagement. De nombreux logements sociaux sont d’une grande qualité et leur proportion voisine de 35%, dans la cité, fut honorable. Ce pourcentage décroît depuis 5 ans.La vieille ville, près de la Seine, est harmonieuse, avec une identité villageoise. Mais les principes généraux du passé, rejetés aujourd’hui par les urbanistes, constituent les fondements sur lesquels reposera pourtant l’évolution de la ville de Puteaux. Concentrer les logements sociaux sur des hauteurs éloignées du centre- ville, est une politique condamnée, parce que fondée sur une option ségrégative, involontaire . La diversité homogène des populations urbaines deviendra un facteur de paix sociale. Les ZAC  et les ZUP ont vécu : elles ne correspondent pas aux nouveaux concepts de continuité et de mixité entre les différentes fonctions urbaines : bien intentionnées, ces ZAC ont trop souvent atteints des objectifs contraires aux attentes. La ville du bas Puteaux, rénovée, a introduit du confort pour la population, de la modernité, de l’activité commerçante, parfois difficile du fait de la proximité de La Défense, mais sans volonté apparente d’harmonie architecturale, ni de vision globale. La seule place de la mairie  ne soutient pas la comparaison avec la cohérence remarquable de la « vieille » Place des Vosges, à Paris, par exemple, pensée globalement. La place de la mairie dominée par le haut parallélépipède  2000 cumule les styles : soviétique, néo-haussmannien, néo-classique, moderne, international, briques 50, métallique, maisons de ville…Les nombreux Palais, trop grands, « énergivores », sont et seront des boulets financiers irresponsables. La ville de Puteaux procède à des adaptations nécessaires au développement durable ou au bien-être social, par exemple, mais par des actions souvent partielles, éclatées, quant aux enjeux et sans coordination, sans la « transversalité » ni la constance de la ville future. Les journées de l’eau, du développement durable, contre le sida, le cancer, pour l’aide aux enfants autistes… reviennent épisodiquement, séparément, sans aucune évaluation scientifique de leurs résultats. Nul citoyen ne connaît leur impact sur des temps longs, ni les études de besoins préalables à leur mise en place. Quel sera le taux d’occupation horaire de la grande salle de concerts du conservatoire de musique et le coût horaire de son fonctionnement ? Certaines décisions restent fortes: l'épicerie sociale (mais aux limites d'utilisation trop courtes), la maison du droit, le lien police-éducation pour le prévention de la délinquance, la pédagogie du développement durable, les jardins...

La ville de la Rochelle, par exemple, est pionnière en circulation à énergie propre, progressive, depuis 13 ans. C’est de la ténacité. Les villes des Landes se sont toutes associées, à l’initiative du Conseil Général, pour « se libérer » des entreprises privées de gestion de l’eau  par une organisation indépendante économique. Le Conseil Général des Landes a créé des comités consultatifs permanents, ouverts aux citoyens, pour définir l’évolution des besoins de la population. Paris , consciente de l'augmentation constante du prix de l'énergie, investit dans l'isolation thermique de ses écoles, pour un effet de masse quant aux économies réalisées. Rennes-métropole, Seclin et Forges sont pionnières en démarche HQE transversale d'urbanisme, pour construire des villes intelligentes.

Une des principales insuffisances décisionnelles de Puteaux, après le déficit de démocratie, est le repli sur soi incompatible avec le développement. Puteaux communique peu avec les villes voisines, l’Europe et le Monde. Son retard se mesure à partir de quelques comparaisons sur les thèmes prioritaires. Issy-les-Moulineaux, ville pionnière en «  relations latérales » par internet, entre citoyens, participe à des projets européens et dispose d’une direction des relations internationales. Des laboratoires internationaux de recherche en informatique y sont implantés. Aux traditionnels jumelages, plus ou moins actifs, s’ajoutent ici et là des initiatives de développement économique, pour produire des richesses et pas seulement dépenser des fonds publics. La ville d’Angers a un rendez-vous musical annuel avec Austin, au Texas, ses musiciens participent aux concours mais les dirigeants de 7 entreprises locales aux productions liées au monde musical (production, management, studio, ingénierie, promotion) font aussi le voyage pour développer leurs exportations…

Les créations locales dans les secteurs prioritaires restent encore limitées : bâtiments verts ou à énergie positive et création de réseaux intelligents, amélioration du cycle des déchets et de leur récupération, qualité de l’air, économies conséquentes d’énergie. Le soutien aux écoles publiques ne porte pas sur les fondamentaux, savoir lire et écrire, avant d’entrer en 6ème et la mairie n’essaie pas de créer des emplois en adéquation avec les demandes. La transversalité d’objectifs existe trop rarement : ainsi, c’est à l’école que devrait s’initier la nouvelle politique de santé préventive, en lien avec les espaces de santé, les résidences du 3ème âge, les entreprises, la mairie…

La Défense-Paris, construite partiellement sur le territoire de Puteaux mais sous la responsabilité de l’Etat, est une ville verticale, coupée de l’ancienne ville, copiée sur les fronts de New-York, Singapour ou Dubaï. Ses nouvelles constructions prévues pour  développer le commerce et équilibrer les fonctions de la ville par additifs de logements, de locaux culturels et sportifs entraînent une conséquence connue qui a été traitée, mais avec des temps de réalisation décalés : l’insuffisance des transports. La ligne 1 du métro est une épreuve quotidienne pour ses usagers. Les différents acteurs n’ont pas agi en coordination.

Alors que des taudis perdurent, que la dette française interpelle, que le chômage paupérise, Mme la Maire, après la création d’un conservatoire de musique, propose d’édifier un campanile à la vieille église catholique: choix sans consensus, incompris.

Les citoyens ne perçoivent pas assez la ligne directrice de la politique locale de Puteaux. La flamme du futur n’est pas entretenue*. Un exposé de la mairie, avec des résultats précis, dans Puteaux-infos, le journal de la ville, serait lu avec attention.

LE TEMPS DES TERRITOIRES. UN CONTRE-EXEMPLE.

Neuilly-sur-Seine jouxte Puteaux. Le Maire, Jean-Christophe Fromantin, homme politique indépendant, non-partisan et entrepreneur, sait inclure la gestion de sa ville dans un projet global pour la France, fin et profond. Son travail, par sa qualité, s’ajoute aux thèses novatrices de Jean-Louis Beffa et de Jeremy Rifkin. A l’action verticale de l’Etat, traditionnelle mais en grande difficulté, il propose d’adjoindre l’action horizontale de la base, pensée et organisée, au niveau des territoires de projets, nés d’un nouveau découpage administratif de la France. Il s'agit de retrouver la compétitivité, l'efficience sociale et d'induire le renouveau des organisations politiques et institutionnelles. Ses propositions pour retrouver l’indispensable compétitivité respectent un nouvel équilibre social. Des mesures nouvelles prévoient l'insertion des jeunes et la réinsertion des chômeurs par la formation Aucun candidat actuel à l’élection présidentielle ne présente une étude aussi complète, fondée sur la connaissance de la situation économique, étude apte à réinscrire positivement la France dans l’économie mondiale, à partir d’un nouveau modèle de développement. Il  souhaite réenclencher la confiance, développer le potentiel de croissance des TPE et PME, réviser la fiscalité des entreprises, adapter l’emploi aux perspectives de croissance, développer les mobilités et les connexions, relocaliser l’action sociale, développer les technologies, pour la solidarité, créer une assemblée des territoires (territoires de 6 à 10 Millions d’habitants), amplifier les réformes territoriales, adopter une résolution européenne d’envergureToutes ces propositions se conjuguent en un dessein cohérent. L’exemplarité du comportement de ceux qui s’engagent en politique, pour le bien commun, est fondamentale. Déposer une candidature pour une exposition universelle, en France, en 2025, sur les thèmes du bonheur, de la création, de l’innovation numérique... donnerait un but commun à tous les acteurs du changement dans les territoires. L’exposition, perspective positive,  présenterait une mondialisation à visage humain. Ce projet global, très difficile à réaliser, reste un guide porteur d'efficacité.

Le temps des territoires- Jean-Christophe Fromantin – Editeur François Bourin- 14 €- 137 pages.

www.atelier-idees.org  Annie Keszey